Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : l’étrange piste d’un "gamin" à la "même coupe, la même petite tête blonde"

Emile a disparu depuis plus de quatre moIs. L'enquête se poursuit après la disparition du petit garçon en juillet dernier dans le Haut-Vernet. Ce mardi 7 novembre, des perquisitions ont été menées. À cette heure, les enquêteurs tentent de trouver des liens entre les différentes pistes. Il s'agit d'opérations de vérifications principalement liées à la suite de l'exploitation des données numériques récoltée par les enquêteurs. D’ailleurs, une étrange piste a aussi été analysée par les enquêteurs. Il s’agit de la piste d’un "gamin" à la "même coupe, la même petite tête blonde". Mais après de multiples investigations, cette piste n’a rien donné...

Pour rappel, deux témoins avaient aperçu Emile le jour de sa disparition. Selon ces témoins, le petit garçon "descendait la route" seul à quelques dizaines de mètres de la maison familiale, mais les voisins ne se sont pas inquiétés. "Les enfants circulent librement dans le village", a révélé François Balique, le maire de la commune du Vernet. Et de poursuivre : "Les enfants sont libres dans les villages, il n’y a pas de danger. C’est un village tranquille. Il y a juste des touristes qui viennent faire de la marche."

Les pistes privilégiées par les gendarmes dans la disparition du petit Emile

À cette heure, l’enquête patine et les indices semblent maigres. Pour le moment, aucune garde à vue n'est en cours et la Section de recherche de Marseille poursuit ses vérifications. Toutes (...)

Lire la suite sur Closer

Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : ce signe qui montre que les enquêteurs n’ont toujours pas refermé la pire des pistes
Astrologie 2023 : ce qui attend le signe du Lion en novembre sur le plan familial
Astrologie 2023 : ce signe dont le compte en banque va être malmené ce 11 novembre
Astrologie 2023 : le signe de la Vierge va-t-il avoir de la chance au mois de novembre ?
Harcèlement scolaire : un jeune élève se confie à Brigitte Macron et Elisabeth Borne, la réponse de la Première ministre choque