Disparition de Delphine Jubillar : Nouvelles déclarations de la mère de Cédric... qui l'enfoncent encore plus !

L'étau se resserre autour de Cédric Jubillar, affirmait l'avocat des parties civiles maître Battikh. Il faut dire que le peintre-plaquiste de 34 ans n'a pas beaucoup de soutien dans l'enquête sur la disparition de son épouse Delphine qui remonte à la nuit du 15 au 16 décembre 2020. S'il n'y a pas de preuve matérielle, celui qui est actuellement en détention provisoire à Seysses près de Toulouse est présenté comme le coupable idéal, un mobile se dessine d'ailleurs. Même les propos de sa mère ne sont pas en sa faveur...

La Dépêche avait rapporté au mois de mars le témoignage de Nadine Fabre, la mère de Cédric Jubillar, lors de son interrogatoire daté du 20 janvier 2022 avec les juges d'instruction du dossier, Audrey Assemat et Coralyne Chartier. Elle a affirmé aux magistrates que son fils "vivait mal l'idée d'un divorce" avec sa belle-fille, dont le corps n'a toujours pas été retrouvé.

Celle qui est très proche de son fils affirme qu'il avait des difficultés à digérer le divorce qui s'annonçait, ce qui contredit les propos du mari de Delphine Jubillar. En effet, il a toujours clamé devant les autorités que "cela se passait bien". Elle confirme également les menaces de mort proférées par son fils à l'encontre de son épouse qu'il soupçonnait de le tromper. Des paroles qu'elle n'avait pas pris, à l'époque, au sérieux.

Si dans un premier temps, Nadine avait défendu son fils des...

Lire la suite


À lire aussi

Disparition de Delphine Jubillar : les déclarations accablantes de la mère de Cédric
Disparition de Delphine Jubillar : Que deviennent ses enfants ? Enfin des nouvelles de Louis et Elyah !
Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément très intime qui met à mal la défense de Cédric

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles