Discours d'Edouard Philippe: pour le patron de la CFDT, "la ligne rouge est franchie"

Laurent Berger a réagi ce mercredi à la prise de parole du Premier ministre au Conseil économique, social et environnemental. Jugeant le projet de réforme des retraites présenté, le syndicaliste a expliqué que le compte n'y était pas pour lui.

C'était la partie sur laquelle le gouvernement misait en cette période de turbulences, l'un des seuls syndicats en retrait des rassemblements en opposition à la réforme des retraites. Or, lors de son discours ce mercredi au siège du Conseil économique, social et environnemental à Paris, dévoilant les contours de son projet, Edouard Philippe s'est, semble-t-il, mis à dos la CFDT. A l'issue de la prise de parole, Laurent Berger, secrétaire général du syndicat, a asséné:

"Pour la CFDT, il y avait une ligne rouge dans cette réforme. C’était le fait de ne pas mélanger la nécessité d’une réforme systémique pour rendre le système plus juste, plus lisible, et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus pour travailler plus longtemps. Cette ligne rouge est franchie. Et ce n’est pas parce que on nous montre un chemin dont on aurait soi-disant les manettes…finalement on sait qu’il y aurait un âge d’équilibre de 64 ans fixé d’ores et déjà par cette réforme."

Le bureau national de la CFDT réuni cet après-midi 

Il a enchaîné: "Deuxièmement, concernant les mesures sociales de la réforme systémique, il y a encore beaucoup d’insuffisances notamment sur la question de la pénibilité avec la réintégration des quatre critères exclus en 2017, il y a donc aussi des insuffisances concernant notamment le minimum contributif avec un relèvement insuffisant."

Laurent Berger a conclu son intervention:...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :