Disparition de Delphine Jubillar: la mère de Cédric Jubillar accuse son fils puis se rétracte

·3 min de lecture

Lors d'une émission de voyance, la mère de Cédric Jubillar a dit croire en la culpabilité de son fils avant de se rétracter. Tous décrivent une femme en état de vulnérabilité.

Elle voulait offrir une "sépulture décente" à sa belle-fille. Jeudi dernier, quand Nadine F. contacte 100% Radio, la mère de Cédric Jubillar a un objectif: celui de savoir où se trouve le corps de Delphine Jubillar, disparue depuis 10 mois. Pour tenter de trouver des réponses, elle s'adresse à la radio locale qui diffuse notamment une émission de voyance. Dans une interview enregistrée, elle dit croire en la culpabilité de son fils.

"Avant la garde à vue au mois de juin, j’étais persuadée de l’innocence de mon fils, après la garde à vue et tout ce que m’ont montré les gendarmes, je suis malheureusement persuadée de la culpabilité de mon fils", souffle-t-elle.

"Me raccrocher à quelque chose" 

Ces propos n'ont jamais été diffusés. "Nous avons fait le choix de ne pas diffuser cette séquence compte-tenu de la sensibilité du dossier, compte tenu de la vulnérabilité de notre interlocuteur et du contexte émotionnel", explique ce mercredi sur BFMTV Brice Vidal, journaliste et coordinateur de la rédaction de 100% Radio. Les équipes de la radio locale contactent l'avocate de Nadine F. pour se faire confirmer ou infirmer ces informations.

L'avocate les reçoit ce mardi et Nadine F. se rétracte. "Je laisse le soin à la justice de faire son métier", leur dit alors la mère de Cédric Jubillar, mis en examen et placé en détention pour la disparition de sa femme. Elle évoque alors des propos tenus "dans une discussion pas intime mais privée" avec une voyante dans un besoin "de se raccrocher à quelque chose".

"Aujourd’hui, disons que je me suis un petit peu calmée et que je fais dans la retenue sur mes propos, explique Nadine F. aux journalistes de 100 % Radio. Au jour d’aujourd’hui, je suis toujours dans l’ignorance et je cherche par tous les moyens possibles et inimaginables."

Une "instrumentalisation"

Nadine F. dit désormais ne plus avoir aucune certitude, hormis le fait que sa belle-fille est décédée. "Si elle était encore en vie, avec tout le battage médiatique autour de cette affaire, elle aurait redonné signe de vie, au moins aux enquêteurs", affirme-t-elle dans La Dépêche du Midi. La mère de Cédric Jubillar, qui n'a plus de contact avec son fils, veut se concentrer sur son rôle de grand-mère et prendre soin de ses deux petits-enfants. 

Pour son avocate, Nadine F. a été "brisée" par sa garde à vue de deux jours le 16 juin dernier. "C'est une femme en plein doute", estime Brice Vidal. Lors de cette garde à vue, la mère de Cédric Jubillar avait été confrontée à son fils et de nombreux éléments matériels. Elle avait alors dit aux enquêteurs que son fils, dont le placement en détention a été maintenu mardi par la justice en raison des risques de fuite et de pressions sur les témoins, avait tenu des propos troublants, à savoir "je vais la tuer". 

Me Jessica Chefaroudi dénonce également une "instrumentalisation" de la sa cliente par les enquêteurs qui ont, selon le conseil, "tout fait pour la persuader de la culpabilité" de Cédric Jubillar. Mais l'avocate insiste, Nadège F. "n'est pas en mesure", d'apporter des éléments de réponse sur cette disparition.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles