Disparus de l’Idaho : dans un enregistrement, Lori Vallow accuse son ex d'avoir violé ses enfants

·2 min de lecture

Dans un nouvel enregistrement, Lori Vallow, poursuivie pour son implication dans la disparition et la mort de ses deux enfants, accuse son ancien mari – lui aussi décédé – de les avoir violés. Dans ce même enregistrement, elle menaçait de le tuer.

Alors que l’affaire des enfants disparus de l’Idaho comporte déjà de nombreux volets troubles, un nouvel enregistrement vient mettre un peu plus la lumière sur cette histoire mystérieuse. Le site Crimeonline.com a obtenu un nouvel enregistrement dans lequel Lori Vallow, poursuivie pour son implication dans la disparition et la mort de ses enfants JJ, 7 ans et Tylee, 17 ans, menace de tuer son ex-mari Joseph Ryan. Ce dernier, père biologique de Tylee, est mort en 2018, plusieurs années après son divorce houleux avec Lori Vallow. Annie Cushing, la sœur de Joseph Ryan, se bat aujourd’hui pour faire ouvrir une enquête sur la mort de son frère, officiellement décédé d’une crise cardiaque. C’est dans ce cadre qu’elle a réussi à obtenir l’enregistrement de Lori Vallow récupéré grâce à une source anonyme lors d’une réunion de la secte mormone «Preparing the people» dont fait partie Lori Vallow.

Dans cette conversation de groupe, cette dernière explique «avoir été mariée à un homme horrible qui a violé (ses) enfants», faisant ici référence à Joseph Ryan. Elle explique ensuite avoir été au centre d’une difficile bataille judiciaire pour la garde de Tylee. D’après elle, Joseph Ryan ne voulait la garde de leur fille que pour avoir sa revanche sur son ex-femme. C’est après que l’homme a réussi à obtenir la garde partagée qu’elle aurait décidé de le tuer. «J’allais le tuer. Vraiment j’étais sur le point de le faire. Pour mettre fin à mon chagrin et pour l’empêcher de s’en prendre à moi», aurait-elle lancé avant de finalement dire qu’elle n’avait pas le cœur d’une meurtrière. «J’ai décidé que je ne voulais rien faire de mal», aurait-elle assuré, continuant : «Donc je suis allée voir le prêtre et j’ai dit que soit je dédiais toute(...)


Lire la suite sur Paris Match