Ukraine : la situation sur le front de l'Est est "difficile", reconnaît Volodymyr Zelensky

À Severodonetsk, ville clé du Donbass sous le feu intensif des forces russes, les troupes de Moscou sont "plus nombreuses et plus puissantes", a reconnu, lundi, Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien affirme néanmoins que ses troupes "tiennent bon". Retrouvez notre suivi du 6 juin.

  • 23 h 10 : la Russie accusée d'"intimider" les correspondants des médias américains

Les États-Unis ont accusé la Russie d'"intimider" les correspondants des médias américains à Moscou. "Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué vos collègues pour leur 'expliquer les conséquences de la ligne hostile de leur gouvernement dans la sphère médiatique'", a déclaré à la presse à Washington le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

"Soyons clairs, le Kremlin mène une attaque en règle contre la liberté de la presse, l'accès à l'information et la vérité", a-t-il affirmé, dénonçant un "effort clair et flagrant pour intimider des journalistes indépendants".

  • 22 h 53 : Washington juge "crédible" que Moscou "vole" du blé ukrainien

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé "crédibles" les informations selon lesquelles la Russie "vole" les exportations de céréales ukrainiennes, bloquées en raison du conflit, "pour les vendre à son propre profit".

"Tout cela est délibéré", a-t-il dit lors d'une conférence virtuelle sur l'insécurité alimentaire, accusant le président russe Vladimir Poutine de faire du "chantage" pour obtenir une levée des sanctions internationales. Il a estimé que Moscou avait, en outre, commencé à garder ses propres exportations de nourriture, après avoir imposé un "blocus naval en mer Noire qui empêche les récoltes ukrainiennes d'être acheminées" à travers le monde.

  • 20 h 06 : la diplomatie russe allonge sa liste de citoyens américains interdits d'entrée en Russie

Cette liste, en représailles à des sanctions similaires prises par Washington en liaison avec l'offensive en Ukraine, inclue 61 personnes supplémentaires dont la secrétaire au Trésor Janet Yellen, la ministre de l'Energie Jennifer Granholm ou le PDG de l'opérateur de satellites OneWeb, Neil Masterson.

Fin mai, Moscou avait rendu publique une liste de 963 personnalités interdites de séjour sur le sol russe, incluant notamment le président américain Joe Biden, le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et l'acteur Morgan Freeman.

  • 16 h 38 : à Severodonetsk, les Ukrainiens en difficulté face aux forces russes

Les forces ukrainiennes défendant la ville de Severodonetsk, dans l'Est, "tiennent bon" malgré les assauts des troupes de Moscou, mais les Russes sont "plus nombreux et plus puissants", a indiqué le président Volodymyr Zelensky.

Selon le dirigeant ukrainien, qui s'exprimait lors d'une rencontre avec des journalistes à Kiev, la situation sur le front Est est "difficile". Les villes de Severodonetsk et celle jumelle de Lyssytchansk "sont aujourd'hui des villes mortes", a-t-il dit.

  • 14 h 40 : Sergueï Lavrov met en garde les pays occidentaux contre les livraisons d'armes à longue portée à l'Ukraine

"Plus les armes à longue portée que vous livrerez seront performantes, plus nous repousserons loin de notre territoire les lignes" ukrainiennes, a déclaré le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, durant une conférence de presse.

Dimanche, le président russe, Vladimir Poutine, a prévenu que Moscou frapperait de nouvelles cibles si les Occidentaux fournissaient des missiles à longue portée à l'Ukraine, jugeant que les livraisons d'armes actuelles visaient à "prolonger le conflit".

  • 13 h 13 : Rome convoque l'ambassadeur russe

Rome a convoqué lundi l'ambassadeur de Russie pour protester contre les allégations du ministère russe des Affaires étrangères affirmant que citoyens et représentants officiels russes font l'objet de discriminations dans la péninsule.

Le secrétaire général du ministère italien des Affaires étrangères, Ettore Sequi, "a convoqué l'ambassadeur de la Fédération russe en Italie, Sergueï Razov", selon un communiqué officiel.

Le diplomate "a fermement rejeté les accusations d'amoralité envers certains représentants des institutions et des médias italiens, exprimées dans de récentes déclarations du ministère des Affaires étrangères russe (...) et il a rejeté les insinuations relatives à une prétendue implication des médias de notre pays dans une campagne antirusse", précise le communiqué.

  • 12 h 50 : Volodymyr Zelensky affirme que Boris Johnson a confirmé une nouvelle aide militaire de Londres

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré lundi que le Premier ministre britannique lui a confirmé un nouveau paquet d'aide militaire du Royaume-Uni, lors d'un appel téléphonique entre les deux dirigeants.

Volodymyr Zelensky a ajouté qu'il cherchait avec Boris Johnson "des moyens d'éviter la crise alimentaire et de débloquer les ports", en référence au blocus russe en mer Noire qui empêche l'Ukraine d'exporter une grande partie de ses produits agricoles.

  • 12 h 24 : Sergueï Lavrov juge "inconcevable" la fermeture de l'espace aérien à son avion

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a qualifié lundi d'"inconcevable" la fermeture par trois pays européens de leur espace aérien pour l'avion qui devait l'emmener en Serbie.

"L'inconcevable s'est produit", a déclaré Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse, dénonçant cette mesure comme "scandaleuse".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a également réagi devant la presse : "De tels actes hostiles à l'égard de notre pays sont capables de causer certains problèmes (...), mais ils ne peuvent pas empêcher notre diplomatie de poursuivre son travail."

  • 10 h 11 : la situation "s'est aggravée" pour l'armée ukrainienne à Severodonetsk

Après des avancées, la situation "s'est aggravée" pour les forces ukrainiennes à Severodonetsk, une ville clé de l'est du pays et actuel épicentre de combats acharnés avec les troupes russes, a annoncé le gouverneur régional.

"Les combats sont très acharnés à Severodonetsk. Nos défenseurs ont réussi à contre-attaquer et libérer la moitié de la ville, mais la situation s'est aggravée pour nous", a déclaré Sergueï Gaïdaï, gouverneur de la région de Louhansk, sur la télévision ukrainienne 1+1, sans plus de détails.

Selon lui, les bombardements se sont encore intensifiés sur Severodonetsk et Lyssytchansk, ville voisine située sur "les hauteurs" et stratégique pour "tenir la ligne de défense". Les Russes "détruisent tout avec leur tactique habituelle de terre brûlée" pour qu'il "ne reste plus rien à défendre", a-t-il accusé.

Ce centre industriel est la plus grande agglomération encore aux mains des Ukrainiens dans la région de Louhansk, où les soldats russes ont pas à pas avancé ces dernières semaines après s'être retirés ou avoir été chassés d'autres parties du territoire ukrainien, notamment des environs de la capitale Kiev.

  • 8 h 30 : "les combats font toujours rage" à Severodonetsk, rapporte notre envoyé spécial Jonathan Walsh

"Les Ukrainiens disent reprendre le dessus, mais pour l'instant, les combats font toujours rage et impossible d'avoir des idées très claires sur ce qu'il se passe là-bas", résume le journaliste de France 24 depuis la ville de Dnipro.

Au cours des dernières heures, chaque camp a revendiqué progresser dans la ville.

Selon le ministère britannique de la Défense, qui confirme une contre-attaque ukrainienne au cours des dernières 24 heures, les forces russes impliquées dans la bataille de Severodonetsk comptent des membres des séparatistes prorusses de la région de Louhansk.

  • 8 h 22 : les pays autour de la Serbie ferment leur espace aérien pour l'avion de Sergueï Lavrov

"Aujourd'hui (...), les pays entourant la Serbie ont fermé le canal de communication, en refusant d'autoriser le survol de l'avion [du ministre des Affaires étrangères russe] Sergueï Lavrov, qui se rendait en Serbie", a déclaré dimanche soir la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, citée par les agences de presse russes, à la chaîne de télévision italienne La7. "La délégation russe devait arriver à Belgrade pour des pourparlers. Mais les pays membres de l'UE et de l'Otan ont fermé leur espace aérien", a-t-elle ajouté.

Selon le quotidien serbe Vecernje Novosti, il s'agit notamment des trois pays voisins de la Serbie : la Bulgarie, la Macédoine du Nord et le Monténégro. La visite du chef de la diplomatie russe a ainsi été annulée, selon une source diplomatique russe citée par l'agence de presse Interfax.

Le Kremlin a dénoncé lundi un "acte hostile" tandis que Sergueï Lavrov a critiqué une mesure "inconcevable".

  • 4 h 02 : Volodymyr Zelensky sur la ligne de front dans le Donbass

Le président ukrainien s'est rendu dimanche auprès de ses troupes sur la ligne de front dans le Donbass, dans l'est du pays où la guerre fait rage face aux forces russes, a-t-il annoncé dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

"Nous étions à Lyssytchansk, nous étions à Soledar", a dit le dirigeant qui est allé à des postes de commandement de ces localités proches de Severodonetsk, ville clef dans l'offensive menée par Moscou dans le bassin minier du Donbass. Il s'est également rendu à Bakhmout, dans le sud-ouest de la région de Donetsk, et s'est entretenu avec des militaires, a indiqué la présidence.

Lors de son périple, Volodymyr Zelensky "a approfondi sa connaissance de la situation opérationnelle sur la ligne de front défensive", a précisé la présidence.

"Je veux vous remercier pour votre excellent travail, pour votre service, pour nous protéger tous, notre État. Je suis reconnaissant envers tout le monde", leur a-t-il dit. "Prenez soin de vous !" "Je suis fier de tous ceux que j'ai rencontrés, à qui j'ai serré la main, avec qui j'ai communiqué, que j'ai soutenus", a-t-il déclaré dans son discours quotidien.

Il a aussi précisé qu'il s'était rendu à Zaporijjia, pour y rencontrer des résidents de Marioupol qui ont réussi à fuir ce port stratégique sur la mer d'Azov presque entièrement détruit par les bombardements russes. "Chaque famille a sa propre histoire. La plupart étaient sans hommes", a-t-il relevé. "Le mari de l'une est allé à la guerre, celui de l'autre est en captivité, celui d'une autre encore, malheureusement, est mort. Une tragédie. Pas de domicile, pas d'être aimé. Mais nous devons vivre pour les enfants. De vrais héros, ils sont parmi nous."

  • 1 h 11 : Londres va fournir des lance-roquettes à l'Ukraine

Le Royaume-Uni va fournir à l'Ukraine des lance-roquettes d'une portée de 80 kilomètres pour faire face à l'offensive russe, a annoncé lundi le ministère de la Défense, prenant la suite de Washington.

Ces systèmes de lance-roquettes multiples (M270 MLRS) permettront d'"augmenter significativement les capacités des forces ukrainiennes", a indiqué le ministère dans un communiqué. Cette décision a été prise en "étroite coordination" avec les États-Unis, qui ont annoncé la semaine dernière la fourniture de systèmes Himars d'une portée de 80 kilomètres, c'est-à-dire des lance-roquettes multiples montés sur des blindés légers.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles