Le directeur du lycée privé Saint-Jean-de-Passy mis en examen pour "agression sexuelle sur mineur"

·2 min de lecture

Daniel Chapellier, le directeur de Saint-Jean-de-Passy, un établissement scolaire privé réputé de Paris, a été mis en examen jeudi pour des soupçons d'agression sexuelle sur un élève de 14 ans.

Le directeur de Saint-Jean-de-Passy, un établissement scolaire privé réputé de Paris, a été mis en examen jeudi pour des soupçons d'agression sexuelle sur un élève, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes. Daniel Chapellier, 71 ans, conteste ces accusations et a annoncé son intention de "se retirer pour assurer sa défense" et de "porter plainte pour dénonciation calomnieuse", a indiqué la direction du groupe scolaire, dans une lettre envoyée jeudi aux parents d'élèves et professeurs, et dont l'AFP a eu copie.

Le conseil d'administration de l'établissement du XVIe arrondissement, qui compte 3.000 élèves, indique avoir "appris avec stupeur" cette mise en examen, annoncée par le "Figaro" et le "Point" et confirmée à l'AFP de source judiciaire.

Le plaignant, un collégien de 14 ans, aurait été convoqué début février par Daniel Chapellier dans son bureau pour des problèmes de discipline, rapporte le "Figaro". "La conversation aurait dévié sur des questions de sexualité" et le directeur est accusé d'avoir "eu des gestes déplacés envers l'élève" et de lui avoir demandé de lui "pratiquer une fellation", poursuit le quotidien.

Placé en garde à vue mardi à la brigade de protection des mineurs (BPM) dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Paris à la suite de la plainte, Daniel Chapellier a été présenté jeudi à une juge d'instruction.

En liberté sous contrôle judiciaire

Mis en examen pour "agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans", il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, a précisé la source judiciaire.

Le conseil d’administration de Saint-Jean-de-Passy ajoute dans sa lettre avoir "pris acte de la décision de M. Chapellier" et "aussitôt nommé" Nathalie Doucet Ferrant, jusque là(...)


Lire la suite sur Paris Match