Disparition d'une joggeuse dans le Val-d'Oise: une soixantaine de gendarmes mobilisés

Mélanie Bertrand avec Ambre Lepoivre
·1 min de lecture
Anne-Frédéric Obszynski. - Gendarmerie
Anne-Frédéric Obszynski. - Gendarmerie

D'importants moyens humains et techniques ont été déployés pour retrouver Anne-Frédéric Obszynski. Cette femme de 41 ans, domiciliée à Taverny dans le Val-d'Oise, a disparu dimanche vers 16h00 alors qu'elle était partie courir sur les bords de l'Oise. Alertée le même jour vers 21h30, la gendarmerie a immédiatement mobilisé ses brigades territoriales de Méry-sur-Oise et Auvers-sur-Oise, ainsi qu'une équipe cynophile. Au total, une soixantaine de militaires sont engagés sur cette disparition.

Le fond de la rivière sondé

On compte parmi eux le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Pontoise, sa brigade de recherches, des techniciens en identification criminelle et la section aérienne de gendarmerie dispatchés sur un parcours de 15 kilomètres le long des berges.

Jusqu'ici infructueuses, les opérations se poursuivent. Lundi, les gendarmes ont été appuyés par des drones et par la brigade fluviale de Conflans-Saint-Honorine. La rivi-ère au bord de laquelle Anne-Frédéric Obszynski faisait son jogging dimanche a été sondée par sonar. La Section de recherches de Versailles est saisie de l’enquête, en co-saisine avec le groupement de gendarmerie du Val d’Oise.

Article original publié sur BFMTV.com