Disparition de Peng Shuai : tout le monde devrait s'inquiéter !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La joueuse de tennis chinoise a disparu depuis plus de 10 jours. Depuis qu’elle a accusé un ancien vice-premier ministre chinois de viol. Le grand public s’alarme, mais les sportifs et les instances du sport restent bien silencieux. 

Comment ne pas s’inquiéter ? On parle d’une disparition totale. Est-ce que Peng Shuai va bien, est-ce qu’elle est libre de ses mouvements ? On n’a aucune information. A part la fédération chinoise de tennis qui assure à la WTA, l’organisation des joueuses, que tout va bien. Ah bon ? Très bien, mais alors pourquoi Peng Shuai ne donne aucun signe de vie alors que le hashtag Where Is Peng Shuai, où est Peng Shuai, est devenu viral sur les réseaux sociaux ?

La WTA essaie de rassurer tout le monde, mais aucun de ses dirigeants n’a parlé directement à la joueuse. Je vais rappeler brièvement les faits. Le 2 novembre dernier, Peng Shuai, qui a notamment gagné Roland-Garros en double en 2014, poste un message sur l’équivalent de Twitter en Chine. Elle accuse un ancien haut dignitaire chinois de l’avoir violée alors qu’il l’avait invitée chez lui pour une partie de tennis. Et elle explique qu’elle sait bien qu’elle prend des risques en le dénonçant, mais qu’elle veut dire la vérité. Le message n’est resté que quelques minutes en ligne avant d’être effacé, et le compte de la joueuse a été désactivé dans la foulée. Ce jour-là, le mot "tennis" était même interdit sur le réseau chinois. Et on devrait croire sur parole les dirigeants qui nous disent que tout ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles