"La dissolution était nécessaire" : l'Élysée réagit à la survie du bloc central lors des résultats des élections législatives

L'Élysée réagit ce dimanche 7 juillet aux résultats des élections législatives qui donnent le Nouveau Front populaire devant Ensemble et le Rassemblement national à l'Assemblée nationale, sans aucune majorité. Le Palais se projette dans la création d'une "coalition cohérente".

macron

Si Emmanuel Macron ne prendra vraisemblablement pas la parole ce dimanche 7 juillet, l'Elysée communique toutefois une réaction après la publication des résultats. Ce dimanche soir, le Nouveau Front populaire arrive en tête devant le groupe Ensemble et le Rassemblement national, sans qu'aucune majorité claire ne se dégage.

"La participation montre que la dissolution était nécessaire", assure le Palais, alors que la décision d'Emmanuel Macron il y a trois semaines a créé des remous et de nombreuses critique de tous bords, y compris au sein du camp présidentiel.

"On avait annoncé le bloc central mort: il est là, même après 7 ans de pouvoir", souligne l'Élysée, alors qu'Ensemble (Renaissance, MoDem, Horizons, etc.) et divers centre pourraient obtenir 150 à 175 sièges selon une projection Elabe pour BFMTV-La Tribune du Dimanche.

La question de l'après est déjà au coeur des interrogations de l'exécutif. "La question va être de savoir si une coalition cohérente est capable de se composer pour atteindre les 289 députés", s'interroge l'Élysée, alors qu'aucun de trois camps n'a atteint le seuil de la majorité absolue.

Vers une union au centre ? Un délitement de la gauche ? Un accord entre la droite et l'extrême droite ? Les hypothèses sont très nombreuses après la publication des résultats. De son côté, Jean-Luc Mélenchon a assuré qu'Emmanuel Macron a "le devoir d'appeler le Nouveau Front populaire à gouverner".

Article original publié sur BFMTV.com