Trois ports ukrainiens prêts à reprendre les exportations de céréales

Les trois ports ukrainiens désignés pour les exportations de céréales ont recommencé à fonctionner. Par ailleurs, le Centre de coordination conjointe chargé du contrôle du transport par la mer Noire des grains ukrainiens a été officiellement inauguré à Istanbul. Sur le terrain militaire, l'armée de Kiev a en partie détruit un pont d'importance stratégique à Kherson, ville du Sud occupée par les Russes mais que l'Ukraine cherche à reprendre. Retrouvez le fil du 27 juillet.

  • 1 h 16 : la Russie a pris le contrôle d'une importante centrale, dit Kiev

Les troupes russes ont pris le contrôle de la deuxième plus grande centrale énergétique d'Ukraine, a déclaré mercredi un conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, ajoutant que Moscou redéployait "massivement" ses troupes dans trois régions du sud du pays.

Plus tôt dans la journée, des combattants soutenus par la Russie avaient revendiqué la prise de la centrale à charbon de Vouhlehirsk.

  • 22 h 14 : l'Ukraine aidera l'Europe à "résister à la pression énergétique" russe, assure Volodymyr Zelensky

L'Ukraine s'apprête à augmenter ses exportations d'électricité vers l'Union européenne pour aider l'Europe à "résister à la pression énergétique" de Moscou, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Nous allons augmenter nos exportations d'électricité aux consommateurs de l'Union européenne", a déclaré Volodymyr Zelensky dans son adresse vidéo quotidienne.

Ces déclarations interviennent le lendemain d'un accord des pays membres de l'Union européenne pour réduire leur consommation de gaz de façon coordonnée et aider ainsi l'Allemagne après une baisse drastique des livraisons russes.

  • 20 h 42 : Anthony Blinken annonce qu'il va parler à son homologue russe

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a annoncé qu'il prévoyait de parler prochainement avec son homologue russe Sergueï Lavrov, pour la première fois depuis l'invasion russe de l'Ukraine fin février.

Cet entretien téléphonique, prévu "dans les prochains jours (...), ne sera pas une négociation au sujet de l'Ukraine", mais devrait être essentiellement consacré aux Américains détenus en Russie et à la reprise des exportations ukrainiennes de céréales, a précisé le secrétaire d'État américain au cours d'une conférence de presse.

  • 16 h 35 : Emmanuel Macron accuse la Russie d'être "une des dernières puissances impériales coloniales"

Depuis le Bénin, le président français Emmanuel Macron a accusé la Russie d'être "une des dernières puissances impériales coloniales" après avoir lancé une "guerre territoriale" en Ukraine.

"La Russie a lancé une offensive contre l'Ukraine, c'est une guerre territoriale qu'on pensait disparue du sol européen, c'est une guerre du début du XXe, voire du XIXe siècle, je parle sur un continent (l'Afrique, NDLR) qui a subi les impérialismes coloniaux. La Russie est l'une des dernières puissances impériales coloniales" en décidant "d'envahir un pays voisin pour y défendre ses intérêts", a dit le président au cours d'une conférence de presse avec son homologue béninois, Patrice Talon, à Cotonou.

Cette déclaration intervient alors que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, effectue au même moment qu’Emmanuel Macron sa propre tournée diplomatique sur le continent.

  • 16 h 31 : Volodymyr Zelensky espère que Boris Johnson ne "disparaîtra" pas de la vie publique

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait part de son espoir que le Premier ministre britannique démissionnaire Boris Johnson, un "grand ami de l'Ukraine", ne disparaisse pas de la vie publique quand il aura quitté Downing Street.

Dans une interview qui doit être diffusée en intégralité mercredi soir sur la chaîne de télévision britannique TalkTV, le chef de l'État ukrainien a salué l'action de Boris Johnson, qui a été en première ligne dans le soutien des Occidentaux à Kiev face à l'invasion russe et est parfois considéré comme un héros en Ukraine.

  • 13 h 38 : la justice européenne confirme la suspension de RT France, Moscou promet des représailles

Moscou a promis d'entraver le "travail des médias occidentaux" sur son territoire, en représailles à la confirmation par la justice européenne de la suspension de la chaîne d'information russe RT France, décidée par l'UE après l'invasion de l'Ukraine.

"Nous allons prendre des mesures de pression similaires visant les médias occidentaux qui travaillent chez nous dans le pays", a réagi devant la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, après la publication d'un arrêt du tribunal de l'UE jugeant légale l'interdiction de diffusion de RT France.

"Nous n'allons pas non plus les laisser travailler dans notre pays", a-t-il ajouté. Ces médias ne doivent s'attendre à "aucune approche souple" de la part des autorités russes, a-t-il prévenu, dénonçant une "attaque contre la liberté d'expression et la liberté de la presse dans les pays européens, y compris en France".

  • 13 h 32 : les ports ukrainiens ont "repris le travail", selon la marine

Les trois ports ukrainiens désignés pour les exportations de céréales ont "repris le travail", même s'il reste des efforts à faire pour assurer la sécurité des convois, a annoncé la marine ukrainienne.

"Dans le cadre de la signature d'un accord sur le déblocage des ports ukrainiens pour l'exportation de céréales, les ports d'Odessa, de Tchornomorsk et de Pivdenny ont repris le travail", a-t-elle indiqué sur Telegram.

"La sortie et l'entrée des navires dans les ports maritimes se feront par la formation d'un convoi qui accompagnera le navire de tête. Mais cela sera précédé par le pénible travail des hydrographes" pour déterminer les voies sûres, a poursuivi la marine ukrainienne.

  • 13 h 25 : le centre de coordination des exportations ukrainiennes ouvre à Istanbul

Le Centre de coordination conjointe (CCC) chargé du contrôle des exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire a été officiellement inauguré à Istanbul, conformément aux accords signés le 22 juillet.

Le CCC, installé au sein d'une académie militaire, sera dirigé par "cinq représentants de la Russie, de l'Ukraine et de l'ONU, ainsi que de la Turquie, tant militaires que civils", a précisé le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, lors d'une brève cérémonie.

En vertu de ces accords, validés pour quatre mois entre la Russie, l'Ukraine, la Turquie et les Nations unies, le CCC sera chargé de conduire les inspections de navires au départ et à l'arrivée à Istanbul afin de garantir qu'ils ne transportent rien d'autre que des céréales.

  • 12 h 21 : le parlement ukrainien approuve la nomination du nouveau procureur général

Le Parlement ukrainien a approuvé la nomination du député Andriy Kostin au poste de procureur général du pays, a indiqué le bureau du procureur général.

Quelque 299 députés du Parlement, qui compte 450 sièges, ont approuvé la nomination de Andriy Kostin, a-t-il indiqué sur l'application de messagerie Telegram.

Andriy Kostin est membre du parti Serviteur du peuple, du président Volodymyr Zelensky. Le président l'avait nommé, plus tôt dans la journée, pour remplacer Iryna Venediktova, écartée par le dirigeant ukrainien, suite à un scandale.

  • 10 h 31 : au moins un mort lors d'une frappe russe à Bakhmut, selon les autorités locales

Au moins une personne a été tuée par une frappe russe sur un hôtel ukrainien dans la ville de Bakhmut, dans la région de Donetsk, selon les autorités locales.

"Selon les informations préliminaires, il y a des morts et des blessés, une opération de sauvetage est en cours", a écrit le gouverneur local Pavlo Kyrylenko sur Facebook.

Le service d'urgence local a indiqué un bilan d’au moins un mort et quatre blessés.

  • 10 h : un important pont de Kherson partiellement détruit par des frappes ukrainiennes, selon les autorités d'occupation

Des frappes ukrainiennes ont partiellement détruit un important pont de Kherson, ville occupée par les forces russes, ont annoncé les autorités d'occupation, à l'heure d'une contre-offensive ukrainienne dans cette région du sud du pays.

Le pont Antonovski, en banlieue de Kherson, est stratégique pour le ravitaillement car il est le seul reliant la ville à la rive sud du Dniepr et au reste de la région de Kherson.

"Ceux qui ont tiré sur le pont ont juste rendu la vie un peu plus difficile à la population", a affirmé aux médias russes Kirill Stremooussov, représentant des autorités d'occupation russes, minimisant l'impact de sa fermeture.

"Cela n'aura aucune influence sur l'issue des combats", a-t-il ajouté, sans pour autant préciser l'étendue des dégâts. Selon lui, "tout est prévu" et l'armée russe va installer des pontons et ponts militaires pour permettre la traversée du fleuve.

Kherson, capitale de la région éponyme, est située à quelques kilomètres à peine du front où les forces ukrainiennes ont lancé une contre-offensive afin de reconquérir ces territoires perdus dans les tous premiers jours de l'offensive russe contre l'Ukraine.

  • 8 h 28 : Wagner a probablement réalisé des avancées tactiques dans la région de Donbass, selon le renseignement britannique

La société militaire privée russe Wagner a probablement réalisé des avancées tactiques dans la région de Donbass, dans l'est de l'Ukraine, ont déclaré les services de renseignement militaires britanniques.

Les avancées ont été réalisées autour de la centrale électrique de Vuhlehirska et du village voisin de Novoluhanske, a déclaré le ministère de la Défense sur Twitter, ajoutant que certaines forces ukrainiennes se sont probablement retirées de la zone.

  • 7 h 52 : Volodymyr Zelensky nomme un nouveau procureur général

Le président ukrainien a nommé Andriy Kostin, un député du parti politique du président, pour être le prochain procureur général du pays.

Volodymyr Zelenski a soumis une demande formelle au Parlement pour que l'assemblée vote la confirmation de Andriy Kostin. Il remplacerait Iryna Venediktova, qui a été démise de ses fonctions de procureur général.

Plusieurs hauts responsables ont été écartés en raison de la collaboration avec la Russie de nombreux membres de leurs agences, avait annoncé le président, le 17 juillet.

  • 7 h 29 : forte diminution des flux de gaz naturel russe par Nord Stream 1 vers l'Allemagne

Les flux de gaz naturel russe par Nord Stream 1 vers l'Allemagne ont diminué de près de moitié à partir de 8 heures CET le 27 juillet, selon les données de l'opérateur du gazoduc.

Quelque 17,3 gigawattheures (GWh) sont arrivés en Allemagne depuis la Russie entre 8 h et 9 h (6 h à 7 h GMT) contre près de 29 GWh par heure en moyenne ces derniers jours.

Le géant russe de l'énergie Gazprom avait annoncé qu'il arrêtait une turbine de plus sur le gazoduc Nord Stream 1 pour maintenance, ce qui entraînerait une réduction des flux de gaz à partir de mercredi.

Un porte-parole du Kremlin a estimé que la réduction de débit s'expliquait par les sanctions occidentales prises contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine. "S'il n'y avait pas eu ces restrictions, tout aurait été accompli (...) dans les délais habituels", a-t-il dit.

Mais les Européens réfutent le motif technique et accusent Moscou d'utiliser le gaz en tant qu'arme économique.

  • 6 h 44 : Janet Yellen et Nadhim Zahawi discutent du plafonnement du prix du pétrole russe

La secrétaire au Trésor américain, Janet Yellen, a abordé la proposition de plafonnement des prix du pétrole russe lors d'un appel téléphonique avec le ministre britannique des Finances, Nadhim Zahawi, afin de réduire l'impact de la guerre en Ukraine sur l'énergie mondiale.

Tous deux ont discuté de la nécessité de continuer à accélérer le soutien budgétaire pour l'Ukraine, et des possibilités de tirer parti des sanctions imposées à la Russie, a déclaré le département du Trésor américain dans un communiqué.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles