Disparition de Delphine Jubillar: les trois hypothèses sur lesquelles travaillent les enquêteurs

Hugo Septier
·2 min de lecture
(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie.  - AFP
(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie. - AFP

Les recherches sont toujours infructueuses. Ce lundi soir, Delphine Jubillar, infirmière de 33 ans disparue de manière "suspecte" dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier à Cagnac-les-Mines dans le Tarn restait introuvable. Elle est "activement" recherchée après avoir quitté son domicile en compagnie de deux chiens.

"Aucune hypothèse n'est privilégiée"

Selon nos informations, trois hypothèses sont étudiées par les enquêteurs: celle d'un accident, celle d'un départ volontaire et la thèse criminelle.

"A ce stade, aucune de ces hypothèses n'est privilégiée" pour expliquer la disparition soudaine de cette mère de famille, Delphine Jubillar, précise Alain Berthomieu dans un communiqué.

A l'heure actuelle, les recherches ont été interrompues pour la nuit et devraient reprendre ce mardi à partir de 9h du matin. Ces dernières 24 heures, une quinzaine de gendarmes s'est attelée à des recherches sur le terrain, des fouilles de plusieurs zones ainsi que du porte-à-porte, qui n'ont rien donné. Dès demain, ils seront une cinquantaine à participer à de nouvelles recherches.

A ce chiffre, il faut également rajouter 5 plongeurs qui devraient rester sur place deux ou trois jours afin de sonder les nombreux points d'eau de la région. En ce qui concerne le volet judiciaire, une dizaine d'enquêteurs sont actuellement mobilisés, souligne une source proche de l'enquête à BFMTV.

En instance de divorce

Dans le village de Cagnac-les-Mines, l'inquiétude est logiquement de mise, souligne à notre antenne le maire de la commune, Patrice Norkowski.

"Nous sommes très inquiets dans notre paisible village. On a tous à cœur un heureux dénouement. [...] Les enquêteurs s’affairent sur le terrain, dans pas mal d’habitations, on leur fait confiance, la gendarmerie a déployé des moyens énormes. Tout est mis en œuvre pour qu’on soit délivrés de cette histoire, on a tous à cœur de la retrouver. Il n’y a pas de battue ni de prise d’initiative personnelle, ce sera coordonné, cela pourrait nuire au travail de la gendarmerie", explique-t-il.

Bien qu'il ne connaisse pas personnellement la disparue ni sa famille, l'élu souligne que Cagnac-les-Mines est "un petit village, je la vois emmener ses enfants à l'école, ça nous touche tous."

Delphine Jubillar et son conjoint sont parents de deux enfants de 6 ans et 18 mois. Le couple était en instance de divorce.

Disparition constatée "au petit matin"

Dès vendredi, les gendarmes avaient diffusé un appel à témoins. Cette jeune mère de deux enfants "serait partie seule à pied dans la nuit de mardi", avait indiqué précédemment le procureur d'Albi.

"C'est au petit matin que le mari se serait aperçu que sa femme n'était plus au domicile et a signalé la disparition", avait-il précisé.

Selon des proches, elle aurait quitté sa maison avec ses deux chiens. Les animaux seraient revenus seuls au domicile mercredi 16 décembre vers 4h du matin.

Article original publié sur BFMTV.com