Disparition de Delphine Jubillar : le mobile du meurtre présumé avancé

·1 min de lecture

Après plus de quinze mois d'enquête, la disparition de Delphine Jubillar reste encore un mystère. Pourtant, la justice est loin de rester immobile, si l'on en croit Mourad Battikh, l'avocat de plusieurs proches de l'infirmière de Cagnac-les-Mines dans le Tarn. Il s'est confié au Parisien sur les informations majeures qui permettent de structurer l'accusation. Il avance même le mobile présumé de ce qui est décrit comme un meurtre.

L'enquête n'est pas au point mort, assène maître Battikh devant la presse depuis le 1er avril 2022. L'homme de loi a été reçu avec ses clients, Didier et Élisabeth, l'oncle et la tante de Delphine Jubillar, et trois de leurs enfants, au tribunal de Toulouse par les magistrates Audrey Assemat et Coralyne Chartier chargées du dossier Jubillar. Il reste mesuré quant à ses déclarations à la presse en raison de l'instruction en cours, mais a décrit les éléments qui permettent de dessiner le mobile : "Cédric Jubillar apparaît comme un mari jaloux de manière compulsive qui voyait sa femme lui échapper. Comprenant qu'il n'y avait plus de marche arrière possible et qu'il ne pourrait jamais la reconquérir, il serait passé à l'acte."

Si les preuves matérielles manquent dans ce cas, c'est la personnalité du suspect numéro 1, père des deux enfants de Delphine Jubillar et avec qui elle était en procédure de divorce, qui braque toute l'attention. Selon les proches de la jeune femme de 33 ans, leur couple...

Lire la suite


À lire aussi

Meurtre de Federico Aramburu : la famille terrassée par ce 'crime odieux', grosse avancée dans l'enquête
Disparition de Delphine Jubillar : Cédric aurait avoué le meurtre à un codétenu, il a "pété un câble"
Disparition de Delphine Jubillar : Cédric a-t-il avoué le meurtre à sa soeur ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles