Disparition de Delphine Jubillar : Un suspect a menti ! Son témoignage troublant....

Cédric Jubillar est le suspect numéro 1 dans la disparition de sa femme Delphine, survenue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Depuis un an maintenant, il est en détention provisoire dans la maison d'arrêt de Seysses en Haute-Garonne, clamant son innocence. Ses avocats estiment que le dossier de leur client ne prouve rien, outrés qu'elle puisse garder depuis autant de temps un homme sans véritables preuves. Ils avaient aussi avancé l'idée d'un autre suspect qui a été trop vite, selon eux, écarté.

Régulièrement, les avocats de Cédric Jubillar, mari de Delphine avec qui il était en procédure de divorce, défendent des demandes de remise en liberté de leur client. Pour argumenter, ils avaient notamment mis l'accent sur l'étrange témoignage d'un homme ayant avoué le meurtre... par SMS à sa conjointe. "J'ai bien tué Delphine. Elle ne voulait pas quitter son mari et ses enfants. Je l'ai frappée et enterrée dans le travers" et un second, "J'ai tué une femme, elle travaille de nuit. Elle n'a pas voulu quitter son mari pour moi. Je ne suis pas fier, je vais mettre des fleurs sur son corps et basta", lisaient-ils. Me Jean-Baptiste Alary, l'un des trois avocats de Cédric Jubillar, regrettait alors que les enquêteurs n'aient pas auditionné la compagne de cet homme.

Un élément qui a toutefois été reprécisé au cours d'une interview à Femme actuelle. Maître Alary a ainsi déclaré qu'une femme se serait présentée "à la gendarmerie le 25...

Lire la suite


À lire aussi

Disparition de Delphine Jubillar : les propos de Cédric sur sa belle-famille interrogent, nouveau témoignage !
Disparition de Delphine Jubillar : Cédric a menti, la preuve !
Affaire Maddie McCann : 15 ans après sa disparition, un suspect enfin mis en examen !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles