"La disparition d'un ministère de l'Enfance est une catastrophe"

Atelier des modules, Brut., franceinfo

Lyes Louffok a adressé une lettre à Emmanuel Macron après la suppression du ministère de l’Enfance par le nouveau gouvernement. La voici :


"Monsieur le président de la République, ailleurs et ici, les malheureux sont légion. Vous pourriez penser, à l'instar de ceux qui disent sans honte, 'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde', 'je n'ai pas le pouvoir de soulager toutes les misères de France.' Et je pourrais vous pardonner.

Mais je pourrais aussi vous faire remarquer qu'il est des misères-mères, des misères qui en engendrent d'autres, qui méritent en conséquence d'attirer une attention particulière. Le malheur des enfants n'est pas pire en soi que celui des vieux ou celui des femmes. Il est pire en soi, parce qu'il compromet l'avenir de tous, prépare une société malade, infectée par mille maux. On dit qu'un pays qui maltraite ses vieux condamne son avenir mais qu'en est-il alors d'un pays qui maltraite ses enfants ? Ce n'est pas son passé, déjà mort, qu'il met en péril, mais son âme.

Ce ministère était indispensable

Je suis très surpris et en colère, car l'enfant est un sujet majeur de notre société. La disparition d'un ministère de l'Enfance est une catastrophe. La protection de l'enfance a toujours été l'angle mort de la politique. On en parle rarement dans les campagnes électorales ou dans l'hémicycle. C'est comme si cela n'était pas une revendication politique, les violences contre les enfants étant relayées à la sphère privée.

La 5e République n'a vu défiler que des secrétaires d'Etat à l'Enfance. Sous le quinquennat de François Hollande, les associations, les travailleurs sociaux, les collectivités territoriales se sont battus pour obtenir, pour la première fois, un ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes. Nous avions réussi à faire comprendre que les violences envers les femmes et les enfants avaient la même (...) Lire la suite sur Francetv info

Emmanuel Macron réaffirme l'engagement de la France au Mali
Législatives : la stratégie des Républicains
La République en marche : 51 circonscriptions sans candidat
GM&S : rencontre entre les syndicats et Bruno le Maire
Relations entre journalistes et politiques : "Nous avons perduré dans un entre-soi qui s'est même accentué sous la Ve République"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages