Quand la dissolution de Génération Identitaire en rappelle une autre

·1 min de lecture

En 1973, Ordre Nouveau tient un meeting à la Mutualité. L’événement dégénère quand l’extrême gauche décide d’organiser une contre-manifestation. Les affrontements font des dizaines de blessés, Ordre Nouveau et la Ligue Communiste sont dissous. Découvrez notre nouvelle rubrique du samedi, "C'est déjà arrivé", qui revient sur un événement passé en résonance avec l'actualité.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé la dissolution du groupe Génération Identitaire arguant que par " sa forme et son organisation militaires " l’organisation " peut être regardée comme présentant le caractère d'une milice privée ". Ce faisant, Génération Identitaire rejoint le club – pas si fermé – des organisations d’extrême droite dissoutes par le pouvoir. Toute ressemblance avec une histoire déjà connue n’aurait rien de fortuit.Le 21 juin 1973, plusieurs centaines de militants d’extrême gauche, issus pour la plupart du service d’ordre de la Ligue Communiste, investissent le quartier latin. Barres de fer à la main et casques de moto sur la tête, ils marchent en rang. Direction la salle de la Mutualité. Là-bas, Ordre Nouveau tient un meeting sur le thème " Halte à l’immigration sauvage ". Le mouvement néofasciste, dernier né d’une longue lignée où l’on croise Jeune Nation, la Fédération des Étudiants Nationalistes ou encore Occident, tente d’imposer ses thèmes dans un quartier plutôt acquis aux idées de Mai.Le ministre de l'Intérieur préoccupé par l'extrême gaucheCertes, plusieurs anciens de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Quand on est emmerdé par une affaire..." : le théorème de Pasqua, version Covid-19

Quand les identitaires s'attaquent aux bibliothèques

Eva Joly : "Quand il est question de Sarkozy, la presse est freinée"

Blocage des scooters à Nantes : quand les livreurs paient les dérives des plateformes

Quand la République condamnait un journal pour une caricature religieuse