Disparition de Magali Blandin: son mari victime d'une tentative d'extorsion de fonds

Mélanie Vecchio avec Hugo Septier
·2 min de lecture
Un policier - Image d'illustration  - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP
Un policier - Image d'illustration - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP

Rebondissement dans l'affaire de la disparition de Magali Blandin, cette éducatrice spécialisée de 42 ans et mère de quatre enfants originaire de Montfort-sur-Meu, en Ille-et-Vilaine. Quelques jours après l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Rennes, le mari de la disparue s'est présenté accompagné de son avocat auprès du juge en charge de l'affaire afin de l'informer qu'il était victime d'une tentative d'extorsion pour une somme de 15.000 € et qu'il se sentait menacé.

Dans la foulée, une information judiciaire pour tentative d'extorsion en bande organisée était ouverte le 26 février auprès du même juge. Par mesure de protection, le parquet sollicitait en urgence du juge des enfants le placement des quatre enfants, ce qui était fait le jour même.

5 personnes interpellées

Ce dimanche 14 mars, une opération de police judiciaire bénéficiant de l'appui du GIGN était conduite dans le quartier de Maurepas, dans la ville de Rennes où avait été convenu le rendez-vous entre le mari et les suspects. Deux personnes ont été interpellées à cette occasion, puis trois autres quelques minutes plus tard au domicile des mis en cause, avance le parquet de la ville à BFMTV.

Les cinq mis en cause, quatre hommes et une femme, sont nés entre 1975 et 2003. S'agissant de criminalité organisée, la garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures. 70 enquêteurs de la section de recherche de Rennes et du groupement de gendarmerie d'Îlle-et-Vilaine restent mobilisés sur cette enquête.

Disparue le 12 février dernier

La disparition de Magali Blandin avait été signalée le 12 février par une collègue de travail, elle-même alertée par l'école constatant qu'elle ne s'était pas présentée pour récupérer ses enfants, avait précisé le procureur dans un communiqué vendredi.

Selon un communiqué du procureur, Magali Blandin souhaitait se séparer de son conjoint et avait quitté en septembre leur domicile de Montauban-de-Bretagne avant de louer un appartement à Montfort-sur-Meu. Elle avait également déposé plainte pour violences conjugales, plainte qui avait été classée.

Article original publié sur BFMTV.com