Le discours d'Assa Traoré à la manifestation contre le racisme à Paris

Le HuffPost avec AFP
·2 min de lecture
Assa Traoré, la sœur d'Adama Traoré, a pris la parole au début de la manifestation parisienne contre les violences policières ce samedi 13 juin.
Assa Traoré, la sœur d'Adama Traoré, a pris la parole au début de la manifestation parisienne contre les violences policières ce samedi 13 juin.

RACISME - “Quand le peuple français descend (dans la rue), le message est plus fort”. Assa Traoré, la sœur d’Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne, a pris la parole au début de la manifestation contre les violences policières organisée à Paris ce samedi 13 juin.

 “La mort de George Floyd -cet Afro-américain tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc- a fait directement écho la mort de mon frère. C’est la même chose en France, nos frères meurent (...)”, a-t-elle dit, promettant de “continuer le combat” pour la justice. Elle a appelé à marcher pour “dénoncer le déni de justice, pour dénoncer la violence sociale, raciale, policière”, réclamant à nouveau la mise en examen des gendarmes impliqués dans l’interpellation de son frère.

“Depuis le 2 juin -date du rassemblement de 20.000 personnes contre le racisme devant le palais de justice-, la France reconnaît qu’il y a du racisme dans la police et dans la gendarmerie françaises. C’est une victoire, mais ce n’est pas un cadeau qu’ils nous ont fait, on a fait en sorte qu’ils reconnaissent le racisme”, a lancé Assa Traoré au micro.

“Peu importe d’où tu viens, peu importe qui tu es, ton appartenance religieuse, sexuelle, personne ne doit rester spectateur de la mort ou d’une violence raciale ou sociale”, a-t-elle ajouté, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

“Aujourd’hui nous sommes les victimes, il ne faut pas inverser les rôles”, a mis en garde Assa Traoré. “Quand un de nos frères meurt, le système inverse à chaque fois les rôles. Les policiers et les gendarmes deviennent des victimes, nos frères deviennent des coupables et on criminalise la famille”, a-t-elle estimé.

“Le nom d’Adama est inscrit dans l’histoire française. Ce nom, pour tous les Adama Traoré, est inscrit...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post