Delphine Jubillar : son mari "avait organisé une véritable surveillance de son épouse"

·2 min de lecture

Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse, a donné une conférence de presse dans laquelle il a détaillé les raisons qui ont motivé la mise en examen de Cédric Jubillar, mari de Delphine Jubillar, disparue le 16 décembre 2020.

De nombreux mensonges et une couette lavée dans la nuit... Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse, a donné une conférence de presse dans laquelle il a détaillé les raisons qui ont motivé la mise en examen de Cédric Jubillar, mari de Delphine Jubillar, disparue le 16 décembre 2020. Il a d'abord expliqué pourquoi la communication sur ce dossier avait été volontairement retardée pour assurer l’intégrité des investigations et que le mère et le beau père avaient été libérés sans charge.

Des explications "évolutives" et "contradictoires"

«Cédric Jubillar a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint. Il vient d’être placé en mandat de dépôt. Monsieur Jubillar conteste son implication dans cette affaire», a-t-il ensuite confirmé, avant de donner un certain nombre d'éléments. Selon la version du mari, Delphine Jubillar est sortie de la maison le 15 décembre vers 23H00 pour promener leurs deux chiens, en plein couvre-feu, vêtue d'une doudoune blanche et avec son téléphone portable. Les chiens seraient revenus à la maison sans elle, selon le mari.

Réveillé vers 04H00 par les pleurs de leur fille, Cédric Jubillar se serait alors rendu compte de l'absence de son épouse et aurait téléphoné à des amies de cette dernière, habitant le village, pensant qu'elle pouvait se trouver chez l'une d'elles. Il a ensuite appelé la police.

Les enquêteurs ont rapidement écarté la thèse d'un départ volontaire, d'un suicide et d'un accident. «Il n’est pas normal qu’une mère de famille, mère de deux enfants, disparaisse en pleine nuit, qui part avec un téléphone sans chargeur, sans son sac à main, sans ses lunettes dont elle a besoin, sans les clés de son véhicule». «La notion de suicide est en contradiction totale(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles