Disparition de Delphine Jubillar: une nouvelle battue organisée ce jeudi

·1 min de lecture

Près de dix mois après sa disparition, les amies de Delphine Jubillar organisaient ce jeudi une matinée de recherche dans les environs de Cagnac-les-Mines (Tarn).

Le 16 décembre dernier, Delphine Jubillar «disparaissait» sans laisser de trace. Dix mois après, les recherches continuent toujours pour retrouver la jeune femme. Les enquêteurs ont perquisitionné la maison à plusieurs reprises, ont sondé lacs, rivières et puits, mené des battues dans les champs et les bois des environs de Cagnac-les-Mines, étendu les recherches dans un rayon de 15 km autour du village. Début octobre, des spéléologues ont même inspecté des friches industrielles datant de l'époque de l'exploitation minière. En vain.

Un appel de la population

La justice soupçonne toujours son mari, Cédric d'avoir tué et fait disparaître sa femme. En juin dernier, en annonçant sa mise en examen suivie de son incarcération, le procureur de Toulouse avait dépeint un «contexte de séparation très conflictuel» et que le peintre-plaquiste avait «de très grandes difficultés, affectives et matérielles, à accepter cette séparation». Lui clame toujours son innocence. Le 18 octobre dernier, il a demandé une nouvelle remise en liberté.

Sur Facebook, les amies de Delphine Jubillar ont lancé un appel à la population. Une matinée de recherche dans les environs de Cagnac-les-Mines était organisée ce jeudi, dans l'espoir de trouver des indices qui auraient échappés aux enquêteurs. «On a besoin de VOUS», déclare Emy, une proche de l'infirmière disparue. Sur les réseaux sociaux, plusieurs groupes se sont organisés, afin de recenser le moindre élément d'informations. Le principal - Enquête Affaire Delphine Jubillar - rassemble plus de 3500 membres.


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles