Disparition d'Estelle Mouzin : les nouvelles révélations de Monique Olivier

·2 min de lecture

Des nouvelles fouilles vont être effectuées dans les Ardennes pour retrouver le corps d'Estelle Mouzin, alors que Monique Olivier, l'ex-femme de Michel Fourniret, a donné des informations inédites aux enquêteurs. 

Les fouilles pour retrouver le corps d'Estelle Mouzin, dont le tueur en série Michel Fourniret a avoué le meurtre, vont reprendre «mardi ou mercredi» dans les Ardennes, a appris l'AFP lundi de source proche de l'enquête. Selon France Info, l'ex-femme de Michel Fourniret, Monique Olivier, a reconnu avoir joué un rôle dans la séquestration de la fillette disparue en 2003. Elle a aussi donné des informations inédites qui vont orienter les enquêteurs «vers un lieu qui va être fouillé dans les jours qui viennent» dans les Ardennes, a indiqué à la radio l'avocat d'Eric Mouzin, Me Didier Seban.

«Elle n’était pas en Seine-et-Marne mais était présente au moment où Estelle était dans les Ardennes, vivante», a précisé l'avocat à France Info. «Avec ces individus-là, il n'y a que les faits et les éléments de preuve qui ont un sens. Ce qu'ils vous racontent...», a réagi auprès de l'AFP, Eric Mouzin, le père de la fillette disparue le 9 janvier 2003 alors qu'elle rentrait de l'école, à Guermantes (Seine-et-Marne).

Une nouvelle série de fouilles infructueuses

Vendredi, les enquêteurs ont clos une nouvelle série de fouilles infructueuses aux abords du village de Rumel, dans les Ardennes. Ce village se situe à 4 km de Ville-sur-Lumes, où, selon Monique Olivier, son ex-époux a, dans une maison appartenant à sa sœur, séquestré, violé et tué Estelle Mouzin, 9 ans. Le convoi transportant notamment la juge d'instruction Sabine Kheris avait gagné ce site, exploré pour la première fois, après une longue audition jeudi de l'ex-épouse du tueur en série, Monique Olivier, à la gendarmerie de Charleville-Mézières.

Plusieurs opérations de fouilles ont déjà été menées dans la région ces derniers mois, mais sans percée, notamment en octobre en(...)


Lire la suite sur Paris Match