Disparition de Mia, 8 ans, dans les Vosges: pourquoi l'alerte enlèvement a été déclenchée

Jeanne Bulant
·2 min de lecture
Une brigade de gendarmerie. (Photo d'illustration) - Philippe LOPEZ © 2019 AFP
Une brigade de gendarmerie. (Photo d'illustration) - Philippe LOPEZ © 2019 AFP

Le dispositif d'alerte enlèvement a été déclenché ce mardi par les autorités, dans l'espoir de retrouver la petite Mia Montemaggi, âgée de 8 ans, enlevée par trois hommes dans la matinée dans la petite commune des Poulières, dans les Vosges.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'alerte enlèvement est "un dispositif d'enquête exceptionnel" utilisé "avec précaution", a expliqué sur BFMTV le procureur de la République d'Épinal, Nicolas Heitz. Celui-ci n'est déclenché par le gouvernement que lorsque plusieurs critères sont réunis: soit dans le cadre d'"une disparition de mineur inexpliquée", lorsqu'il existe "un risque de danger pour la vie ou l'intégrité physique de la victime" et que les autorités possèdent des éléments permettant d'identifier à la fois la victime, mais aussi ses ravisseurs.

"L'hypothèse d'un rapt familial" privilégiée

"C'est une décision lourde de conséquences", mais qui va permettre aux enquêteurs de "mettre toutes les chances de leur côté" pour retrouver la fillette, a aussi déclaré Nicolas Heitz sur notre antenne. "On a des éléments qui nous permettent de penser que cette petite fille a été enlevée" alors qu'"elle était chez sa grand-mère dans un village des Vosges. Selon le procureur, "trois hommes" sont soupçonnés d'avoir réussi à soustraire l'enfant: "deux (d'entre eux) sont arrivés à ce domicile et un troisième est resté au volant du véhicule gris anthracite en bon état".

"On est plutôt sur l'hypothèse d'un rapt dans le cadre familial", précise le procureur, qui indique que les trois individus soupçonnés étaient "masqués" au moment de l'enlèvement. Il indique aussi que des éléments de description de la mère de l'enfant ont été dévoilés, car cet enlèvement pourrait avoir eu lieu "dans le cadre d'un rapprochement avec la maman", qui n'a pas l'autorisation de voir seule sa fille.

L'enfant confiée à sa grand-mère

"Cette mineure est suivie dans le cadre de l'Assistance éducative, par un juge des enfants, qui par une décision du 11 janvier a confié l'enfant à un tiers digne de confiance, soit à la grand-mère de l'enfant qui habitait dans ce village", poursuit le procureur d'Épinal. La mère de Mia, elle, "avait un droit de visite" mais elle "devait l'exercer en présence d'un tiers", précise-t-il.

Une enquête a été ouverte pour "enlèvement sur mineur de moins de 15 ans" et la gendarmerie, la section de recherche de Nancy et la Brigade de Nancy sont en charge des investigations, selon le procureur. Une conférence de presse se tiendra ce mercredi matin à 11h30, au Palais de justice d'Épinal.

Si vous localisez Mia, n’intervenez pas vous-même, appelez immédiatement le 0800.36.32.68, ou envoyez un courriel à l'adresse suivante: alerte-enlevement@gendarmerie.interieur.gouv.fr.

Article original publié sur BFMTV.com