Au 100e jour de l'invasion de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky se dit certain de sa victoire

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé, vendredi, que son pays sortirait vainqueur de la guerre contre la Russie, au centième jour du conflit, alors que les combats continuent de s'intensifier dans l'est de l'Ukraine. Voici le fil du 3 juin.

  • 22 h 33 : l'ambassadeur d'Ukraine à Ankara accuse la Turquie d'acquérir du blé "volé" par la Russie

L'ambassadeur d'Ukraine à Ankara a accusé vendredi la Russie de "voler" et d'exporter des céréales ukrainiennes notamment vers la Turquie. "La Russie vole sans vergogne les céréales d'Ukraine et les exporte depuis la Crimée à l'étranger, notamment vers la Turquie", a dénoncé Vasyl Bodnar dans un message sur Twitter.

  • 21 h 13 : Vladimir Poutine propose à Macky Sall des solutions pour assurer l'exportation des céréales

Vladimir Poutine a proposé six solutions pour exporter les céréales bloquées en Ukraine à cause du conflit, le président en exercice de l'Union africaine Macky Sall se disant "rassuré" après une rencontre dans la ville de Sotchi avec le chef de l'Etat russe. L'offensive déclenchée par la Russie en Ukraine a paralysé les exportations alimentaires de ces deux géants de l'agriculture, faisant craindre une crise alimentaire mondiale, en particulier en Afrique.

Le président russe a notamment mentionné la possibilité d'exporter en passant par les ports ukrainiens de Marioupol et de Berdiansk, situés sur la mer d'Azov, qui donne accès à la mer Noire, et conquis par les forces russes au cours de leur offensive.

  • 18 h 13 : deux journalistes de l'agence Reuters légèrement blessés, leur chauffeur tué

Deux journalistes de l'agence de presse internationale Reuters ont été légèrement blessés dans l'est de l'Ukraine, tandis que leur chauffeur, employé par les séparatistes pro-russes, a été tué, a annoncé vendredi l'agence.

"Lors d'un reportage, deux journalistes de Reuters ont été légèrement blessés lorsqu'ils ont été visés par des tirs alors qu'ils étaient en route vers Severodonetsk", a indiqué un porte-parole. Il a précisé que les deux journalistes se trouvaient "dans un véhicule fourni par des séparatistes et conduit par un chauffeur employé par les séparatistes, qui a "été tué".

  • 17 h 16 : un combattant volontaire français mort en Ukraine

Un Français a été tué "dans des combats" en Ukraine, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères.

"Nous avons appris la triste nouvelle qu'un Français avait été mortellement blessé dans des combats en Ukraine", a fait savoir le Quai d'Orsay dans une réponse écrite. "Nous présentons nos condoléances à sa famille". Selon une source sécuritaire interrogée par l'AFP, l'homme était "un combattant parti comme volontaire". L'identité de cet homme n'a pas été communiquée.

  • 17 h 05 : la Russie interdit l'entrée sur son sol à 41 Canadiens supplémentaires

La Russie a interdit l'entrée sur son territoire à 41 personnalités canadiennes supplémentaires, en réponse aux sanctions annoncées par Ottawa contre des Russes pour punir Moscou de son offensive en Ukraine.

Cette mesure, qui concerne des "dirigeants d'organisations soutenant les forces ultranationalistes en Ukraine ainsi que de hauts responsables militaires" a été prise "en réponse aux nouvelles sanctions antirusses annoncées par Ottawa le 8 mai concernant la direction du ministère russe de la Défense, des dirigeants militaires et des représentants des milieux d'affaires", a expliqué la diplomatie russe dans un communiqué.

  • 17 h 02 : Macky Sall "rassuré" après sa rencontre avec Poutine sur les céréales

"Nous sortons d'ici très rassurés et très heureux de nos échanges", a déclaré Macky Sall aux journalistes à l'issue de sa rencontre à Sotchi avec Vladimir Poutine, ajoutant avoir trouvé le président russe "engagé et conscient que la crise et les sanctions créent de sérieux problèmes aux économies faibles, comme les économies africaines".

  • 15 h 30 : l'Afrique est "victime" du conflit en Ukraine, affirme Macky Sall à Poutine

Le président sénégalais et président de l'Union africaine, Macky Sall, s'est rendu vendredi à Sotchi, dans le sud de la Russie, pour insister auprès de Vladimir Poutine de "prendre conscience" que les pays africains sont "des victimes" du conflit, sur fond de crainte de crise alimentaire mondiale.

"Je suis venu vous voir pour vous demander de prendre conscience que nos pays (...) sont des victimes de cette crise au plan économique", a-t-il déclaré au début de leur rencontre, appelant également à ce que le secteur alimentaire soit "hors des sanctions" imposées par les Occidentaux en représailles de l'offensive militaire russe.

  • 15 h 13 : l'UE bannit la majeure partie du pétrole russe dans les six mois avec l'entée en vigueur du 6e train de sanctions

L'Union européenne a banni la majeure partie des importations de pétrole russe avec un embargo dans les six mois, dans son 6e paquet de sanctions contre Moscou afin de tarir le financement de la guerre contre l'Ukraine, après des négociations ardues en raison de la pression de la Hongrie.

Elle élargit aussi sa liste noire à une soixantaine de personnalités dont l'ex-gymnaste russe Alina Kabaeva, selon les sanctions publiées au journal officiel de l'UE. Visée pour son rôle dans "la propagande" du Kremlin, des médias lui prêtent une relation avec le président russe Vladimir Poutine que ce dernier a démentie.

  • 14 h 35 : intenses négociations aux Nations unies pour rouvrir les ports de la mer Noire

Les Nations unies mènent d'intenses et discrètes négociations pour libérer des dizaines de millions de tonnes de céréales ukrainiennes et empêcher une crise alimentaire mondiale, a confirmé le coordinateur de l'ONU en Ukraine, faisant part d'un optimisme très prudent.

Ces négociations sont menées notamment par le Britannique Martin Griffith, secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires, et la costaricienne Rebeca Grynspan, à la tête de la Cnuced, organe des Nations unies chargé du commerce et du développement, a révélé Amin Awad, aux journalistes à Genève, lors d'un point de presse régulier en ligne. L'ONU est jusqu'à présent restée extrêmement discrète sur ces efforts.

"Il y a beaucoup de navettes entre Moscou et d'autres pays qui sont inquiets, mais je ne pense pas qu'il y ait une solution qui émerge très clairement pour le moment", a-t-il dit.

  • 13 h 35 : Macron sommé de se rendre en Ukraine

Les Premiers ministres britannique, canadien, portugais, le chef de la diplomatie américaine, le président polonais et ceux des pays baltes... Tous ont visité l'Ukraine, mais pas Emmanuel Macron, pourtant à la tête de l'Union européenne, qui, malgré la pression, dit ne vouloir s'y rendre qu'"en temps utile".

Mardi, le chef de l'État français était encore questionné sur le sujet. "J'ai toujours eu la même réponse", a-t-il réagi. "En temps utile, dans les conditions utiles, je ferai ce déplacement."

  • 13 h 14 : Macky Sall demande à Poutine de "prendre conscience" que les pays africains sont "victimes" du conflit

Le président russe, Vladimir Poutine, donnera dans la journée à son homologue sénégalais Macky Sall, lors d'une rencontre à Sotchi (Russie), "une explication complète de sa vision concernant les céréales" bloquées dans les ports ukrainiens, a indiqué le Kremlin.

De son côté, Macky Sall demande à Vladimir Poutine de "prendre conscience" que les pays africains sont "victimes" du conflit.

  • 12 h 49 : Moscou affirme avoir atteint "certains résultats" en 100 jours

Le Kremlin a estimé avoir rempli "certains" de ses objectifs après 100 jours d'offensive contre l'Ukraine, jugeant que de "nombreuses localités" avaient été "libérées", permettant aux populations un retour à "une vie pacifique". "Ce travail va se poursuivre, jusqu'à ce que tous les objectifs de l'opération militaire spéciale soient remplis", a dit à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

  • 12 h 27 : un ancien Premier ministre de Poutine opposé à la guerre annonce s'être exilé

Mikhaïl Kassianov, le premier Premier ministre du président russe Vladimir Poutine, passé depuis lors à l'opposition, a annoncé être à l'étranger, alors qu'il s'était prononcé contre le conflit en Ukraine. "J'espère que c'est pour peu de temps", a-t-il écrit à l'AFP dans un message, confirmant des informations de médias russes.

  • 12 h 08 : "la victoire sera nôtre", assure Volodymyr Zelensky

Dans une courte vidéo de 36 secondes, se filmant devant le bâtiment de l'administration présidentielle à Kiev aux côtés notamment de son Premier ministre, Denys Chmygal, et du chef du parti présentiel, David Arakhamia, diffusée sur Instagram, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé que "la victoire sera nôtre". Et de poursuivre, "les représentants de l'État sont ici, défendant l'Ukraine depuis cent jours"

  • 11 h 49 : Moscou convoque les responsables de la presse américaine en Russie

Les chefs de bureaux de tous les médias américains implantés en Russie ont été invités à se présenter lundi au centre de presse du ministère russe des Affaires étrangères, a annoncé la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Selon cette dernière, ils seront alors tenus informés "des conséquences du comportement hostile des États-Unis". "Si le travail des médias russes ne revient pas à la normale aux États-Unis, les mesures les plus strictes seront inévitablement instaurées", a-t-elle menacé.

  • 11 h 41 : l'Ukraine "avance" vers "la famille européenne", selon son Premier ministre

L'Ukraine "avance" vers "la famille européenne", alors que la Russie elle "se rapproche d'une vie derrière le 'rideau de fer'", a assuré le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, dans un message sur Telegram.

La Russie "se rapproche de la vie derrière le rideau de fer et de l'isolement du monde développé", a-t-il fustigé. Notre destin n'est que la liberté", a-t-il précisé, affirmant que "l'Ukraine gagnera sans aucun doute" la guerre face au voisin russe.

  • 10 h 27 : la guerre en Ukraine "n'aura pas de vainqueur", selon l'ONU

"Cette guerre n'a et n'aura pas de vainqueur", a affirmé Amin Awad, coordinateur de l'ONU en Ukraine, dans un communiqué publié au 100e jour de l'invasion russe. "Nous avons besoin de paix. La guerre doit cesser", a-t-il exhorté, alors que les négociations entre Kiev et Moscou sont au point mort depuis plusieurs semaines.

  • 9 h 50 : "Les forces ukrainiennes sont en difficultés dans le Donbass"

Severodonetsk, capitale administrative de la région, est "occupée à 80 %" par les forces russes et les combats font rage dans les rues, selon le gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï, comme l'explique notre correspondant en Ukraine, Gulliver Cragg.

  • 8 h 30 : "Il faut se préparer à une guerre d'usure"

Alors que les forces russes contrôlent actuellement "environ 20 %" du territoire ukrainien, soit près de 125 000 km2, selon le président Volodymyr Zelensky, les forces sont en difficulté pour contrer l'armée russe qui s'est concentrée dans le Donbass.

  • 7 h 09 : des soldats étrangers venus prêter main forte à l'Ukraine

De nombreux volontaires étrangers sont partis combattre en Ukraine. Au début de l'invasion russe, Kiev avait publiquement lancé un appel. S'il est difficile d'évaluer leur nombre réel, ces volontaires sont bien présents sur les lignes de front. France 24 a rencontré un groupe de combattants dans l'est du pays.

  • 7 h 05 : la pénurie de médicaments sévit en Russie

  • 7 h 00 : peu de risque de pénurie de carburant pour cet été

Si l'Agence internationale de l'énergie (AIE) évoque le risque de "pénuries" en Europe, les professionnels français comme le gouvernement se montrent rassurants sur l'approvisionnement cet été.

"Lorsque la saison des vacances débutera en Europe et aux États-Unis, la demande en carburant augmentera. Il pourrait alors y avoir des pénuries : par exemple de diesel, d'essence ou de kérosène, surtout en Europe", a déclaré au Spiegel le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol.

  • 6 h 45 : Belgrade renforce ses liens avec Moscou via le gaz

Au moment où les Européens tentent d'isoler la Russie et de se sevrer tant bien que mal de ses énergies fossiles, la Serbie resserre ses relations avec Moscou au moyen d'un accord sur le gaz russe.

Le pays des Balkans a obtenu un accord "très favorable" pour la fourniture de gaz russe pendant trois ans, a annoncé le président serbe Aleksandar Vucic après un échange téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine dimanche.

La Serbie est candidate à l'entrée dans l'Union européenne depuis dix ans, mais maintient des liens étroits avec le Kremlin. Si Belgrade a condamné à l'ONU l'invasion de l'Ukraine par la Russie fin février, elle refuse de s'aligner sur les sanctions contre Moscou.

  • 6 h 30 : le confit en Ukraine entre dans son 100e jour

L'invasion de l'Ukraine par la Russie atteint vendredi son 100e jour, une offensive qui a permis à Moscou de s'emparer de 20 % du territoire ukrainien et qui se concentre sur la région du Donbass (est) et sa ville stratégique de Severodonetsk.

"Nous avons rencontré quelques succès dans la bataille pour Severodonetsk. Mais il est encore trop tôt. C'est la zone la plus difficile actuellement", a indiqué jeudi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky, évoquant une situation similaire aux alentours notamment à Lyssytchansk et à Bakhmout. Concernant la région du Donbass dans son ensemble, il a indiqué que la situation n'avait pas "changé de manière significative dans la journée".

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles