Disparition de Delphine Jubillar : le mari entendu en "qualité de partie civile"

·2 min de lecture

Cédric Jubillar, mari de Delphine Jubillar qui a disparu depuis le 16 décembre dans le Tarn, a été entendu vendredi matin en «qualité de partie civile» par les magistrats instructeurs en charge de ce dossier. 

Le mari de l'infirmière de 33 ans portée disparue dans le Tarn depuis le 16 décembre, Cédric Jubillar, a été entendu vendredi matin en «qualité de partie civile» par les magistrats instructeurs en charge de ce dossier, a indiqué son avocat. «L’audition de ce (vendredi) matin s’est passée dans un climat parfaitement serein entre mon client et les magistrats. La qualité de partie civile de mon client a été confirmée et aucune mise en cause n’est envisagée», a souligné le pénaliste tarnais Me Jean-Baptiste Alary.

A lire aussi : A 4h du matin, Cédric Jubillar contacte une voisine : «Dis à Delphine de rentrer»

Cédric Jubillar a été auditionné durant 1h30 par les deux magistrats instructeurs du pôle criminel de Toulouse qui enquêtent sur cette mystérieuse disparition. Il avait déjà été interrogé par les gendarmes mais jamais auditionné par les juges d'instruction.

A lire aussi : Où est passée Delphine Jubillar ?

Les enquêteurs privilégient toujours la piste criminelle

Le couple était en instance de divorce et c'est le mari qui avait signalé aux gendarmes la disparition de Delphine Jubillar dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 décembre. Début janvier, le mari de la jeune femme, père de leurs deux enfants, de 6 ans et un an et demi, s'est constitué partie civile. «C'est la seule manière de connaître l’évolution de la procédure, la plus grosse difficulté partagée par les proches, c'est qu'on ne sait rien, c’est terrible de ne rien savoir», avait alors dit Me Alary. L'information judiciaire a été ouverte pour «enlèvement, détention ou séquestration» et les enquêteurs privilégient toujours la piste criminelle.

Les gendarmes ont sondé lacs et rivières, mené des battues dans les champs et les bois autour du village de(...)


Lire la suite sur Paris Match