[En direct] Guerre en Ukraine: pour Poutine, les sanctions anti-russes affaiblissent l’Occident

·9 min de lecture

Au 54e jour de l'invasion russe en Ukraine, les regards se portent toujours vers l'est du pays, où l'armée russe concentre ses efforts dans le Donbass et notamment dans la ville assiégée de Marioupol. La ville de Lviv, relativement épargnée par les combats jusqu'à maintenant, a été visée par cinq tirs « puissants » de missiles faisant au moins sept morts au moins et onze blessés. Pendant ce temps, le président Vladimir Poutine soutient que les sanctions visant la Russie affaiblissaient l'Occident.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru, via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil

Les points essentiels :

►Le président russe Vladimir Poutine a décerné lundi 18 avril un titre honorifique au titre de « l'héroïsme » à la 64e brigade de fusiliers motorisés, que l'Ukraine a accusé d'avoir participé aux exactions commises à Boutcha, près de Kiev.

► La ville de Lviv, dans l'ouest du pays, relativement épargnée depuis le début de l'invasion de l'armée russe, a été prise pour cible. Des tirs « puissants » de missiles ont fait au moins sept morts et treize blessés lundi.

► À Marioupol, ville portuaire du sud-est, les derniers défenseurs ukrainiens résistent encore dans certains secteurs. Ces soldats semblent avoir ignoré l'ultimatum lancé par l'armée russe dimanche. « Ils combattront jusqu'au bout », prévient Denys Chmygal, le Premier ministre de l'Ukraine.

► L'Ukraine a publié une vidéo courte montrant Viktor Medvedtchouk, député ukrainien et proche de Vladimir Poutine. Dans celle-ci, il demande au président russe et au président ukrainien Volodymyr Zelensky de s'entendre pour un échange : sa liberté contre celle des soldats et habitants de Marioupol. La Russie a également diffusé une vidéo montrant deux combattants britanniques, Shaun Pinner et Aiden Aslin, interpellant le Premier ministre britannique, Boris Johnson. Les deux prisonniers lui demandent de les aider à rentrer chez eux en favorisant un échange avec Viktor Medvedtchouk.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

15h55: les sanctions visant la Russie affaiblissent l'Occident, selon Poutine

La Russie, pays le plus sanctionné au monde devant la Syrie et l'Iran. Mais ces sanctions affaiblissent les occidentaux, selon Vladimir Poutine. Dans son discours sur l'état de l'économie russe, ce lundi 18 avril, le président russe a ajouté que l'inflation dans son pays était en train de se stabiliser et que la demande était revenue à la normale. Un discours pour affirmer que le blocage de l'économie russe aurait échoué. Pour Vladimir Poutine, « les sanctions décidées par les pays occidentaux ont conduit à une détérioration de leur économie ».

14h50 : Vladimir Poutine honore une brigade accusée des exactions de Boutcha

Le président russe Vladimir Poutine a décerné lundi 18 avril un titre honorifique au titre de « l'héroïsme » à la 64e brigade de fusiliers motorisés, que l'Ukraine a accusé d'avoir participé aux exactions commises à Boutcha, près de Kiev. Vladimir Poutine a signé, selon le Kremlin, un décret accordant le « titre honorifique de Garde » à cette brigade du fait de l’« héroïsme et de la ténacité, la détermination et le courage » de ses hommes. Le Kremlin n'indique pas où ces hommes sont ou ont été déployés ni ne précise leurs missions.

L'Ukraine a accusé l'armée russe et notamment la 64e brigade en question d'avoir commis un massacre de civils à Boutcha, découvert après le retrait des soldats russes le 30 mars. La Russie dément et a accusé de son côté les autorités ukrainiennes et les médias occidentaux d'avoir mis en scène le massacre, ou les forces ukrainiennes de l'avoir commis pour en accuser Moscou.

13h15 : Kharkiv de nouveau bombardée, trois morts (autorités)

Des bombardements russes sur Kharkiv, grande ville du nord-est de l'Ukraine, ont fait au moins trois morts lundi, ont annoncé les autorités locales, au lendemain de frappes ayant déjà fait six morts. Selon le Parquet régional, un obus tombé en fin de matinée sur un terrain de jeu pour enfants dans une zone résidentielle a provoqué la mort d'un homme et d'une femme et endommagé des immeubles.

Le directeur d'un centre d'aide médicale d'urgence, Viktor Zabachta, a de son côté indiqué à l'agence Interfax-Ukraine qu'une frappe sur un centre de distribution d'aide humanitaire lundi avait fait un mort et six blessés. Des journalistes de l'AFP à Kharkiv ont entendu une série d'explosions nourries dans la matinée. Deuxième ville d'Ukraine avec près de 1,5 million d'habitants avant la guerre, Kharkiv a été la cible de violents combats pendant plusieurs jours au début de l'offensive mais est toujours restée sous le contrôle des forces ukrainiennes.

12h15 : plus de 4,9 millions d'Ukrainien ont fui leur pays

Selon les chiffres publiés lundi par le Haut Commissariat de des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de 4,9 millions d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion de l'armée russe, le 24 février. Le HCR recense, au 18 avril, exactement 4 934 415 réfugiés ukrainiens, chiffre en augmentation de 65 396 réfugiés supplémentaire par rapport au dernier pointage effectué dimanche.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ajoute qu'environ 215 000 non-Ukrainiens ont également fui le pays, rencontrant parfois des difficultés pour regagner leur pays d'origine. Selon l'OIM, il y aurait également 7,1 millions de déplacés à l'intérieur de l'Ukraine.

Environ 90% des personnes ayant fui l'Ukraine sont des femmes et des enfants, Kiev n'ayant pas autorisé le départ des hommes âgés de 18 à 60 ans afin qu'ils participent à l'effort contre les soldats russes. Le HCR s'alarme sur le sort des femmes et des enfants ayant fui le pays : ces réfugiés « font face à un risque accru d'être victimes d'exploitation sexuelle, de viols et de traites d'être humains ».

10h40 : l'Ukraine publie une vidéo d'un proche de Vladimir Poutine, arrêté et demandant à être échangé

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont publié une vidéo du député et homme d'affaires ukrainien Viktor Medvedtchouk, proche de Vladimir Poutine et récemment arrêté, demandant à être échangé contre les soldats et civils de la ville assiégée de Marioupol.

« Je veux m'adresser au président russe Vladimir Poutine et au président ukrainien Volodymyr Zelensky avec la demande de m'échanger par la partie ukrainienne contre les défenseurs de Marioupol et ses habitants », déclare Viktor Medvedtchouk dans cette courte vidéo non datée, où il est habillé de noir et assis à une table.

Dans le même temps, et en réponse à l'arrestation de Viktor Medvedtchouk il y a quelques jours, la télévision publique russe a diffusé des images montrant deux combattants britanniques faits prisonniers et demandant à être échangés contre le député. Ces deux hommes, Shaun Pinner et Aiden Aslin, interpellent le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et lui demandent de les aider à rentrer chez eux en favorisant un échange avec Viktor Medvedtchouk.

10h15 : le bilan s'alourdit à Lviv

Les autorités locales ont communiqué un nouveau bilan provisoire après les « puissantes » frappes de missiles russes sur Lviv : on déplore au moins sept morts et onze blessés dans la ville. « Cinq puissantes frappes de missiles d'un coup sur l'infrastructure civile de la vieille ville européenne de Lviv », a annoncé sur Twitter Mikhaïlo Podoliak, conseiller du président Volodymyr Zelensky.

Le gouverneur régional, Maksym Kozitsky, a lui évoqué quatre frappes de missiles de croisières, tirés depuis la mer caspienne : trois sur des infrastructures militaires et une sur un garage de pneumatique, qui ont provoqué des incendies. Toutes les cibles sont « gravement endommagées » selon lui.

09h35 : l'Espagne va rouvrir son ambassade à Kiev

Pedro Sanchez, le Premier ministre espagnol, annonce la réouverture de l'ambassade d'Espagne à Kiev « dans quelques jours ». Ce sera une « nouvelle preuve de l'engagement du gouvernement espagnol, de la société espagnole, aux côtés du peuple ukrainien », confie-t-il à la chaîne de télévision Antena 3.

L'ambassade d'Espagne avait été évacuée de la capitale ukrainienne au lendemain du début de l'invasion russe, le 24 février. Elle s'était installée depuis en Pologne. L'ambassade de France, délocalisée de Kiev à Lviv début mars, s'est réinstallée vendredi dans la capitale et a rouvert ses portes.

08h28 : pas d'évacuations de civils pour la deuxième journée consécutive

Comme dimanche, il n'y aura aucun couloir humanitaire en place lundi pour l'évacuation des civils des zones de combats en Ukraine, annoncent les autorités ukrainiennes. Iryna Verechtchouk, la vice-Première ministre, l'indique sur Telegram. Marioupol, ville assiégée dans l'est, est concernée. L'Ukraine accuse la Russie de « blocage » et de bombarder des convois.

07h40 : au moins six morts et huit blessés à Lviv

Les frappes de missiles russes lundi matin sur Lviv ont fait au moins six morts et huit blessés et ont « gravement endommagé » des infrastructures militaires, a annoncé Maksym Kozitsky, le gouverneur régional. « À cette heure, nous avons recensé six morts et huit blessés. Il y a un enfant parmi les victimes », a indiqué Maksym Kozitsky sur Telegram. Les frappes ont touché des infrastructures militaires et un garage de pneumatique, provoquant des incendies.

06h16 : Lviv visée par cinq « puissantes » frappes de missiles

Lviv, située à l'ouest de l'Ukraine et à moins de 70 kilomètres de la frontière polonaise, a été visée par des tirs de missiles tôt dans la matinée. Il y a eu cinq frappes « puissantes » dans cette ville d'ordinaire relativement épargnée par les combats, selon le maire Andriï Sadovy. Andriï Sadovy a indiqué sur Telegram que les secours se rendent sur place. Sur le même réseau social, le gouverneur Makysm Kozytskyi a invité les habitants à « rester dans les abris ».

« Les Russes continuent d'attaquer barbarement les villes ukrainiennes depuis les airs, déclarant cyniquement au monde entier leur "droit" de... tuer des Ukrainiens », a fustigé Mikhaïlo Podoliak, conseiller du président Volodymyr Zelensky.

03h45 : l'Ukraine a rempli un questionnaire en vue d'une adhésion à l'Union européenne

L'Ukraine a rempli un questionnaire qui va servir de point de départ à l'Union européenne pour décider de son adhésion à celle-ci, a annoncé dimanche dans la soirée un haut représentant de la présidence à Kiev, Ihor Zhovkva, à la télévision publique ukrainienne.

Ce questionnaire a été remis au président ukrainien Volodimir Zelensky par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de sa visite de la capitale le 8 avril. À cette occasion, la dirigeante avait promis d'accélérer le processus de candidature de l'Ukraine.

Ihor Zhovkva a indiqué que Bruxelles devait transmettre ses recommandations sur le respect par l'Ukraine des critères nécessaires pour prétendre intégrer le bloc communautaire. Il a dit s'attendre à ce que l'exécutif européen donne un avis favorable. « Alors, la balle sera dans le camp des États membres de l'UE », a-t-il ajouté.

03h20 : peut-être une « dernière chance » d'évacuer les civils du Louhansk

Serguiï Gaïdaï a confié dimanche que la région de Louhansk, dont il est le gouverneur, est sous « bombardement constant ». La localité de Zolote a ainsi encore été « durement touchée ». Sur Facebook, il exhorte les civils à évacuer la région. « Cette semaine risque d'être difficile. C'est peut-être la dernière fois que nous avons une chance de vous sauver », a-t-il martelé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles