Le Disney de Noël "Strange World" ne sortira pas au ciné et cela aura des conséquences

En France,
En France,

En France, "Avalonia, l'étrange voyage" ne sortira pas au cinéma mais sur Disney+ en fin d'année 2022 (Photo: Disney)

CINEMA - L’étrange Noël de Monsieur Jack, Vaiana, La reine des neiges... On ne compte plus les traditionnels Disney de Noël qui ont ravi les petits comme les grands. Sauf que cette année, le nouveau film d’animation familial du studio américain ne sortira pas au cinéma mais directement sur la plateforme de streaming Disney+ en France. Une décision jugée “terriblement injuste” qui n’est pas sans conséquence.

Le choix de Disney, annoncé dans les colonnes des Echos ce mercredi 8 juin, de zapper le grand écran est “la conséquence de la chronologie des médias telle que pratiquée en France que nous jugeons inéquitable, contraignante et inadaptée aux attentes de nos audiences”, assure la présidente du géant du divertissement en France.

La chronologie des médias régit les dates auxquelles les films peuvent être diffusés, en streaming et à la télévision notamment, dans les mois qui suivent leur sortie au cinéma. Selon le nouvel accord conclu fin janvier, les plateformes qui n’ont pas signé ce texte, dont Disney+, doivent attendre 17 mois avant de pouvoir diffuser leurs films après leur sortie au cinéma.

Dans les autres pays, les films peuvent généralement être diffusés sur les plateformes un mois et demi après leur sortie en salles. L’an passé, le Disney de Noël Encanto et son héroïne à lunettes Mirabel était ainsi sorti courant novembre en salles, puis le 24 décembre sur Disney+ dans le monde entier.... Sauf en France. Mais en 2022, Disney refuse que son petit nouveau Strange World (ou Avalonia, l’étrange voyage en VF) subisse la même contrainte.

Des “grandes pertes” pour les cinémas

Si ce choix a créé un vent de panique en France, c’est parce qu’il n’est pas sans conséquence sur tout l’écosystème du cinéma. Alors que les salles de cinéma accusent toujours une fréquentation en baisse par rapport à la période pré-Covid, devoir se passer d’un film familial pour les fêtes de fin d’année n’est évidemment pas une bonne nouvelle.

Interrogé par Variety, le directeur général de Comscore France qui mesure les audiences prédit “de grandes pertes” estimées à “15 à 20 millions d’entrées en moins” en salles si outre Disney, d’autres studios comme Paramount ou Warner Bros. (qui s’apprêtent à lancer leurs plateformes de streaming dans l’Hexagone) venaient à suivre ce modèle pour une poignée de films par an.

Mais ce n’est pas tout. Le producteur Marc Missionnier pointe également du doigt le fait que les chaînes de télévision vont aussi pâtir de cette sortie 100% streaming de Strange World. La chronologie des médias prévoit en effet que 22 mois après la sortie d’un film en salles, la “fenêtre SVOD” -qui aura duré 5 mois- se referme “pour laisser la place aux chaînes en clair” qui peuvent à leur tour diffuser un film.

Ce qui permet à TF1 ou M6 de passer La Reine des neiges à la télé moins de deux ans après sa sortie au cinéma. Sauf qu’en évitant une sortie en salles, Disney prive de fait les chaînes de ce droit.

“Retirer un film des salles met donc la pression sur les chaînes, qui ne pourront pas avoir automatiquement accès à ce film, sur les salles qui perdent des entrées potentielles, et sur les pouvoirs publics qui doivent gérer la situation”, résume ainsi le producteur de Moana Films.

Dans un communiqué transmis à l’AFP, le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français, Marc-Olivier Sebbag, a dénoncé une “décision totalement inacceptable”, “terriblement injuste” et demande à Disney de revenir sur ce choix. Mais il appelle aussi les pouvoirs publics à permettre “une résolution rapide de ce problème majeur pour (le) secteur”.

Pour l’instant, seul Strange World est concerné, a précisé la présidente de Disney France aux Echos, qui assure ”évaluer la situation film par film et pays par pays”. La sortie de Buzz l’éclair, long-métrage d’animation de Disney et déclinaison de la saga Toy Story, est prévue en salles le 22 juin. En revanche, rien n’est décidé à ce stade pour Black Panther ou le nouvel Avatar, deux grosses productions sur lesquelles comptent les salles pour améliorer des chiffres de fréquentation en berne.

A voir également sur Le HuffPost: Pendant que Cannes fête le cinéma, la fréquentation des salles ne remonte pas

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles