Disparition de Jean-Claude Carrière, inlassable amoureux des mots et des images

·1 min de lecture

Le scénariste de Luis Bunuel (entre autres) est décédé dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 février, laissant derrière lui une œuvre considérable qui témoigne de son amour pour la littérature, pour les mots, les siens comme ceux des autres, et pour les aventures singulières. Hommage à un homme auquel le cinéma et le théâtre français doivent beaucoup.

Le parisianisme n’était assurément pas son affaire, lui qui était né le 17 septembre 1931 à Colombières-sur-Orb, un village de l’Hérault de 400 habitants et qui n’a jamais oublié son attachement à la province et à la terre, très loin des faux-semblants de la Capitale… Issu d’une famille de modestes viticulteurs, rien ne prédestinait le jeune Jean-Claude Carrière à devenir l’un des scénaristes les plus brillants et influents du cinéma hexagonal pendant des décennies. Déménageant avec ses parents à Montreuil-sous-Bois à l’âge de 14 ans, l’adolescent, loin des modèles culturels familiaux, se passionne pour ses études qui le mènent jusqu’à l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Le chemin semblait tout tracé : une carrière d’universitaire consacrée à l’une de ses grandes passions : l’Histoire. Mais celui qui n’est pas encore scénariste est précocement attiré par les chemins de traverse de la création : la littérature, le théâtre et, bien sûr, le cinéma, un art qu’il " consomme " à haute dose à la Cinémathèque et dans les salles obscures parisiennes où se pressent les jeunes cinéphiles de l’après-guerre.Jean-Claude et...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Disparition de Delphine Jubillar : ces cinq hypothèses encore étudiées

La lente disparition des "Bibs", les ouvriers Michelin

En Corrèze, le mystère demeure sur la disparition d'une mère de famille

Christine Angot, Catherine Allégret, Claude Ponti : ces autres livres qui ont révélé des affaires d'inceste

"Disparition" de Jack Ma, fondateur d'Alibaba : "La Chine rappelle qu'elle peut dominer n'importe qui"