Des dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, visés par une enquête pour "abus de confiance"

Une enquête préliminaire a été ouverte le 14 mai pour "abus de confiance" visant "plusieurs dirigeants de l'association La France insoumise", a appris l'AFP mardi 30 juin auprès du parquet de Paris, confirmant une information du Canard enchaîné.

L'enquête, confiée à la Brigade financière, vise, selon des sources concordantes, à vérifier les "conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI, dont Jean-Luc Mélenchon, se sont acquittés des amendes et des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés" en décembre 2019 dans l'affaire de la perquisition houleuse au siège de LFI l'année précédente. A l'époque, Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, le député Bastien Lachaud, le conseiller d'Etat Bernard Pignerol et l'attachée de presse Muriel Rozenfeld avaient écopé d'amendes, et ont été condamnés à verser des dommages et intérêts à 16 parties civiles. Soit 26.500 euros au total, versés non pas par les intéressés, mais par la France insoumise. "Les dommages et intérêts ont été réglés par l'association Les France insoumise dans un cadre légal, avec des délibérations internes spécifiques à cette prise en charge. Comme M. Mélenchon et ses proches ont défendu les intérêts et les locaux de l'association, l'association peut décider de les protéger, justifie auprès du Canard Enchaîné Mathieu Davy, avocat de Jean-Luc Mélenchon.

Lire la suite