Sommet Afrique-France: Macron «bousculé» lors du débat avec 11 jeunes Africains

·1 min de lecture

Pour la première fois, le sommet Afrique-France s'est tenu sans chefs d'État africains. À la place, environ 3 000 jeunes venus du continent ou membres de la diaspora ont été conviés à ce rendez-vous annuel. Après avoir participé à des tables rondes et ateliers ce vendredi matin, 11 jeunes Africains ont été invités à débattre avec le président français.

Ce qu'il faut retenir de ce sommet:

  • Répondant aux accusations de soutien à des tyrannies et aux critiques sur les interventions militaires, M. Macron a réitéré ses fondamentaux: « la France est là militairement à la demande » des pays africains. Le président a également déclaré que « la France n'avait pas vocation à rester au Mali ».

  • L'annonce de la création d'un « Fonds d'innovation pour la démocratie en Afrique », avec une « gouvernance indépendante », ainsi que plusieurs initiatives culturelles. Ce fonds, doté de 30 millions d'euros sur trois ans, doit aider les « acteurs du changement » notamment sur les questions de gouvernance et de démocratie.

  • Une première restitution de 26 oeuvres d'arts fin octobre au Bénin avant une seconde restitution à la Côte d'Ivoire.

  • La plupart des « pépites » (les jeunes sélectionnés pour interpeller le président) ont fustigé « le colonialisme » et l'attitude « paternaliste » de la France et ont plaidé pour une nouvelle relation entre la France et le continent basée sur la collaboration.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles