Disparition de Delphine Jubillar: le téléphone de l'infirmière au coeur des investigations

·2 min de lecture
La maison du couple Jubillar à Cagnac-les-Mines dans le Tarn. - Fred SCHEIBER
La maison du couple Jubillar à Cagnac-les-Mines dans le Tarn. - Fred SCHEIBER

C'est l'un des mystères de ce dossier criminel toujours sans réponse. De nouvelles investigations sont conduites sur le téléphone portable de Delphine Jubillar, disparue depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Les résultats pourraient être cruciaux pour la suite de l'enquête.

Le téléphone portable de Delphine Jubillar reste introuvable depuis sa disparition. Mais les enquêteurs savent que l'appareil a été activé ou s'est activé à plusieurs reprises cette nuit-là: connection à WhatsApp à 00h09, activation de la caméra à 1h33 ou déclenchement de l'interface à 00h07, 1h34 et 6h52. Ce qui intéresse particulièrement les juges d'instruction en charge du dossier, c'est cette dernière activation.

Dernière activation à 6h52

L'information était dans les mains des juges, avant l'interpellation et la mise en examen de Cédric Jubillar soupçonné du meurtre de son épouse, mais leur demande d'information n'avait pu aboutir à l'époque. Les magistrats s'interrogent sur les données récupérées et ont nommé des experts pour savoir si ces activations peuvent être automatiques ou si elles sont nécessairement le fruit d'une manipulation humaine.

Dans la soirée, Delphine Jubillar a regardé la télévision avec son fils de six ans avant que ce dernier n'aille faire un câlin à son père avant d'aller se coucher. Il est aux alentours de 23 heures. L'exploitation des téléphones a permis de déterminer que peu avant 23 heures Delphine Jubillar envoie un message à son amant, à savoir une photo d'elle. Le petit garçon avait raconté aux enquêteurs avoir entendu une dispute entre ses parents.

Jubillar avec les gendarmes

De son côté, à 22h08, Cédric Jubillar joue au jeu "Game Of Thrones" sur son smartphone. Il raconte qu'il est parti se coucher vers 22h30, avant d'être réveillé à 3h50 par les pleurs de son bébé. C'est peu après qu'il se serait rendu compte, selon son récit, de l'absence de son épouse.

À 3h53 du matin, il rallume son téléphone pour se connecter à une application de rencontre. Il essaye ensuite de joindre frénétiquement Delphine Jubillar, près de 200 fois. À 3h59, il tente de joindre une amie du couple, puis une autre sur le coup de 4 heures, en vain.

876450610001_6301930264001

A 6h52, heure de la dernière activation du téléphone de son épouse avant que ce dernier ne soit éteint, Cédric Jubillar se trouve à son domicile de Cagnac-les-Mines en présence des gendarmes.

Alertés à 4h09 de la disparition de l'infirmière de 33 ans, ils sont arrivés chez les Jubillar à 6h31 et sont repartis à 7h12. C'est dans le but de vérifier que la dernière activation de ce téléphone a bien eu lieu à ce moment-là que ces nouvelles expertises ont été demandées.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles