Disparition Evelyne Sullerot, du Planning familial à SOS Papa

Libération.fr

Evelyne Sullerot est morte des suites d’un cancer, vendredi, à 92 ans. Elle a fait partie de celles qui ont fait avancer la cause des femmes avant de devenir une militante de celle des pères. Fille de pasteur, ancienne Résistante, elle cofonde l’association «Maternité heureuse» en 1956. Qui deviendra en 1960 le Planning familial. Leur stratégie est, selon le Dictionnaire des féministes (PUF), «d’utiliser la maternité des responsables de l’association pour mettre en avant le contrôle des naissances». Sullerot reprend des études de sociologie. En 1965, Demain les femmes, son best-seller, montre que la condition des femmes n’a rien de naturel et de définitif mais est le fruit d’une histoire. Son rapport sur l’emploi des femmes sera à l’origine d’une directive européenne. A partir des années 80, Sullerot se raidit, condamne le culte du plaisir immédiat issu de la libération sexuelle, se met à défendre les droits des pères, soi-disant lésés par la révolution féministe. Elle se prononcera contre le pacs et l’homoparentalité. C.Ma.Photo J.Niepce. Roger-Viollet

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

La médecine force la porte des campagnes
Guyane : un plan d’un milliard à prendre ou à laisser
Attentat de Nice : ouverture «imminente» d’une information judiciaire
La bande à Macron
Born Bad et Pan European, 10 ans de disques indé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages