Guerre en Ukraine : Poutine et Erdogan renforcent leur coopération économique et énergétique

© Turkish Presidential Press Office, via Reuters

Fort du succès diplomatique assurant le départ de trois cargos chargés de céréales en Ukraine, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est rendu vendredi à Sotchi, dans le sud de la Russie, pour une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine. Les deux pays ont annoncé leur intention de resserrer leurs liens, notamment stratégiques et économiques, alors qu’Ankara poursuit son rôle ponctuel de médiateur entre Kiev et Moscou.

21 h 55 : après des frappes près du réacteur nucléaire de Zaporijjia, Moscou et Kiev s'accusent mutuellement

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que la Russie devait "porter la responsabilité" pour "l'acte de terreur" à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia occupée par l'armée russe, cible de frappes dont Kiev et Moscou s'accusent mutuellement.

De son côté, la Russie a rejeté sa responsabilité, en accusant à son tour le régime du président ukrainien Volodymyr Zelensky de "terrorisme nucléaire" : "Des formations armées ukrainiennes ont effectué trois frappes d'artillerie contre le territoire de la centrale nucléaire de Zaporijjia et de la ville d'Energodar", a affirmé l'armée russe dans un communiqué, en appelant "les organisations internationales à condamner les actions criminelles du régime de Zelensky qui effectue des actes de terrorisme nucléaire".

21 h : Poutine et Erodgan s'entendent sur des paiements de gaz en roubles et soulignent l'importance de la reprise des exportations de céréales

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan sont convenus de procéder à une partie des règlements des importations de gaz russes en roubles, selon l'agence de presse russe Interfax, citant le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak.

Ils ont par ailleurs souligné l'importance d'assurer la mise en œuvre de l'accord sur la reprise des exportations de céréales russes, ajoute TASS, citant un communiqué commun des deux dirigeants.

20 h 45 : Poutine et Erdogan s'accordent pour renforcer leur coopération économique et énergétique

Lors de leur rencontre à Sotchi, les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan ont décidé de renforcer la coopération énergétique et économique, a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Les deux dirigeants se sont mis d'accord pour "renforcer les échanges commerciaux" entre leur pays et "d'aller à la rencontre des attentes mutuelles dans le domaine de l'économie et de l'énergie", selon une déclaration commune des deux leaders, publiée par le Kremlin.

Ils ont notamment prôné la mise en place des "mesures concrètes" pour renforcer la coopération dans les domaines du transport, de l'agriculture, de l'industrie et des finances, ainsi que dans celui du tourisme, selon la même source.

19 h : la Russie interdit 62 Canadiens d'entrée sur son territoire en réponse aux sanctions

La Russie a annoncé vendredi interdire l'entrée sur son territoire à 62 Canadiens, parmi lesquels des responsables politiques et militaires, des prêtres et des journalistes. Une décision prise en réponse aux récentes sanctions canadiennes ayant visé des personnalités russes.

Moscou a pris cette décision "compte tenu du caractère particulièrement hostile du régime du Premier ministre (canadien) Justin Trudeau", a expliqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le Canada a pris ces derniers mois une série de sanctions contre Moscou en raison du conflit ukrainien, qui ont visé notamment le patriarche Kirill, chef de l'Église orthodoxe russe.

18 h 45 : des tirs endommagent une ligne électrique de la centrale de Zaporijjia, Kiev et Moscou s'accusent mutuellement

Une ligne électrique à haute tension alimentant la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le centre-sud de l'Ukraine, a été touchée par des bombardements russes vendredi, mais la centrale fonctionne toujours et aucune radiation n'a été détectée, a déclaré le groupe nucléaire ukrainien Energoatom.

L'usine se trouve en territoire sous contrôle russe depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février.

L'administration pro-russe de la ville ukrainienne occupée d'Enerhodar a déclaré que des lignes électriques de l'usine avaient été endommagées par une frappe ukrainienne.

18 h 25 : la Russie interdit aux investisseurs occidentaux de se retirer de projets dans le domaine de l'énergie et des banques

La Russie a adopté vendredi un décret interdisant aux investisseurs originaires de pays "inamicaux" de vendre les participations qu'ils possèdent dans des projets liés au secteur de l'énergie ou dans des banques, ce jusqu'à la fin de l'année.

Depuis les sanctions occidentales à l'encontre de la Russie, Moscou a pris des mesures pour empêcher les entreprises occidentales de se retirer de Russie, saisissant parfois leurs actifs.

Ce nouveau décret, signé par le président russe Vladimir Poutine et publié vendredi, interdit aux investisseurs de pays ayant imposé des sanctions à la Russie de vendre les actifs qu'ils possèdent, entre autres, dans des banques, des entreprises produisant des équipements pour le secteur de l'énergie ou des projets en lien avec la production de pétrole, de gaz, de charbon et de nickel.

16 h 50 : Amnesty International "maintient pleinement" son rapport critiqué par l'Ukraine

Amnesty International a affirmé vendredi assumer pleinement son rapport reprochant à l'armée ukrainienne de mettre en danger des civils dans sa résistance à l'invasion russe. L'organisation a accusé Kiev d'installer des infrastructures militaires dans des zones habitées, ce que Kiev a violemment rejeté.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky est allé jusqu'à accuser Amnesty International de "tenter d'amnistier l'État terroriste" russe, en réaction à la publication de ce rapport jeudi.

"Nous maintenons pleinement nos conclusions", a déclaré la secrétaire générale de l'ONG, Agnès Callamard, à l'AFP par courrier électronique. Elle a souligné que ces conclusions étaient "fondées sur des preuves obtenues lors d'investigations de grande ampleur soumises aux mêmes normes rigoureuses et processus de vérification que tout le travail d'Amnesty International".

15 h 26 : Erdogan rencontre Poutine pour "ouvrir une page très différente dans les relations", avec un possible accord en vue

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi espérer la signature d'un accord pour renforcer la coopération économique avec Turquie, lors de sa rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à Sotchi, dans le sud de la Russie. "J'espère que nous pourrons signer aujourd'hui un mémorandum sur le renforcement de nos liens économiques et commerciaux", a indiqué Vladimir Poutine, au début de la rencontre, retransmise à la télévision russe.

De son côté, le président turc a dit espérer que l’entretien permettrait d'"ouvrir une page très différente dans les relations" russo-turques, ajoutant que des délégations des deux pays avaient eu des discussions "très productives", notamment sur le commerce et le tourisme.

Le maître du Kremlin a remercié le président turc pour ses efforts qui ont permis de trouver un accord entre Moscou et Kiev sur les livraisons des céréales ukrainiennes en provenance des ports ukrainiens de la mer Noire. "Grâce à votre participation directe et à la médiation du secrétariat de l'ONU, le problème lié aux livraisons des céréales ukrainiennes en provenance des ports de la mer Noire a été réglé. Les livraisons ont déjà commencé et je voudrais vous en remercier", a-t-il indiqué.

Le président turc a aussi dit vouloir parler avec son homologue russe de la Syrie, car Ankara menace de lancer une opération militaire contre des groupes kurdes qu'il qualifie de "terroristes", ce à quoi Moscou s'oppose.

13 h 08 : Mykolaïv instaure un couvre-feu pour traquer des collaborateurs de la Russie

La ville de Mykolaïv, située sur la ligne de front dans le sud de l'Ukraine, va imposer un couvre-feu de vendredi soir à lundi matin dans le but d'arrêter les personnes qui collaborent avec la Russie, a déclaré le gouverneur de la région.

Vitaliy Kim a assuré aux habitants que le couvre-feu qui sera en vigueur de 23 h (20 h GMT) vendredi à 5 h lundi ne signifiait pas que la ville était menacée ou faisait face à une attaque imminente.

12 h 28 : "La France est un État inamical", estime le Kremlin

Les présidents russe Vladimir Poutine et français Emmanuel Macron n'ont pas eu d'entretien téléphonique depuis deux mois car la France est un pays "inamical" avec lequel des discussions ne sont actuellement pas "nécessaires", a déclaré le Kremlin.

"Eh bien, tout d'abord, la France est un État inamical au regard des actions qu'elle prend concernant notre pays", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, en réponse à une question sur l'absence d'échange téléphonique récent entre les deux dirigeants, qui s'étaient parlés à plusieurs reprises au début de l'année.

"Ils ne s'appellent pas parce qu'ils estiment que le moment n'est pas venu, et qu'actuellement ce n'est simplement pas nécessaire. Si la nécessité se fait sentir, ils peuvent s'appeler dans la minute", a affirmé Dmitri Peskov.

11 h 59 : la Russie expulse 14 diplomates bulgares

La Russie a annoncé l'expulsion de 14 diplomates bulgares en représailles à des mesures de rétorsion prises par Sofia contre Moscou. "Cette mesure est une réponse à la décision totalement injustifiée de la partie bulgare de déclarer persona non grata 70 employés de nos institutions à l'étranger, et d'instaurer des quotas sur le personnel diplomatique, administratif et technique de la Russie en Bulgarie", a dit la diplomatie russe dans un communiqué.

7 h 49 : trois nouveaux chargements de céréales ont quitté l'Ukraine

Trois nouveaux chargements de céréales ont quitté l'Ukraine en convoi vendredi matin, entamant une série de rotations régulières pour ravitailler les marchés agricoles, grâce à l'accord international signé en juillet, a annoncé le ministère turc de la Défense.

Les trois navires chargés de maïs desserviront l'Irlande, l'Angleterre et la Turquie, a précisé le ministère dans un communiqué.

7 h 30 : l'armée russe maintient la pression sur la région de Soumy, dans le nord de l'Ukraine

Si les soldats russes ont quitté la région de Soumy en mars dernier, les frappes n'ont jamais vraiment cessé dans ce territoire du nord du pays. Selon le gouverneur de la région de Soumy, les Russes, qui se concentrent actuellement sur l'est et le sud de l'Ukraine, continuent, en parallèle, à maintenir la pression sur le Nord.

Reportage de notre correspondant en Ukraine, Gulliver Cragg.

4 h : Recep Tayyip Erdogan attendu à Sotchi

La fin de la guerre en Ukraine et peut-être le début d'une autre en Syrie domineront la nouvelle rencontre, vendredi à Sotchi, entre Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

2 h 16 : trois nouveaux bateaux transportant des céréales vont quitter l'Ukraine vendredi

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a affirmé que trois nouveaux bateaux transportant plus de 58 000 tonnes de maïs allaient quitter l'Ukraine vendredi, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu. "Le départ des trois bateaux est planifié grâce au travail intensif du Centre de coordination conjointe", a affirmé le ministre, sans préciser le port de départ des navires.

Un premier chargement de céréales exporté par l'Ukraine avait quitté le port d'Odessa lundi. Après une inspection effectuée par des experts turcs, russes et ukrainiens au large d'Istanbul mercredi, il a repris sa route à destination du Liban.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles