[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: Kiev déclare consolider ses positions autour de Kharkiv

·17 min de lecture

Au 59e jour de l'invasion, les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir repris trois localités proches de Kharkiv aux forces russes, malgré les bombardements ayant tué deux personnes et blessé 19 autres ces dernières 24 heures.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru, via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil.

Les points essentiels :

► Le président du Conseil européen Charles Michel a demandé vendredi au président russe Vladimir Poutine de garantir des corridors humanitaires à Marioupol à l'occasion de la Pâque orthodoxe. Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis le port ukrainien de Marioupol, en grande partie contrôlé par l'armée russe, est prévue ce samedi, assure la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

► Le gouverneur de la région de Lviv, Maksym Kozytskyy, a proclamé un couvre-feu à partir de la nuit de la Pâque orthodoxe. Citant de « nouveaux renseignements », Maksym Kozytskyy détaille que le couvre-feu serait en vigueur de 23 heures jusqu'à 5 heures du matin, et ce, jusqu'à nouvel ordre.

► Selon le gouverneur de l'oblast de Louhansk Serhiy Gaidai, les villes sous contrôle ukrainien dans la région orientale subissent samedi des bombardements intenses et constants qui forcent les militaires ukrainiens à se regrouper pour se repositionner.

► « L'un des objectifs de l'armée russe est d'établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine », a déclaré vendredi un haut responsable militaire russe, parlant d'une « deuxième phase de l'opération spéciale » visant entre autres à « assurer un couloir terrestre vers la Crimée ». Un des objectifs russes vise aussi à « un couloir vers la Transnistrie [région séparatiste de Moldavie] », ce qui inquiète les autorités moldaves qui ont convoqué l'ambassadeur de Russie.

► Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres se rendra mardi en Russie où il sera reçu par Vladimir Poutine. C'est la première fois que le responsable onusien est reçu par les autorités russes depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

17h31 : Risque de perturbation des exportations de gaz vers l'Europe

Un tiers du gaz exporté de Russie vers l'Union européenne risque d'être perdu en raison de la guerre en Ukraine, a déclaré samedi Iouri Vitrenko, PDG du groupe public ukrainien Naftogaz.

Si certains États de l'Union européenne sont très dépendants de Moscou sur le plan énergétique, les 27 se sont fixés comme objectif de réduire de deux tiers leurs importations de gaz russe d'ici la fin de l'année pour sanctionner la Russie après l'invasion de l'Ukraine.

17h20 : Blinken sera en visite dimanche à Kiev, annonce Zelensky

17h13 : Kiev abandonnera les négociations avec Moscou si ses militaires à Marioupol sont tués (Zelensky)

Kiev abandonnera les négociations avec Moscou si ses militaires, retranchés dans le vaste complexe métallurgique d'Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, sont tués par l'armée russe, a déclaré samedi le président ukrainien.

« Si nos hommes sont tués à Marioupol et si des pseudo-referendums sont organisés dans la région de Kherson, alors l'Ukraine se retirera de tout processus de négociation », a affirmé Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse à Kiev.

Le président ukrainien a également appelé de nouveau à rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine « pour mettre fin à la guerre ». « Je pense que celui qui a commencé cette guerre pourra y mettre fin », a affirmé Volodymyr Zelensky, répétant qu'« il n'avait pas peur de rencontrer [Vladimir Poutine] » si cela permettait de parvenir à un accord de paix entre la Russie et l'Ukraine.

16h56 : L'armée russe affirme avoir visé un important dépôt d'armes étrangères près d'Odessa

L'armée russe a affirmé samedi avoir visé avec des « missiles de haute précision » un important dépôt d'armes livrées aux forces ukrainiennes par les Etats-Unis et des pays européens, près d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine.

« Les forces armées russes ont mis aujourd'hui hors service, avec des missiles de haute précision et de longue portée, un terminal logistique de l'aérodrome militaire près d'Odessa où était stocké un important lot d'armes étrangères livrées par les Etats-Unis et des pays européens », a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

16h43 : L’huile de tournesol rationnée dans plusieurs pays d’Europe

Au Royaume-Uni, le géant de la grande distribution Tesco va lui aussi rationner les ventes d'huile de tournesol, c'est ce qu'il a annoncé vendredi 22 avril. Plusieurs autres chaînes de supermarché britanniques, mais aussi notamment belges et françaises ont déjà pris la même décision, pour tenter de gérer au mieux les stocks de cette huile dont l'Ukraine est le premier exportateur mondial.

La guerre a fait flamber les prix des huiles végétales dans le monde

16h05 : Handball : France-Ukraine, jouer malgré tout

L’équipe de France féminine de handball affronte l’Ukraine ce samedi au Havre pour le compte des éliminatoires de l’Euro 2022 (du 4 au 20 novembre en Slovénie, Macédoine du Nord et Monténégro). Sans enjeu pour les Bleues, déjà qualifiées, ce match n’est pourtant pas un duel comme les autres quand les adversaires subissent les conséquences d’une guerre et veulent montrer la fierté de tout un peuple.

Précisions de notre envoyé spécial, Christophe Diremszian

15h38 : L'évacuation de civils de Marioupol « perturbée » par les Russes (adjoint au maire)

Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis le port ukrainien de Marioupol, en grande partie sous contrôle russe, vers la ville de Zaporijjia a échoué, a indiqué samedi un adjoint au maire de Marioupol sur son compte Telegram.

Selon Petro Andriouchtchenko, quelque 200 résidents de ce port industriel sur la mer d'Azov avaient commencé à se rassembler pour être évacués lorsqu'ils ont été « dispersés » par l'armée russe. Certains auraient été ensuite contraints de monter dans des bus en partance pour une localité occupée par les Russes, à 80 km au nord. « Une fois encore les Russes ont perturbé une évacuation », a déploré l'adjoint au maire.

15h07 : Conséquence de l'agression russe de l'Ukraine, la dégradation des liens entre l’Arabie saoudite et les États-Unis

Deux pays que l’on présentait, récemment encore, comme deux alliés indéfectibles au Moyen-Orient. À quoi tient cette discorde et quelles peuvent en être les répercussions ?

Décryptage avec notre invité David Rigoulet-Roze, spécialiste du Moyen-Orient, chercheur associé à l’Institut français d’analyse et de recherche stratégique, L’IRIS, rédacteur en chef de la revue Orient.

14h29 : Au moins cinq morts dans des frappes russes sur Odessa

Au moins cinq personnes ont été tuées et 18 autres blessées dans des frappes russes samedi sur la ville portuaire d'Odessa dans le sud de l'Ukraine, a annoncé le chef de cabinet de la présidence ukrainienne.

« Odessa: cinq Ukrainiens tués et 18 blessés. Et ce ne sont que ceux qu'on a réussi à retrouver (à ce stade). Selon toutes vraisemblances, le bilan sera plus lourd », a indiqué sur Telegram Andriï Yermak, précisant qu'« un bébé de trois mois » faisait partie des victimes.

14h01 : Près de 5,2 millions de réfugiés

Le nombre de réfugiés ukrainiens ayant fui l'invasion de leur territoire par l'armée russe fin février continue d'augmenter et s'approche des 5,2 millions, selon les chiffres du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés publiés samedi.

Selon le HCR, 5 163 686 Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l'invasion russe le 24 février, soit 29 939 de plus que le chiffre publié jeudi. Au mois d'avril, ce sont pour l'heure un peu plus de 1 128 000 Ukrainiens qui ont fui, bien moins que les 3,4 millions qui avaient choisi l'exode en mars.

13h43 : Le ministre des Finances allemand défend la politique de Scholz sur l'Ukraine

Le ministre allemand des Finances, le libéral Christian Lindner, a pris samedi la défense du chancelier Olaf Scholz, critiqué de toute part pour son manque présumé de leadership et un soutien jugé trop timoré à l'Ukraine.

Le chancelier social-démocrate « Olaf Scholz est une personnalité dirigeante très soucieuse de ses responsabilités, qui pèse soigneusement ses décisions », a déclaré le grand argentier allemand au congrès de son parti, le FDP, à Berlin.

« Le chancelier a la confiance du FDP et aussi de son groupe parlementaire au Bundestag », a-t-il mis au point dans ce discours tenu en visioconférence depuis Washington. Le ministre a été testé positif au Covid-19 il y a quelques jours, lors d'une visite aux États-Unis.

Ce soutien sans équivoque d'un des poids lourds du gouvernement allemand intervient sur fond de critiques continues adressées au chancelier, par l'opposition conservatrice mais aussi au sein même du parti libéral et des Verts, l'autre parti composant l'exécutif en Allemagne.

13h15 : La pression russe ne faiblit pas à Marioupol, intenses bombardements dans la région de Louhansk

Les forces russes ont repris l’assaut visant les derniers éléments ukrainiens retranchés dans le site métallurgique d’Azovstal, à Marioupol, au surlendemain de l’annonce par Moscou de sa victoire dans la ville portuaire, ont déclaré des responsables locaux.

Plus longue bataille depuis le lancement de l’offensive en Ukraine, le siège de Marioupol, doit permettre, en cas de victoire russe, de relier la région du Donbass à la Crimée, la péninsule annexée en 2014 par Moscou.

12h18 : Vladimir Kara-Mourza, opposant à Poutine envers et contre tout

En Russie, la pression s'accroît sur l'opposant qui n'hésite pas à critiquer l'invasion de l'Ukraine. Vladimir Kara-Mourza était déjà derrière les barreaux lorsqu'il a appris vendredi son placement en détention jusqu’en juin dans le cadre d'une enquête pour de « fausses informations ». Selon la nouvelle législation adoptée le mois dernier en Russie visant ce que le Code pénal définit comme de « fausses informations sur l'emploi des forces armées russes », l'opposant risque jusqu'à 15 ans de prison.

Les autorités ont renforcé leur arsenal juridique pour contrôler la communication sur l'opération militaire en Ukraine. D'autres enquêtes similaires ont été ouvertes contre des critiques du conflit. Employer les mots « guerre » ou « invasion » suffit à enclencher des poursuites contre n'importe quel citoyen russe.

À lire aussi : Russie: Vladimir Kara-Mourza, opposant à Poutine, envers et contre tout

11h59 : L'Ukraine annonce avoir repris aux Russes trois localités proches de Kharkiv

L'Ukraine a déclaré samedi avoir repris trois localités proches de Kharkiv, deuxième ville du pays située dans l'est et régulièrement frappée par l'artillerie, alors que l'armée russe continue à concentrer ses efforts dans le Donbass et dans le sud du pays.

« Nos forces armées ukrainiennes ont réussi une contre-offensive lancée hier matin. Après de longs combats acharnés, nos unités ont délogé les troupes russes de Bezrouki, Slatine et Proudïanka », déclare sur Telegram Oleg Synegoubov, gouverneur de la région de Kharkiv. Parmi ces trois villages situés au nord de Kharkiv, Proudïanka, le plus septentrional, se trouve à une quinzaine de kilomètres de la frontière russe.

Oleg Synegoubov a également précisé que deux personnes avaient perdu la vie et 19 avaient été blessées par les bombardements russes dans la région de Kharkiv au cours des dernières 24 heures.

Selon le porte-parole du ministère de la Défense ukrainien, Kharkiv reste « partiellement bloquée » par les forces russes, notamment présentes au nord-ouest et qui « renforcent leurs positions » au sud de la ville. D'après la même source, les Russes ont poursuivi leurs offensives dans les districts d'Izioum et de Barvinkove pour « prendre le contrôle du réseau ferré ». L'armée russe tente dans cette zone, frontalière entre les régions de Kharkiv, de Donetsk et de Lougansk, d'encercler les positions fortifiées de l'armée ukrainienne dans le Donbass.

À lire aussi : Guerre en Ukraine: dans le Donbass, à 750 mètres des forces russes

11h08 : Lviv confiné pour la Pâque orthodoxe

Le gouverneur de la région de Lviv, Maksym Kozytskyy, a proclamé un couvre-feu à partir de la nuit de la Pâque orthodoxe. Citant de « nouveaux renseignements », Kozytskyy a déclaré que le couvre-feu serait en vigueur de 23 heures jusqu'à 5 heures du matin, et ce, jusqu'à nouvel ordre.

« Malheureusement, l'ennemi n'a pas le concept de grande fête religieuse », écrit le gouverneur de la région de Lviv. « Ils sont tellement bestiaux qu'ils ne comprennent pas ce qu'est Pâques ». Maksym Kozytskyy ajoute que la direction de l'église soutient cette décision et que toutes les églises de la région reporteront leurs services de la nuit de Pâques aux heures du matin.

10h46 : La guerre en Ukraine s'invite dans l'élection slovène

Dimanche, les Slovènes renouvellent leur Parlement après deux années marquées par la dérive droitière et autoritaire du Premier ministre Janez Janša, émule de Viktor Orbán. Une vaste coalition allant du centre à la gauche radicale espère lui faire barrage.

Mais Janez Janša pourra compter sur une image de chef de guerre, dans une Europe menacée par l'invasion russe de l'Ukraine. Le 15 mars dernier, le Premier ministre a été l'un des premiers dirigeants européens à se rendre à Kiev, en compagnie de ses homologues polonais et tchèque, l’occasion d’afficher son soutien à l’Ukraine, et surtout de se mettre en scène.

À lire aussi : La Slovénie va-t-elle tourner la page Janša?

