Discothèques : le Conseil d'Etat rejette une réouverture le 30 juin

·1 min de lecture

Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi les demandes d'exploitants de discothèques qui réclamaient leur réouverture d'ici au 30 juin. La plus haute juridiction administrative a estimé que le maintien de la fermeture et le couvre-feu entre 21 heures et 6 heures n'apparaissaient pas disproportionnés. Les exploitants d'établissements de nuit s'estiment eux victimes de "discrimination".

Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi les demandes d'exploitants de discothèques qui réclamaient leur réouverture d'ici au 30 juin, jugeant que le maintien de leur fermeture n'était "pas disproportionné". L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) et le Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs (SNDLL) demandaient notamment que les discothèques, privées de date de réouverture, soient intégrées "en urgence" au plan de déconfinement du gouvernement.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 21 mai

Leurs requêtes "sont rejetées", a tranché vendredi la plus haute juridiction administrative, estimant que "le maintien de la fermeture (...) et l'existence d'une interdiction de circuler entre 21 heures et 6 heures à compter du 19 mai 2021 n'apparaissent pas disproportionnés" au regard de la situation sanitaire du pays.

"La situation épidémiologique sur le territoire métropolitain demeure préoccupante"

"La fermeture prolongée, depuis le 14 mars 2020, des discothèques et des établissements de nuit porte une atteinte grave à certaines libertés fondamentales (...) et présente pour le secteur et à titre individuel pour chacun des intéressés des conséquences majeures, financières autant qu'humaines", ont reconnu les juges.

Mais "la situation épidémiologique sur le territoire métropolitain demeure préoccupante", ont-ils ajouté, relevant un "risque inhérent à l'activité qui est pratiquée dans les établissements de nuit, qui so...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :