RECTIFICATIF. Disparition suspecte de Delphine Jubillar : les gendarmes de retour au domicile familial pour "scanner les lieux", le mari convoqué par (et non à) la gendarmerie

franceinfo
·1 min de lecture

RECTIFICATIF. Dans un premier temps, mercredi 6 janvier à 11H26, nous avons annoncé que le mari de l'infirmière était convoqué par la gendarmerie. Peu de temps après, son avocat a précisé qu'il était convoqué à son domicile "pour participer aux opérations en cours et non pas pour audition". Toutes nos excuses à nos lecteurs.

__________________________________________________________________

Les membres de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) retournent mercredi 6 janvier dans la maison familiale de Delphine Jubillar, à Cagnac-les-Mines, près d’Albi (Tarn), a appris franceinfo de source proche de l’enquête. Ils doivent "scanner les lieux" pour pouvoir travailler, sans avoir à retourner systématiquement au domicile de cette infirmière de 33 ans disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre.

Les lieux seront numérisés en 3D pour figer, fixer une scène, un lieu et garder de possibles indices intacts. L’IRCGN, unité spécialisée dans l’analyse scientifique des scènes de crime, doit scanner les murs, les sols, l'ensemble de la maison.

Le mari de Delphine Jubillar, "a été convoqué" vers 9 heures "pour participer aux opérations en cours et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi