La directrice générale de la Fédération Française de Tennis répond à Naomi Osaka

·1 min de lecture

"On espère vraiment la revoir l’an prochain. On espère qu’elle va se rétablir vite, elle semble vraiment affectée", confie la directrice générale de la Fédération Française de Tennis, Amélie Oudéa-Castéra, dans l’émission La France Bouge sur Europe 1 à propos de la tenniswoman japonaise Naomi Osaka. Lundi, la numéro 2 mondiale a annoncé se retirer de Roland-Garros à la suite d’une polémique sur les conférences de presse auxquelles elle ne souhaitait pas assister.

Cependant, pour Amélie Oudéa-Castéra, les organisateurs des tournois du Grand Chelem (Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon et US Open) étaient dans leur "devoir de bien lui expliquer les conséquences auxquelles elle s’exposait si elle confirmait cette volonté de ne pas se conformer à son obligation médiatique". Naomi Osaka avait annoncé mercredi dernier qu’elle boycotterait les conférences de presse pendant le tournoi. Ce qu’elle a fait dimanche, après sa victoire au premier tour. Elle a été sanctionnée d'une amende de 15.000 dollars soit 12.300 euros.

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"On est là pour être le gardien du temple des règles"

Les organisateurs des quatre tournois avaient ensuite menacé dans un communiqué commun d'exclure Naomi Osaka du Majeur parisien voire des trois autres si elle persistait. "On est là pour être le gardien du temple des règles, pour veiller à ce qu’il y ait une équité entres les joueurs et pou...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles