Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : le garçonnet aurait-il perdu ses "repères" ? Les langues se délient

Alors que la disparition d'Emile s'est produite depuis plus de deux mois, les investigations se poursuivent dans le hameau du Haut-Vernet. Dernièrement, les enquêteurs se sont intéressés à une dalle de béton. Cette dernière se trouvait sur une propriété située à proximité de la résidence appartenant à la famille d'Emile. Estimant que le corps de l'enfant pouvait être dissimulé sous cette fameuse dalle, les autorités l'ont détruite à la recherche d'indices. Malheureusement, il s'agissait d'une fausse piste. De son côté, l'homme qui avait fait couler cette dalle sur sa propriété s'est confié au Parisien le samedi 16 septembre 2023. "S’il avait fallu raser ma maison pour retrouver une trace d’Émile, j’aurais accepté sans hésiter", a-t-il ainsi affirmé à nos confrères. L'homme en question a fait l'acquisition de cette propriété en guise de résidence secondaire au printemps 2023. Il ne se trouvait pas dans le hameau du Haut-Vernet lors de la disparition d'Emile le samedi 8 juillet 2023. Désormais, les investigations se concentrent sur plusieurs pistes. L’hypothèse d’un accident fatal causé par un tiers n'a toujours pas été écartée par les enquêteurs. Bien que ce scénario soit plutôt incertain, il reste crédible grâce à deux témoins auditionnés par les gendarmes. En fait, ces derniers affirment avoir vu Emile déambuler seul dans la rue le jour de sa disparition.

Disparition d'Emile : "Il a pu vouloir quitter la maison pour (...)

Lire la suite sur Closer

"Si je peux me permettre…" : en pleine interview avec Franck Dubosc, Karin Viard met les pieds dans le plat sur son couple
Strasbourg : soupçonnant son compagnon d'infidélité, elle commet un geste gravissime
Fabrice Luchini : au bord des larmes dans Sept à Huit, il finit par évoquer sa vie sexuelle "pas grandiose"
Perte de poids : pourquoi prendre une douche peut faire grossir, selon les scientifiques
Disparition d’Emile, 2 ans, au Vernet : “S’il avait fallu…”, l’habitant de la maison suspecte s’exprime