Von der Leyen mise sur “l’intervention publique” contre la crise énergétique

Photo YVES HERMAN/REUTERS

C’est au côté d’Olena Zelenska, l’épouse du président ukrainien, qu’Ursula von der Leyen est apparue, ce mercredi 14 septembre, à Strasbourg. Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, la présidente de la Commission a de nouveau assuré l’Ukraine du soutien des 27 face au Kremlin, ajoutant qu’elle se rendrait à Kiev le jour même.

“La solidarité de l’Europe avec l’Ukraine reste inébranlable. Les sanctions [contre la Russie] sont là pour rester.”

Selon la chaîne allemande Deutsche Welle, l’Allemande souhaite “développer les échanges commerciaux entre l’Europe et l’Ukraine, notamment dans le secteur de l’énergie”, et permettre aux Ukrainiens d’intégrer “la zone européenne où les frais d’itinérance ont été supprimés, permettant une grande fluidité des communications mobiles dans tout le bloc”.

Répondant à la proposition du président français, Emmanuel Macron, elle s’est prononcée en faveur d’une “communauté politique européenne”, soit, d’après Politico Europe, “une communauté où seraient accueillis les pays candidats à l’adhésion à l’UE [comme l’Ukraine] et ceux qui ont quitté l’Union, comme le Royaume-Uni”.

Néanmoins, analyse le titre de Bruxelles, “Ursula von der Leyen s’est gardée d’annoncer toute nouvelle livraison d’armes européennes à destination de l’Ukraine – alors que Kiev en a fait la demande”. “En plein tournant du conflit sur le terrain”, certains pays européens, comme l’Allemagne, apparaissent réticents à l’idée d’envoyer à nouveau de l’armement. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a quant à lui affirmé début septembre que “les stocks de matériel militaire de la plupart des États membres […] étaient à un niveau très bas”.

Taxation des superprofits

“De fait, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, c’est la troisième fois que la présidente de la Commission prononce un discours sur l’état de l’UE en pleine période de crise”, commente la ZDF allemande. Après deux ans de pandémie, elle doit gérer une crise diplomatique, mais aussi énergétique. Ursula von der Leyen a donc choisi de répondre aux craintes d’un hiver rude et d’annoncer “des propositions très techniques” pour sortir du marasme. “Des propositions qui devraient permettre à l’Europe de bénéficier de prix supportables pour le gaz et l’électricité.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :