Disparition de Lydie Logé en 1993 : une information judiciaire ouverte pour "séquestration suivie de mort" après la garde à vue de Michel Fourniret

franceinfo avec AFP

Une information judiciaire a été ouverte pour "séquestration suivie de mort" après les gardes à vue du tueur en série Michel Fourniret et de son ex-femme Monique Olivier dans le cadre de la disparition de Lydie Logé, 29 ans, le 18 décembre 1993 à Saint-Christophe-le-Jajolet (Orne), a annoncé, lundi 18 novembre, le parquet de Caen. Ils ont été placés en garde à vue du 12 au 14 novembre, avant de retrouver leurs cellules de prison respectives à Fleury-Mérogis.

Des comparaisons ont pu être établies entre des traces d'ADN mitocondrial (uniquement transmis par la mère) trouvées dans la camionnette de Michel Fourniret et l'ADN d'une ascendante de la disparue. Le corps de Lydie Logé n'a jamais été retrouvé, a précisé à l'AFP Carole Étienne, procureure de la République de Caen. Concernant Monique Olivier, "son rôle n'est pas établi à ce stade des vérifications".

"Un cheminement dans l'Orne" à l'époque des faits

Lors de la garde à vue, il n'y a pas eu de "reconnaissance franche des faits" de la part de Michel Fourniret mais "des réponses plus ou moins floues qui appellent des vérifications, des investigations", a souligné Carole Étienne. Des éléments "qui peuvent laisser penser à un cheminement dans l'Orne" à l'époque des faits mais nécessitent une "analyse très méticuleuse des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi