Disparition de Lina : les gendarmes vont sonder les points d’eau

Une enquête pour disparition inquiétante est en cours et a été confiée à la section de recherche de Strasbourg. (Photo d'illustration).  - Credit:Jean-François FREY / MAXPPP / PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP
Une enquête pour disparition inquiétante est en cours et a été confiée à la section de recherche de Strasbourg. (Photo d'illustration). - Credit:Jean-François FREY / MAXPPP / PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

L'inquiétude s'accroît dans le village alsacien où Lina, 15 ans, a disparu samedi : les enquêteurs n'ont trouvé aucun élément significatif et la procureure de la République de Saverne a affirmé n'écarter aucune piste à ce stade. Une équipe de plongeurs de Strasbourg doit sonder les étangs ce mercredi, a appris l'Agence France-Presse (AFP) auprès des gendarmes.

L'adolescente devait se rendre à pied samedi matin de son domicile à la gare de Saint-Blaise-la-Roche, à trois kilomètres de là, où elle projetait de prendre le train vers midi pour Strasbourg où l'attendait son petit ami. Ne la voyant pas arriver, celui-ci a appelé la mère de la jeune fille, qui a donné l'alerte en appelant le 17 vers 14 h 15, a précisé la procureure de Saverne, Aline Clérot, lors d'une conférence de presse. Des auditions dans l'entourage de la jeune fille ont rapidement été entamées et la vidéosurveillance dans les rames des trains, ainsi qu'à la gare de Strasbourg a également été vérifiée.

Deux témoins entendus

« La mineure disparue n'apparaît pas sur les vidéos exploitées », a souligné la procureure, sous-entendant que Lina n'est jamais montée dans le train comme elle l'avait prévu. « L'enquête a permis de vérifier plusieurs éléments : deux témoins ont vu Lina sur le trajet de la gare entre 11 h 15 et 11 h 30 », a poursuivi Aline Clérot. « Elle cheminait à pied. Sur son itinéraire, aucune trace sur la chaussée ou sur le bas-côté n'a été observée à cette heure, évoquant la survenance [...] Lire la suite