09h56 : Moscou déploiera ses missiles Sarmat à l'automne au plus tard

La Russie déploiera à l'automne au plus tard son nouveau missile balistique intercontinental Sarmat dans la région de Krasnoïarsk, à environ 3 000 km à l'est de Moscou, rapporte samedi l'agence Tass qui cite le directeur de Roscosmos, l'agence spatiale russe.

Mercredi 20 avril, les autorités russes ont assuré avoir conduit avec succès un test de ce nouveau missile que Vladimir Poutine présente comme unique au monde et susceptible de faire réfléchir tous ceux qui seraient tentés de menacer son pays.

09h34 : La guerre en Ukraine ravive les tensions russo-japonaises

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les relations se dégradent de plus en plus entre la Russie et le Japon, ce dernier soutenant les sanctions occidentales contre Moscou. De vieux conflits territoriaux refont surface entre les deux pays et dans sa publication annuelle du ministère des Affaires étrangères, Tokyo accuse Moscou d'avoir annexé « illégalement » les Kouriles, de petites îles au nord du Japon, envahies par l'armée soviétique dans les tout derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Depuis près de vingt ans, le Japon n'avait plus durci le ton à ce point.

À lire aussi : Le Japon durcit le ton face à la Russie et l’accuse d’avoir annexé illégalement les Kouriles

09h18 : La Russie affirme avoir frappé 66 sites militaires ukrainiens

Les forces russes déclarent avoir frappé quelque 66 installations militaires ukrainiennes dans la nuit de vendredi à samedi, dont trois entrepôts d'armes. Ce samedi, Igor Konashenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a également assuré que l'armée russe avait abattu un avion de chasse ukrainien dans la région de Kharkiv. L'armée ukrainienne n'a, pour l'instant, pas confirmé ces informations.

08h00 : Les bombardements s'intensifient dans la région de Louhansk

Selon le gouverneur de l'oblast Serhiy Gaidai, les villes sous contrôle ukrainien dans la région orientale subissent samedi des bombardements intenses et constants. Les forces ukrainiennes sont en train de quitter certaines positions pour se regrouper, poursuit-il, tout en réfutant un quelconque revers.

07h41 : Nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis Marioupol samedi

Une nouvelle tentative d'évacuation de civils depuis le port ukrainien de Marioupol, en grande partie contrôlé par l'armée russe, est prévue ce samedi, assure la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk.

« Aujourd'hui, nous essayons à nouveau d'évacuer les femmes, les enfants et les personnes âgées », indique la responsable sur Facebook, en précisant que les civils, qui ont commencé à se rassembler près d'un centre commercial de la ville, espèrent pouvoir commencer à évacuer vers 12h00 (10h00 TU).

07h29 : Des gilets pare-balles fabriqués par des réfugiés ukrainiens

Tlusty & Co., qui propose une grande variété de produits en cuir faits à la main, n'avait jamais eu l'intention d'ajouter à sa production des équipements de protection qui permettraient de sauver des vies. Mais avec l'invasion déclenchée par la Russie, tout a changé.

Après que les troupes russes ont lancé l'assaut sur l'Ukraine, la compagnie tchèque a engagé des réfugiés ukrainiens pour devenir l'un des contributeurs d'un plan visant à équiper de gilets pare-balles les Ukrainiens confrontés aux forces d'invasion.

« Nous étions confrontés à une situation où nous devions décider. Et parce que nous nous considérons comme faisant partie d'une communauté qui veut aider dans cette situation comme elle le peut, ce qui est tout à fait naturel quand on voit les nouvelles, nous avons décidé de dire oui », explique Ivan Petruv, propriétaire de Tlusty & Co.

À ce jour, les petites mains de Tlusty & Co. ont fabriqué près de 720 gilets pare-balles. La compagnie tchèque prévoit d'en livrer 400 autres prochainement.

06h39 : Le Royaume-Uni affirme que les forces russes n'ont pas remporté de « gains majeurs » ces dernières 24 heures

« Malgré une activité accrue, les forces russes n'ont pas réalisé de gains majeurs au cours des dernières 24 heures, les contre-attaques ukrainiennes continuant à entraver leurs efforts », déclare le ministère britannique de la Défense dans une publication sur Twitter.

Selon le renseignement militaire britannique, « les forces aériennes et maritimes russes n'ont pas établi de contrôle [...], en raison de l'efficacité de la défense aérienne et maritime de l'Ukraine qui réduit leur capacité à progresser de manière notable. »

Malgré la conquête revendiquée par la Russie de Marioupol, de violents combats continuent dans la ville portuaire, entravant la progression des forces russes dans la région du Donbass.

06h17 : Trois morts et sept blessés dans des bombardements dans l'oblast de Donetsk

Au moins trois civils sont morts et sept ont été blessés par des bombardements dans cette région de l'est de l'Ukraine, alors que les forces russes continuent leur offensive sur les deux provinces de Donetsk et de Louhansk.

Dans une publication sur Telegram, le gouverneur de l'oblast de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a déploré la mort de « trois habitants pacifiques de plus ». Il affirme que, depuis le début de l'invasion il y a deux mois, les forces russes ont détruits de nombreux bâtiments civils de la région.

05h44 : Un week-end pascal sans célébrations pour beaucoup d'Ukrainiens

Il n'y aura pas de service pour la Pâque orthodoxe ce dimanche dans l'église de Lukashivka, un village du nord de l'Ukraine. Le lieu de culte, une épave de briques brisées et de pierres noircies, est pratiquement détruit. Un des dômes dorés a été arraché, ses cloches gisent au sol. À l'intérieur, un petit crucifix en métal subsiste parmi les gravas.

« Nous avions une telle église. C'est dommage », s'émeut Lybov Matros, une habitante de la ville, pendant que des hommes démontent des véhicules militaires russes abandonnés à proximité.

L'église de Lukashivka, située à proximité de Tchernihiv, avait été utilisée lors de l'avancée des forces russes comme dépôt de munitions, avant d'être bombardée par les militaires ukrainiens. Le lieu de culte avait survécu à la Seconde Guerre mondiale et aux années les plus austères de l'Union soviétique, lorsque les autorités l'ont dépouillée de ses icônes religieuses.

Aujourd'hui, les villageois estiment qu'il faudra des années pour que l'église retrouve sa splendeur passée. Mais ils jurent de la reconstruire, coûte que coûte.

À lire aussi : Quelle Pâque pour les orthodoxes d’Ukraine ?

05h09 : À Odessa, des volontaires pour contribuer à l'effort de guerre

Alors que la guerre entre dans son troisième mois, la société civile ukrainienne poursuit ses actions pour soutenir les combattants. Depuis le début du conflit, à Odessa, sur la Mer noire, un groupe de plusieurs centaines de volontaires travaille ensemble dans un ancien bar à plusieurs projets en faveur des forces armées et des civils. Ancien ingénieur ou électricien, ils ont répondu à l’appel.

►Écoutez le reportage de nos envoyées spéciales à Odessa, Aabla Jounaïdi et Oriane Verdier.

04h42 : USAID débloque 131 millions de dollars d'aide supplémentaire pour l'Ukraine

L'agence de développement américaine déclare avoir alloué 131 millions de dollars visant à renforcer « la résilience, la démocratie, la croissance économique et la Santé ». Cette promesse, réalisée à l'occasion d'une visite du Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal à Washington, fait suite à une autre déclaration.

Vendredi, le président américain Joe Biden a officialisé une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars, portant à plus de 4 milliards de dollars l'aide à l'Ukraine sous l'administration Biden.

04h20 : Aucune trêve en vue à l'orée de la Pâque orthodoxe

Les appels à la trêve en Ukraine à l'occasion du week-end pascal en terre orthodoxe semblent rester lettre morte, notamment à Marioupol, en raison d'un persistant dialogue de sourds entre Kiev et Moscou.

La guerre dure, ce samedi, depuis deux mois, mais la « deuxième phase de l'opération spéciale » lancée par Moscou vient de commencer, cette semaine. « L'un des objectifs de l'armée russe est d'établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine », a asséné vendredi un haut responsable militaire russe.

Les autorités ukrainiennes expliquent de leur côté avoir réclamé une trêve pascale. Mais celle-ci a été « rejetée » par Moscou, assurait jeudi Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien a ensuite accusé, vendredi soir, la Russie d'avoir « apporté la mort en Ukraine », tout en ajoutant : « La mort n'a aucune chance de gagner sur la vie, tout chrétien le sait ».

Le Kremlin a de son côté affirmé que Kiev refusait la reddition des derniers soldats ukrainiens présents dans la zone industrielle d'Azovstal, alors que l'armée russe se disait prête à observer « à tout moment » une trêve « sur tout ou partie » de ce site pour permettre l'évacuation de civils et la reddition de combattants.

04h00 : Bonjour et bienvenue dans ce direct

RFI vous accompagne jusqu'à 2h00 TU. Vous pouvez retrouver le live d'hier ici.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles