Les discussions sur le nucléaire iranien reprendront la semaine prochaine après une pause, dit l'émissaire russe

·2 min de lecture
LES DISCUSSIONS SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN REPRENDRONT LA SEMAINE PROCHAINE APRÈS UNE PAUSE, DIT L'EMISSAIRE RUSSE

VIENNE (Reuters) - Les parties prenantes aux pourparlers de Vienne sur le nucléaire iranien sont convenues mardi de faire une pause dans les négociations afin de consulter leurs gouvernements, avant de reprendre leurs discussions la semaine prochaine.

"Des progrès ont été effectués au cours des deux dernières semaines", a déclaré Enrique Mora, secrétaire général adjoint du Service pour l'action extérieure de l'Union européenne, sur Twitter. "Mais il reste encore beaucoup de travail. Un troisième groupe d'experts a été créé pour répondre aux questions en suspens."

"Aujourd'hui, la commission conjointe du #JCPOA a pris note avec satisfaction des progrès effectués lors des négociations visant à rétablir l'accord nucléaire", a écrit quant à lui sur Twitter Mikhaïl Oulianov, le représentant de la Russie auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Le JCPoA (sigle anglais de Plan d'action global commun) est le nom officiel de l'accord conclu en juillet 2015 pour encadrer les activités nucléaires de l'Iran en échange d'une levée de sanctions internationales.

"Il a été décidé de faire une pause pour permettre aux délégations de faire le point et consulter leurs capitales. La commission se réunira à nouveau la semaine prochaine", a ajouté Mikhaïl Oulianov.

L'émissaire de la Chine a indiqué de son côté que les parties avaient commencé à ébaucher un projet de document et commençaient à entrevoir à quoi pourrait ressembler le texte définitif.

Le JCPoA a été signé par l'Iran, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l'Allemagne, mais les Etats-Unis s'en sont retirés en 2018 à l'initiative de Donald Trump et ont rétabli des sanctions contre Téhéran.

L'administration de Joe Biden, qui a accédé à la présidence américaine en janvier dernier et cherche à réintégrer l'accord, se dit prête à lever toutes les sanctions qui sont "incohérentes" avec le JCPoA, sans préciser quelles sont ces mesures.

L'Iran, qui s'affranchit par étapes de ses engagements depuis 2019, promet de les appliquer à nouveau si Washington annule toutes les sanctions rétablies ou ajoutées par Donald Trump.

Le chef de la délégation iranienne aux négociations en cours, Abbas Araqchi, a déclaré que les pourparlers avançaient en dépit de difficultés mais a prévenu que Téhéran cesserait toute discussion en cas d'"exigences déraisonnables, de perte de temps ou de marchandage irrationnel".

(Francois Murphy; version française Jean-Stéphane Brosse)