Le discours d'un suprémaciste blanc interrompu par des manifestants à Gainesville

Benoît Jourdain

"Va te faire foutre, Spencer !" C'est avec ces paroles que les manifestants présents jeudi 19 octobre dans l'amphithéâtre de l'université de Gainesville, en Floride (

Etats-Unis) ont accueilli Richard Spencer, figure de l'extrême droite américaine. Des chants et slogans antiracistes ont ensuite retenti.

Il a essayé de proclamer son discours avant de quitter la scène. Puis, il est revenu une poignée de minutes plus tard pour tenter de le prononcer. "Vous essayez d'arrêter un mouvement qui grossit et qui va résister", a-t-il lancé.

Insultes à l'intérieur, manifestations à l'extérieur

Les militants antiracistes s'étaient également rassemblés à l'extérieur du bâtiment. Plusieurs dizaines d'entre eux, munis de pancartes, ont scandé des slogans. Par peur des débordements, un imposant dispositif de sécurité avait été déployé. Drones, tireurs d'élite, hélicoptères et des centaines de policiers étaient visibles.

Le souvenir des événements dramatiques de Charlottesville, où une militante antiraciste avait été tuée par un sympathisant néonazi, était encore dans les esprits. La manifestation et les heurts entre antiracistes et suprémacistes ont débouché sur l'arrestation d'un homme armé.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Catalogne : un retour aux urnes envisagé
États-Unis : les meetings de Barack Obama
Donald Trump, cible de Barack Obama et George W. Bush
Vacances : cueillette en sous-bois
Latifa Ibn Ziaten : "De ce procès, j'attends la vérité"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages