Publicité

France: ce qu’il faut retenir de la déclaration de politique générale de Gabriel Attal

Gabriel Attal a prononcé ce mardi 30 janvier sa première déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale. Dans ce discours de plus de 1h20, le Premier ministre a présenté sa feuille de route, promettant notamment de « réarmer, désmicardiser et débureaucratiser » la France. Il a également plaidé pour une « exception agricole française ».

« Dans un monde où tout s'accélère et se transforme, je refuse que notre identité puisse se diluer ou se dissoudre », a-t-il déclaré en préambule de son discours. « La France n’a jamais été, n’est pas, et ne sera jamais une nation qui subit », a-t-il affirmé.

« La France a son rang à tenir, sa voix à faire entendre, sa singularité à imposer : nous avons une fierté française à maintenir, une fierté européenne à consolider », a poursuivi le chef du gouvernement, répétant son souhait d'« affronter pour avancer ». Sur les bancs de l'Assemblée nationale, un brouhaha continu de l'opposition a laissé place à des applaudissements diffus.

Le chef du gouvernement a par ailleurs insisté sur un mot dans l'hémicycle: le mot « souveraineté », une souveraineté nationale mais qui passe aussi par l’Europe.

• Pour les agriculteurs, « une exception agricole française ».- Gabriel Attal a promis que le gouvernement serait « au rendez-vous, sans aucune ambiguïté » pour répondre à la crise agricole actuelle, lors de son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale. « Notre agriculture est notre force, et notre fierté aussi », a affirmé le chef du gouvernement. « Alors, je le dis ici solennellement : il doit y avoir une exception agricole française », a-t-il déclaré.


Lire la suite sur RFI