Ce que disent les thérapeutes à ceux qui en ont assez d’être célibataire

Brittany Wong
1 / 3

Ce que disent les thérapeutes à ceux qui en ont assez d’être célibataire

Si votre célibat vous pèse, lisez les conseils de ces thérapeutes: ils pourraient vous aider à relativiser.

CÉLIBAT - La première fois que Lauren Jarvis-Gibson s’est inquiétée de ne pas être en couple, elle avait environ 25 ans. Alors que tous ses amis s’engageaient dans des relations sérieuses avec leur partenaire, elle en était à sa troisième année de célibat consécutive.

“Au bout d’un moment, on se dit que c’est de notre faute, surtout quand on est une femme”, souligne-t-elle. “La société fait croire aux femmes qu’elle ne peuvent être pleinement épanouies qu’avec un partenaire, ce qui est totalement faux en plus d’être sexiste.”

Tout en étant consciente de la pression sociale, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de se demander si elle trouverait un jour la bonne personne.

“À la vingtaine, j’ai passé beaucoup de temps à redouter de ne jamais rencontrer le partenaire idéal”, avoue-t-elle.

Elle est loin d’être un cas isolé. On entend beaucoup parler des millennials qui refusent de s’engager (ils se marient de plus en plus tard et s’intéressent peu au sexe) mais il ne faut pas oublier que beaucoup de gens rêvent de s’engager dans une relation amoureuse à long terme à condition de trouver la bonne personne.


On devrait respecter le célibat, car c’est souvent pendant les périodes de solitude qu’on découvre qui l’on est vraiment, ce qu’on veut dans la vie et ce qui nous passionne.
Deborah Duley, psychothérapeute dans le Maryland

Cette inquiétude est fréquente chez les 25-35 ans, et pousse les personnes de cette tranche d’âge à se demander ce qui ne tourne pas rond chez elles, indique Deborah Duley, psychothérapeute et fondatrice d’Empowered Connections, dans le Maryland.

“Il existe une croyance profondément enracinée dans notre culture: si une personne est célibataire, c’est parce qu’elle ne se comporte pas comme il faut et que cela a des conséquences sur sa vie sentimentale”, précise la spécialiste. “J’entends tellement de remarques négatives comme: ‘Je ne suis pas assez bien’ ou ‘Je ne suis pas le genre de fille avec qui les garçons veulent s’impliquer’”!

Deborah...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo peut également vous intéresser :