Disparition de Bertrand Tavernier, l'amoureux fou du cinéma

·1 min de lecture

Farouchement indépendant, cinéphile inépuisable et incarnation du metteur en scène à la fois exigeant et populaire, le metteur en scène de "L’horloger de Saint-Paul", de "Autour de Minuit" et de "Capitaine Conan" (entre autres monuments) est décédé ce jeudi à l’âge de 79 ans. Il laisse derrière lui une œuvre considérable.

Ce qui restera son dernier film lui ressemblait et renvoyait à son triple pedigree d’historien, de pédagogue et, surtout, d’amoureux fou du cinéma… Avec le passionnant et foisonnant Voyage à travers le cinéma français, sorti sur les écrans en 2016, Bertrand Tavernier signait un documentaire fleuve sur les metteurs en scène et les films hexagonaux à ses yeux majeurs et qui, parfois, avaient été dédaignés par les " critiques officiels " et notamment par ceux de la future Nouvelle Vague qui faisaient la pluie et le beau temps dans la cinéphilie des années 50 et 60. Renoir, Duvivier, Carné, Gréville, Becker, Sautet… Tavernier y égrenait la lite de ses préférences et son récit, en images et en paroles, passionnait même les plus tièdes et instruisait même les plus érudits.Durant toute sa vie, Bertrand Tavernier ne s’est jamais lassé de revenir sur l’histoire de " son " Art : le cinéma, et de tenter de lui rendre ce que celui-ci lui avait donné, c’est-à-dire beaucoup, voire plus. " Il y a une déperdition, un manque de curiosité nous racontait-il avec sa fougue coutumière en 2002 alors que sortait sur les écrans son magnifique Laissez-passer, sur le cinéma...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Spiritualité et tensions familiales : les mystères de la disparition d'Aurélie Vaquier à Bédarieux

Disparition de Jean-Claude Carrière, inlassable amoureux des mots et des images

Disparition de Delphine Jubillar : ces cinq hypothèses encore étudiées

La lente disparition des "Bibs", les ouvriers Michelin

En Corrèze, le mystère demeure sur la disparition d'une mère de famille