Pour le dirigeant tchétchène, Ramzan Kadyrov, Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

·2 min de lecture

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie a estimé qu'Emmanuel Macron, en prenant la défense des caricatures du prophète Mahomet, pousse les musulmans "vers le terrorisme".

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a violemment critiqué mardi la défense par le président français Emmanuel Macron des caricatures du prophète Mahomet, estimant qu'il pousse les musulmans "vers le terrorisme".

Comparant Emmanuel Macron lui-même à un "terroriste", l'autoritaire dirigeant tchétchène a reproché au président français de "qualifier des actions qui sont offensantes pour près de deux milliards de musulmans du monde de 'liberté d'expression'" et de vouloir "changer leur religion".

"Le président français lui-même devient désormais comme un terroriste"

"Je ne sais pas dans quel état se trouvait Macron lorsqu'il a fait cette déclaration, mais les conséquences d'une telle réaction peuvent être très tragiques", a poursuivi Ramzan Kadyrov dans un long message sur sa chaîne Telegram. "Le président français lui-même devient désormais comme un terroriste. Soutenant les provocations, il appelle secrètement les musulmans à commettre des crimes", a-t-il ajouté.

"Vous forcez les gens au terrorisme, poussez les gens vers lui, vous ne leur laissez pas le choix et vous créez toutes les conditions pour nourrir les idées extrémistes dans l'esprit des jeunes", a-t-il encore dit.

Sommant Emmanuel Macron d'"arrêter les provocations et les attaques contre la foi avant qu'il ne soit trop tard", Ramzan Kadyrov l'a qualifié de "chef de file et inspirateur du terrorisme" en France.

Cette diatribe fait suite aux déclarations du président français après l'assassinat le 16 octobre près de Paris du professeur Samuel Paty, décapité par un extrémiste d'origine tchétchène pour avoir montré en classe certaines caricatures du prophète Mahomet. Emmanuel Macron est devenu la cible de manifestations dans plusieurs(...)


Lire la suite sur Paris Match