Severodonetsk "en grande partie" sous contrôle russe, selon le gouverneur de Louhansk

Les combats intenses se sont poursuivis mercredi pour le contrôle de Severodonetsk, dont Moscou affirme avoir "libéré" les zones résidentielles, tandis que Kiev a annoncé un nouvel échange de corps de soldats russes et ukrainiens, parmi lesquels ceux de certains défenseurs de l'aciérie Azovstal à Marioupol. Voici le fil du 8 juin.

  • 4 h 52 : la "bataille" de Severodonetsk est "l'une des plus difficiles", selon Volodymyr Zelensky

Les soldats ukrainiens livrent à Severodonetsk l'une des "batailles les plus difficiles" depuis le début de la guerre pour résister aux forces russes, qui contrôlent désormais une grande partie de cette ville stratégique de l'Est où, selon le président Volodymyr Zelensky, se joue "le sort" de la région du Donbass.

"Nous défendons nos positions, en infligeant des pertes importantes à l'ennemi. C'est une bataille très dure, très difficile, probablement une des plus difficiles de cette guerre", a affirmé le président ukrainien dans une vidéo diffusée mercredi soir.

  • 22 h 59 : les sanctions anéantissent 15 ans de gains économiques en Russie

Les sanctions imposées à Moscou à la suite de l'invasion de l'Ukraine sont en train d'effacer une quinzaine d'années de progrès économique de la Russie et trois décennies d'intégration avec l'Occident, selon un rapport de l'Institut de la finance internationale (IFF) publié mercredi.

L'impact de ces mesures reste toutefois difficile à prévoir tant elles sont mouvantes avec, d'un côté, de potentielles nouvelles sanctions et, de l'autre côté, une possible riposte de la Russie, notamment dans le secteur de l'énergie.

La guerre risque d'être plus coûteuse pour le président russe Vladimir Poutine, mais les sanctions ne fonctionnent pas comme "appuyer sur un interrupteur", a déclaré l'économiste de l'IIF Elina Ribakova lors d'un point-presse. Dans sa dernière analyse, l'IIF prévoit que l'économie russe se contractera de 15 % cette année et de 3 % supplémentaires en 2023.

  • 19 h 15 : Severodonetsk "en grande partie" sous contrôle russe

"La zone industrielle est encore à nous, il n'y a pas de Russes là-bas. Les combats se déroulent uniquement dans les rues à l'intérieur de la ville", a précisé sur la messagerie Telegram Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Louhansk, tout en soulignant que Lyssytchansk connaissait "d'énormes destructions".

"Les Russes tirent sur tout, ils détruisent toutes les maisons de Severodonetsk, avec des tanks, de l'artillerie. Ils tirent sur la zone industrielle aussi, mais les combats sont en cours, nos gars résistent dans les rues", a-t-il poursuivi.

La ville voisine de Lyssytchansk est, elle, entièrement contrôlée par l'armée ukrainienne mais subit des bombardements "puissants et chaotiques", a encore indiqué Serguiï Gaïdaï, accusant les forces russes de viser "délibérément" hôpitaux et centres de distribution d'aide humanitaire.

  • 18 h 20 : les conséquences dans le monde de la guerre en Ukraine s'aggravent, selon l'ONU

Les conséquences négatives dans le monde de l'invasion russe en Ukraine s'aggravent, touchant 1,6 milliard de personnes, a affirmé mercredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en présentant un 2e rapport de l'Organisation sur ses répercussions internationales.

"L'impact de la guerre sur la sécurité alimentaire, l'énergie et les finances est systémique, grave et s'accélère", a-t-il dit. "Pour les populations du monde entier, la guerre menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère, laissant dans son sillage le chaos social et économique", a averti le chef de l'ONU.

  • 15 h 24 : nouvel échange de corps de soldats russes et ukrainiens, annonce Kiev

Kiev a annoncé un nouvel échange de corps de soldats russes et ukrainiens, parmi lesquels ceux de certains défenseurs de l'aciérie Azovstal à Marioupol, tandis que des corps restitués à l'Ukraine lors du précédent échange étaient arrivés à Kiev.

"Un nouvel échange de corps de militaires tués a eu lieu. Cinquante héros tués ont été rendus", a annoncé le ministère ukrainien de la Réintégration. "Sur nos 50 défenseurs, 37 sont des héros d'Azovstal", a-t-il précisé.

L'échange a eu lieu sur la ligne de front dans la région de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine "selon la formule 50 contre 50", selon la même source qui avait annoncé la semaine dernière le premier échange de 160 corps de soldats contre 160 qui s'est déroulé le 2 juin.

  • 13 h 15 : exportations de céréales : pas d'avancée à Ankara, malgré les risques de famine

À la suite de la rencontre entre Serguei Lavrov, ministre des Affaires étrangère russe et son homologue turc, Mevlüt Cavusoglu, Moscou s'est dit "prêt" à sécuriser les exportations de céréales ukrainiennes à Ankara.

Aucun mécanisme concret n’a toutefois été annoncé, malgré les alertes des pays méditerranéens sur le risque de famine pour des "millions" de personnes.

  • 13 h 13 : Moscou promet de répondre aux sanctions françaises contre les chaînes RT et Spoutnik

Moscou réagira à la décision de la France de suspendre la diffusion de certaines chaînes de télévision russes, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Cette déclaration survient à la suite de la décision, de la France, de suspendre la diffusion de certaines chaînes de télévision russes tel que RT et Spoutnik.

La Russie avait averti les médias américains qu'ils risquaient de se voir retirer leur accréditation si le traitement des journalistes russes aux États-Unis ne s'améliorait pas, selon des sources au fait du dossier.

  • 12 h 46 : l'Ukraine porte huit autres affaires de crimes de guerre devant la justice

L’Ukraine va juger huit nouvelles affaires de crimes de guerre, en plus des trois condamnations déjà prononcées à l’encontre de soldats russes, a déclaré mercredi la procureure générale d’Ukraine, Irina Venediktova. L’Ukraine a ouvert plus de 16 000 enquêtes sur d’éventuels crimes de guerre commis lors de l’invasion russe, qui a débuté le 24 février, a-t-elle déclaré à la télévision. Moscou nie les allégations selon lesquelles ses troupes ont commis des crimes de guerre au cours de ce qu’elle décrit comme une "opération spéciale" visant à démilitariser l’Ukraine.

"Chaque jour, nous constatons une augmentation [des enquêtes]", a déclaré Irina Venediktova. "Nous parlons de personnes qui ne sont pas seulement venues en tant que combattants militaires (…) mais qui sont aussi venues pour violer, tuer des civils, piller, humilier et ainsi de suite", a-t-elle ajouté.

>> Ukraine : comment juger les crimes de guerre ?

  • 11 h 30 : Moscou se dit "prêt" à garantir la sécurité des navires quittant les ports ukrainiens

"Nous sommes prêts à garantir la sécurité des navires qui quittent les ports ukrainiens (...) en coopération avec nos collègues turcs", a affirmé le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse avec son homologue turc Mevlut Cavusoglu à Ankara, où il est venu discuter de l'instauration de couloirs maritimes pour faciliter l'exportation de céréales.

  • 11 h 05 : la Turquie juge "légitime" de lever les sanctions sur les exportations agricoles russes

La Turquie juge "légitime" la demande de la Russie de lever les sanctions appliquées aux exportations agricoles russes pour faciliter les exportations ukrainiennes, a indiqué mercredi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

"Si nous devons ouvrir le marché international ukrainien, nous pensons que lever les obstacles aux exportations russes est légitime", a déclaré Melvut Cavusoglu qui recevait à Ankara son homologue russe Serguei Lavrov pour trouver un accord sur les exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire.

>>> Retrouvez la conférence de presse de Melvut Cavusoglu et Serguei Lavrov

  • 11 h : l'Ukraine ne déminera pas le port d'Odessa de peur d'une attaque russe

L'Ukraine refuse de déminer le port d'Odessa pour permettre la reprise de ses exportations de céréales, car elle craint que les forces russes n'en profitent pour attaquer la ville, selon le porte-parole de l'administration de la région d'Odessa Serguiï Bratchouk.

Si l'Ukraine démine le principal port du pays, la Russie "voudra attaquer, elle rêve de parachuter des troupes", a-t-il déclaré dans un message vidéo sur Telegram. "La flotte russe de la mer Noire fera semblant de se retirer vers la Crimée annexée. Mais dès qu'on déminera les accès au port d'Odessa, la flotte russe sera là", affirme-t-il.

Le responsable a fait ces commentaires peu avant que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov discute mercredi à Ankara avec son homologue turc Mevlüt Cavusoglu de l'instauration de couloirs maritimes afin de faciliter les exportations de céréales en mer Noire.

  • 10 h 35 : le Programme alimentaire mondial (PAM) s'allie à Uber pour distribuer de la nourriture

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé mercredi s'être allié à Uber, dont il utilise des véhicules plus petits que les siens, pour distribuer une aide d'urgence en Ukraine.

"Les gros véhicules ayant du mal à atteindre les personnes dans le besoin dans les agglomérations, la collaboration avec Uber permet au PAM de mieux coordonner, répartir et suivre une flotte de petits véhicules qui livrent des produits de secours depuis les entrepôts jusqu'aux personnes dans le besoin dans les zones densément peuplées d'Ukraine", indique un communiqué de l'agence onusienne spécialisée dans l'aide alimentaire d'urgence. Cette collaboration a déjà été mise en œuvre à Dnipro, Lviv ou Kiev, selon la même source.

  • 9 h 08 : "il faudra peut-être se retirer" de Severodonetsk, évoque le gouverneur de la région

Les forces ukrainiennes devront peut-être se retirer de Severodonetsk, ville-clé de l'est de l'Ukraine "bombardée 24 heures pour 24" vers des positions mieux fortifiées, a déclaré mercredi le gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï, sur la chaîne 1+1, alors que la ville est partiellement contrôlée par les Russes depuis des jours.

  • 8 h 25 : Sergueï Lavrov en Turquie pour la création de corridors maritimes

La création de couloirs maritimes sécurisés pour l'exportation de céréales par la mer Noire sera au cœur des discussions mercredi à Ankara entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue turc, Mevlüt Cavusoglu.

Sergueï Lavrov est arrivé mardi en Turquie et évoquera la possibilité pour l'Ukraine d'exporter ses récoltes bloquées dans ses ports. Un blocage qui fait flamber les prix et fait peser la menace d'une famine dans certains pays d'Afrique et du Moyen-Orient.

À la demande de l'ONU, la Turquie a proposé son aide pour escorter les convois maritimes depuis les ports ukrainiens, malgré la présence de mines dont certaines ont été détectées à proximité des côtes turques.

  • 1 h 18 : le président Zelensky évoque une "défense absolument héroïque" dans le Donbass

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré dans son adresse vidéo quotidienne mardi soir que "la situation sur le front n’a pas changé significativement ces 24 dernières heures". Les forces russes n’ont fait aucune avancée significative dans la région orientale du Donbass au cours de la journée et selon lui, "la défense absolument héroïque du Donbass continue".

  • 1 h 01 : plus de 1 000 prisonniers ukrainiens ont été envoyés en Russie et font l'objet d'une enquête, selon TASS

Plus de 1 000 soldats ukrainiens, détenus après leur reddition, lorsque les forces russes ont pris le contrôle de la ville de Marioupol, ont été transférés en Russie et font l'objet d'une enquête, a rapporté mardi l'agence de presse TASS, citant une source au sein des forces de l'ordre russes.

Si cette information est confirmée, elle pourrait compromettre les pourparlers de paix déjà difficiles entre les deux parties. Kiev espère obtenir la libération des quelque 2 000 combattants de l'usine Azovstal dans le cadre d'un échange de prisonniers, mais les parlementaires russes ont exigé que certains d'entre eux soient traduits en justice.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles