[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: la piste de l'aéroport d'Odessa détruite par une frappe russe

Au 66e jour de l'invasion russe en Ukraine ce samedi 30 avril, la bataille de communication fait rage entre Kiev et Moscou autour des bombardements dans le Donbass. Le président Emmanuel Macron a indiqué à Volodymyr Zelensky que la France allait renforcer l'aide militaire et humanitaire en Ukraine.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil.

Les points essentiels :

Dans un entretien avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, Emmanuel Macron a indiqué que la France allait renforcer l'envoi de matériel militaire et d'aide humanitaire aux Ukrainiens.

► Dans le Donbass, l'armée ukrainienne affirme que les Russes pilonnent leurs positions pour tenter de s'emparer de positions stratégiques sans toutefois réussir. Tandis que l'armée russe déclare avoir touché 389 cibles ukrainiennes dans la nuit de vendredi à samedi.

20 civils ont pu sortir samedi de l'usine Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine assiégé par les Russes, pour être évacués vers Zaporijjia, indique le régiment Azov.

► À Kharkiv, de violentes explosions ont eu lieu pendant la nuit de vendredi à samedi.

1,02 million de personnes ont été « évacuées » d'Ukraine vers la Russie depuis le 24 février, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Selon Kiev, des milliers d'Ukrainiens auraient été « déporté » par Moscou. Il exhorte l'Otan et les États-Unis à cesser de livrer des armes à l'Ukraine, s'ils « sont vraiment intéressés à résoudre la crise ukrainienne ».

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

20h18 : La combativité des Ukrainiens de Kharkiv

À Kharkiv, deuxième ville la plus peuplée d’Ukraine, des bombardements violents ont retenti durant toute la nuit de vendredi à samedi. Au lendemain de cette énième nuit de violences, l'atmosphère est pesante pour les habitants, mais certains tiennent bon. Natalie Zubar vit dans la ville. Elle décrit l’état d’esprit des Ukrainiens de Kharkiv : « Certains sont vraiment très combatifs. Ils sont en colère contre les Russes, ils sont prêts à se battre. Ils demandent juste "donnez-moi le signal, n’importe quelle arme et j’irai les tuer". En général, ce sont ceux qui vivent dans les quartiers bombardés. »

19h50 : L'actrice Angelina Jolie à Lviv pour rencontrer des déplacés

La star hollywoodienne Angelina Jolie, émissaire du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, a effectué samedi une visite surprise à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, où elle s'est entretenue avec des personnes déplacées et a été aperçue dans un café.

« Pour nous tous, cette visite a été une surprise », a écrit le gouverneur de la région de Lviv Maxim Kozytski sur Telegram, postant des photos et vidéos de l'actrice jouant avec des enfants et posant avec des volontaires. Dans un hôpital, elle a rendu visite aux enfants blessés dans le bombardement du 8 avril devant la gare de Kramatorsk, dans l'est du pays, attribué à la Russie, qui avait tué plus de 50 civils, selon le gouverneur.

18h44 : 20 civils sortis du site Azovstal à Marioupol pour être évacués

20 civils sont sortis samedi de l'usine Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine assiégé par les Russes, pour être évacués vers Zaporijjia, indique le régiment Azov qui assure la défense du site. « 20 civils, des femmes et des enfants (...) ont été transférés vers un endroit convenu et nous espérons qu'ils seront évacués vers Zaporijjia, sur le territoire contrôlé par l'Ukraine », déclare Sviatoslav Palamar, commandant-adjoint du régiment Azov, dans une vidéo sur Telegram. Quelques heures plus tôt, l'agence officielle russe Tass a annoncé qu'un groupe de 25 civils dont six enfants avait pu sortir d'Azovstal, immense aciérie où sont bloqués des centaines de militaires et de civils ukrainiens.

18h40 : Un avion de reconnaissance russe a violé l'espace aérien suédois

Un avion de reconnaissance russe a brièvement violé vendredi l'espace aérien suédois, annonce samedi l'état-major du pays scandinave dont les autorités réfléchissent à une éventuelle candidature à l'Otan, suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie. « Un avion à hélices russe AN-30 a violé l'espace aérien suédois vendredi soir », a écrit la Défense suédoise dans un communiqué, précisant que ses équipes avaient suivi l'intégralité de l'incident et l'avaient photographié.

18h34 : Deux cosmonautes russes déploient un drapeau soviétique lors d’une sortie de l’ISS

Des cosmonautes russes ont déployé un drapeau soviétique vendredi à l'occasion d'une sortie en dehors de la Station spatiale internationale. Habituellement épargnée par les manifestations de nationalisme, l’ISS connaît, elle aussi, des tensions depuis le début de la guerre en Ukraine.

► Retrouvez plus d'informations dans notre article en cliquant ici.

17h59 : Après Emmanuel Macron, Volodymyr Zelensky s'entretient avec Boris Johnson

Le président ukrainien s'est entretenu avec le président français samedi. Volodymyr Zelensky a également discuté ensuite avec le Premier ministre britannique, Boris Johnson. Les deux hommes d'État ont notamment évoqué du « champ de bataille et de la situation bloquée à Marioupol », d'où une opération d'évacuation de civils pourtant prévue n'a pas pu avoir lieu vendredi.

16h46 : La piste de l'aéroport d'Odessa détruite par une frappe russe

L'aéroport d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, a été frappé par un missile russe qui a détruit la piste, sans faire de victimes, annonce le gouverneur de la région Maxim Martchenko. « Aujourd'hui, l'ennemi a frappé depuis la Crimée par un système de missile de défense côtière Bastion. La piste de l'aéroport d'Odessa a été détruite. Dieu merci, il n'y a pas eu de victimes », a déclaré le gouverneur dans une vidéo sur son compte Telegram.

16h28 : À Kiev, une stèle à la mémoire des citoyens étrangers morts

16h20 : Quatorze Ukrainiens libérés dans un nouvel échange avec la Russie

Quatorze Ukrainiens dont une femme enceinte ont été libérés dans un nouvel échange de prisonniers avec la Russie, a annoncé samedi Kiev, sans comme d'ordinaire révéler le nombre de Russes qui ont été remis à Moscou. « Aujourd'hui, on a procédé à un nouvel échange de prisonniers. Quatorze des nôtres reviennent chez eux, sept militaires et sept civils. Une des femmes militaires est enceinte de cinq mois », a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, sur Telegram.

Dans une interview à la BBC vendredi, Iryna Verechtchouk a accusé la Russie d'avoir « déporté » un grand nombre de civils à travers la frontière et de les utiliser comme « otages ». « Ils ont capturé tous ces otages – des civils, des femmes, des employés des conseils locaux, pour essayer de les utiliser. Nous savons qu'il y a plus d'un millier d'otages là-bas, dont près de 500 femmes. Nous savons qu'ils sont dans des prisons et dans des centres de détention provisoire à Koursk, à Briansk, à Riazan, à Rostov », a-t-elle déclaré.

15h42: pourquoi la livraison d'armes lourdes à l'Ukraine ne suffira peut-être pas inverser le rapport de force

Sur le terrain, les forces ukrainiennes ralentissent l'avancée de l'armée russe et devraient pouvoir compter sur plus d'armes lourdes livrées par les Occidentaux. Ce midi encore, Emmanuel Macron a dit que la France va continuer à « renforcer » son aide militaire à l'Ukraine. Cela suffira-t-il à inverser le rapport de force ? Pas nécessairement, répond le général Olivier Kempf, chercheur et directeur du cabinet stratégique La Vigie :

15h25 : des dockers néerlandais refusent de décharger un pétrolier russe à Amsterdam

Des dockers néerlandais ont refusé samedi de décharger un pétrolier contenant une cargaison de diesel russe à Amsterdam, au lendemain d'une action similaire qui avait empêché le navire d'accoster à Rotterdam. Le Sunny Liger, un pétrolier de 42 000 tonnes, est actuellement au mouillage au large d'Amsterdam. Vendredi, les dockers du port de Rotterdam ont également refusé de traiter sa cargaison.

« Pour le moment, le navire est à l'ancre dans la mer du Nord. Pour l'instant, il n'a pas demandé l'autorisation d'entrer dans le port. En principe, nous ne pouvons pas lui refuser l'entrée car il ne tombe pas sous le régime des sanctions (contre la Russie) », a déclaré Marcella Wesseling, porte-parole du port d'Amsterdam à l'AFP. Une société chargée de remorquer le navire dans le port a toutefois déclaré qu'elle refuserait de le faire si on le lui demandait, affirmant que cela pourrait conduire à une situation dangereuse si des manifestants voulaient empêcher le bateau d'entrer, a rapporté la chaîne de télévision RTL Nieuws.

14h40 : un Danois engagé dans la légion internationale tué en Ukraine

Un jeune homme danois âgé de 25 ans et engagé dans la légion internationale auprès des forces ukrainiennes a été tué dans le pays, confirme le ministère danois des Affaires étrangères. « Sur la base des informations disponibles, la famille a identifié la personne concernée, qu'elle considère donc comme décédée. Le ministère des Affaires étrangères a un devoir de confidentialité dans les affaires personnelles et ne peut pas donner plus de détails », est-il indiqué dans un communiqué. Selon l'ambassade d'Ukraine à Copenhague, une centaine de Danois ont rejoint l'Ukraine pour combattre les forces russes mi-mars.

13h51 : l’accueil de réfugiés Ukrainiens par des pro-Kremlin dans une commune portugaise crée la polémique

Au Portugal, des Russes pro-Vladimir Poutine étaient chargés d’accueillir des réfugiés ukrainiens dans une commune tenue par les communistes alors que le parti, qui refuse de condamner l'invasion de l'Ukraine par la Russie, est au centre d'une polémique.

► Retrouvez plus d'informations dans notre article en cliquant ici.

13h27 : Volodymyr Zelensky reconnaissant envers la France

Dans un message posté sur Twitter, le président ukrainien Volodymyr Zelensky confirme s'être entretenu avec son homologue français, Emmanuel Macron. « Nous sommes reconnaissants de l'aide humanitaire française, de l'empressement à aider les défenseurs ukrainiens et de la décision de poursuivre le travail de la mission française pour aider l'enquête sur les crimes de la Fédération de Russie », écrit-il notamment.

13h09 : Quatre civils tués dans la région de Donetsk par les bombardements russes, selon les autorités ukrainiennes

La police régionale de l'oblast de Donetsk annonce au moins 4 civils tués, dont 1 enfant dans les bombardements des forces russes au cours des dernières 24 heures. Au moins 36 sites d'infrastructures civiles, dont une école et un hôpital auraient été détruits.

12h52 : En image - À Dresden (Allemagne), des manifestants dans la rue contre le conflit

12h14 : Les corps de trois hommes les mains liées retrouvés enterrés près de Boutcha, déclare la police ukrainienne

Les corps de trois hommes visiblement torturés et tués par balle ont été retrouvés dans une fosse à proximité de Boutcha, les mains liées et les yeux bandés, a annoncé dimanche la police de Kiev. « Les victimes ont été torturées pendant longtemps [...] Finalement, chacun d'eux a reçu une balle dans la tempe », a indiqué dans un communiqué le chef de la police de Kiev, Andriï Nebytov, précisant qu'ils avaient les mains liées, les yeux bandés et pour certains un bâillon dans la bouche.

Les corps de ces trois hommes ont été retrouvés à Myrotske, un village proche de Boutcha, ville proche de Kiev devenue un symbole des atrocités de la guerre en Ukraine et dans laquelle de nombreux cadavres de civils ont été découverts. « D'après les données préliminaires, les occupants ont essayé de cacher les traces de leurs violences, donc ils ont jeté les corps dans une fosse et les ont recouverts de terre », a précisé M. Nebytov.

12h03 : La France va « renforcer » l'envoi de matériel militaire et d'aide humanitaire à l'Ukraine

La France va « renforcer » l'envoi de matériel militaire à l'Ukraine ainsi que son aide humanitaire à ce pays, a annoncé l'Elysée après un entretien entre le président réélu Emmanuel Macron et son homologue Volodymyr Zelensky.

Alors que le président ukrainien le remerciait pour des « envois de matériel militaire d'envergure qui contribuent à la résistance ukrainienne », le chef d'État français « a indiqué que cet appui continuera de se renforcer, de même que l'assistance humanitaire apportée par la France », ajoutant selon un communiqué que « la mission d'experts français contribuant au recueil de preuves pour lutter contre l'impunité et permettre le travail de la justice internationale relatif aux crimes commis dans le cadre de l'agression russe, se prolongera ».

Selon l'Élysée, l'aide humanitaire française à l'Ukraine représente à ce stade « plus de 615 tonnes d'équipement acheminés dont du matériel médical, des groupes électrogènes pour les hôpitaux, de l'aide alimentaire, de l'aide pour l'hébergement, et des véhicules d'urgence ».

Emmanuel Macron a insisté sur « sa volonté d'oeuvrer activement lors de son second mandat à rétablir la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, en maintenant toujours une étroite coordination avec ses partenaires européens et alliés ». Il a également évoqué « la disponibilité de la France à contribuer à un accord prévoyant des garanties de sécurité à l'Ukraine. »

11h21 : En image - Une manifestation à Budapest contre la guerre en Ukraine

10h57 : L'armée ukrainienne dit que la Russie pilonne le Donbass, sans succès

Les forces russes ont pilonné samedi la région de Donbass, dans l'est de l'Ukraine, sans parvenir à s'emparer des trois objectifs visés, a indiqué l'armée ukrainienne.

Les Russes ont tenté de s'emparer des zones de Lyman à Donetsk et Sievierodonetsk et Popasna à Louhansk, a indiqué l'état-major des forces ukrainiennes lors de son briefing quotidien. « Sans succès - les combats se poursuivent », a-t-il précisé.

09h49 : Une résistance pourrait contrecarrer la mise en place d'une « république » de Kherson par la Russie, selon le renseignement ukrainien

Selon le renseignement ukrainien, l'organisation d'un « référendum » pour proclamer l'établissement d'une « république » dans l'oblast ukrainien de Kherson pourrait être remis en cause par la résistance de certaines parties de la population civile.

09h33 : La Russie affirme avoir touché plus de 389 cibles ukrainiennes dans la nuit

La Russie a déclaré samedi que ses unités d'artillerie avaient frappé 389 cibles ukrainiennes dans la nuit, dont 35 points de contrôle, 15 dépôts d'armes et de munitions et plusieurs zones où étaient concentrées les troupes et le matériel ukrainiens. Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses missiles avaient touché quatre dépôts de munitions et de carburant. Ces affirmations n'ont pas pu vérifiées de manière indépendante.

09h12 : Kharkiv toujours sous la pression des bombardements russes

Les forces russes maintenaient samedi leur pression sur les régions de l'est et du sud de l'Ukraine, particulièrement autour de Kharkiv au nord-est, où elles tentent coûte que coûte d'accentuer leur contrôle, en dépit, selon Kiev, de revers sur le terrain.

De violentes explosions ont été entendues dans la nuit de vendredi à samedi à Kharkiv, deuxième ville du pays, pilonnée depuis des semaines par l'artillerie russe. Vendredi, ces bombardements ont fait au moins un mort et plusieurs blessés, selon l'administration militaire régionale de Kharkiv.

08h48 : En confiance, la Banque russe a abaissé vendredi une nouvelle fois son taux directeur

La Banque centrale de Russie a abaissé vendredi une nouvelle fois son taux directeur de 17% à 14%. Si la Russie semble gérer pour l'instant le choc économique provoqué par la guerre en Ukraine, les sanctions internationales pourraient toutefois peser longuement sur l'économie russe.

L'argument de l'institution est que la hausse des prix a nettement ralenti après avoir atteint un pic durant la première quinzaine de mars. Le rouble s'est renforcé, sachant que son cours reste artificiel, tempèrent les analystes. Certes, sous le coup de sanctions la Russie importe moins de biens, mais elle continue d'exporter ses hydrocarbures à des prix élevés. Un atout conséquent en ce qui concerne sa balance commerciale.

Tout n'est pas gagné pour autant. L'environnement extérieur demeure difficile pour l'économie russe et pèse lourdement sur l'activité. Les entreprises russes doivent faire face à des difficultés considérables pour ce qui est de la production et de la logistique. Conséquence : le PIB russe pourrait chuter de 10%, cette année. Alors que l'inflation, le cheval de bataille d'Elvira Nabioullina, la présidente de la Banque centrale russe, pourrait grimper jusqu'à 23%.

08h30 : Un terminal pétrolier a été touché par des tirs d'obus dans la région russe de Briansk

Un terminal pétrolier dans la région russe de Briansk a ​été touché par des obus samedi, selon des informations parues dans les médias d'État russes, citant le gouverneur de la région. « Il n'y a pas de victimes », a rapporté RIA, citant le gouverneur, Alexander Bogomaz. Il a ajouté qu'un bâtiment logistique du terminal avait été endommagé.

Plus tôt cette semaine, de grands incendies ont éclaté dans deux dépôts pétroliers de la ville de Bryansk, qui sert de base logistique pour la guerre de Moscou en Ukraine.

08h16 : Les enfants ukrainiens accueillis dans les écoles françaises

Alors que l’Europe connaît une vague migratoire sans précédent, les Ukrainiens qui ont fui la guerre bénéficient aujourd’hui d’un statut de réfugié particulier. Ils peuvent rester sur le territoire pour un an minimum, y travailler et leurs enfants aller à l’école. Écoutez le reportage de Laurence Théault dans l'émission Accents d'Europe.

Accents d'Europe - Les enfants ukrainiens sur le chemin de l’école

07h57 : L'invitation de Vladimir Poutine au sommet du G20 en Indonésie gêne les États-Unis

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les Occidentaux cherchent à isoler la Russie sur la scène internationale. Mais les pays émergents veulent conserver une position de neutralité vis-à-vis de Moscou. Et voilà que le président indonésien invite Vladimir Poutine à participer au sommet du G20 qui se tiendra en novembre sur l'île de Bali.

L'Indonésie invite Poutine au sommet du G20, embarras à Washington

07h36 : L'aide humanitaire aux habitants ne pouvant partir du Donbass

En Ukraine, la pression militaire russe s'accroît dans la région du Donbass, dans l'est du pays. Plusieurs localités ont été prises ces derniers jours par Moscou. Dans la région de Kramatorsk, les habitants qui ne peuvent pas ou ne veulent pas partir dépendent de l'aide humanitaire. Reportage de nos envoyées spéciales à Droujkivka, Aabla Jounaïdi et Oriane Verdier.

07h18 : Plus d'un million de personnes évacuées d'Ukraine vers la Russie, selon Moscou

1,02 million de personnes ont été « évacuées » d'Ukraine vers la Russie depuis le 24 février, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans des propos tenus à l'agence Chine Nouvelle.Ce nombre comprend 120 000 étrangers et personnes évacuées des régions séparatistes de Donetsk et de Louhansk, que la Russie a reconnues comme indépendantes juste avant de lancer son invasion.

De son côté, l'Ukraine affirme que Moscou avait « déporté » des milliers de personnes vers la Russie.

07h01 : Selon Kiev, les forces armées russes auraient volé « plusieurs centaines de milliers de tonnes » de céréales

Les forces armées russes auraient volé « plusieurs centaines de milliers de tonnes » de céréales dans les régions d'Ukraine qu'elles occupent, selon le vice-ministre ukrainien de l'Agriculture. S'adressant à la télévision nationale ukrainienne, Taras Vysotsky s'est dit préoccupé par le fait que la majeure partie de ce qu'il a dit être 1,5 million de tonnes de céréales stockées dans le territoire occupé pourrait également être volée par les forces russes.

06h45 : La Russie espère une plus grande efficacité en se concentrant sur le Donbass, selon l'armée britannique

La Russie a été forcée de fusionner et de redéployer des unités épuisées et disparates suite à des avancées ratées dans le nord-est de l'Ukraine, a déclaré l'armée britannique samedi dans son point quotidien sur la situation en Ukraine. « Des lacunes dans la coordination tactique russe subsistent. Un manque de compétences au niveau de l'unité et un soutien aérien incohérent ont empêché la Russie de tirer pleinement parti de sa masse de combat, malgré des améliorations localisées », a tweeté l'armée.

« La Russie espère rectifier les problèmes qui ont précédemment limité son invasion en concentrant géographiquement la puissance de combat, en raccourcissant les lignes d'approvisionnement et en simplifiant le commandement et le contrôle », a-t-il déclaré.

06h24 : Une peinture murale représentant Vladimir Poutine vandalisée à Belgrade

06h12 : L'administration Biden souhaite attirer les scientifiques russes aux États-Unis, selon Bloomberg

L'administration Biden souhaiterait priver Vladimir Poutine de certains de ses meilleurs innovateurs en supprimant certaines exigences de visa pour les Russes ayant fait de hautes études qui souhaitent venir aux États-Unis, selon Bloomberg.

Une proposition, que la Maison Blanche a incluse dans sa dernière demande supplémentaire au Congrès, consiste à abandonner la règle selon laquelle les professionnels russes qui demandent un visa basé sur l'emploi doivent avoir un employeur actuel. Il s'appliquerait aux citoyens russes qui ont obtenu une maîtrise ou un doctorat en sciences, technologie, ingénierie ou mathématiques aux États-Unis ou à l'étranger.

Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale a confirmé que cet effort visait à affaiblir les ressources de haute technologie de Poutine à court terme et à saper la base d'innovation de la Russie à long terme, ainsi qu'à profiter à l'économie et à la sécurité nationale des États-Unis.

05h46 : Vers un tribunal pour juger les dirigeants russes ?

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a appelé vendredi à la création d’un « tribunal pénal international ad hoc ». Son but, juger les auteurs du crime d’agression contre l’Ukraine, y compris les hauts dirigeants russes. Pour promouvoir cette initiative, le député ukrainien Oleksiy Goncharenko s’est déplacé en France. Il était invité de Denis Strelkov, journaliste à la rédaction russe de RFI.

05h02 : Les conséquences psychologiques de la guerre sur les civils à Odessa

La tension continue de monter autour de la grande ville portuaire d’Odessa après le bombardement d’un immeuble d’habitation il y a une semaine qui a couté la vie à au moins huit civils et celui du principal pont reliant la région à la Roumanie.

À l'occasion du week-end prolongé du 1er mai en Russie, les autorités locales craignent des provocations et ont placé la ville sous couvre-feu pour la journée de lundi. Julia, habitante d’Odessa, s'est confiée à nos envoyées spéciales Oriane Verdier et Aabla Jounaïdi sur la difficulté psychologique de vivre une guerre qui s’installe sur le long terme.

04h48 : Le Comité olympique australien annonce soutenir les athlètes ukrainiens voulant s'installer en Australie

Le Comité olympique australien (AOC) soutiendra les athlètes ukrainiens cherchant à se réinstaller en Australie pour des raisons humanitaires dans le cadre de l'invasion russe de l'Ukraine, a déclaré samedi le président sortant de l'AOC, John Coates.

« Aujourd'hui, j'ai annoncé que l'exécutif de l'AOC avait déterminé que l'AOC soutiendrait les demandes de visa humanitaire des athlètes ukrainiens », a déclaré John Coates, qui est également vice-président du Comité international olympique (CIO).

04h36 : La Russie appelle l'Otan à cesser d'armer l'Ukraine

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a exhorté l'Otan et les États-Unis à cesser de livrer des armes à Kiev, s'ils « sont vraiment intéressés à résoudre la crise ukrainienne » dans une interview publiée par l'agence officielle Chine nouvelle. Il a également affirmé que l'offensive russe en Ukraine se déroule « conformément aux plans ».

04h25 : Le Pentagone évoque la brutalité et la cruauté de l'invasion russe en Ukraine

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a accusé vendredi le président russe Vladimir Poutine de dépravation et de brutalité lors de son invasion de l'Ukraine qui a duré deux mois. « C'est la brutalité la plus froide et la plus dépravée », a déclaré Kirby aux journalistes.

Je ne pense pas que nous ayons pleinement apprécié le degré auquel il visiterait ce genre de violence et de cruauté et, comme je l'ai dit, la dépravation, sur des innocents, sur des non-combattants, sur des civils, avec un tel mépris total pour les vies qu'il prenait.

04h00 : Les autorités ukrainiennes pensent pouvoir faire face aux pénuries de carburant

L'Ukraine va bientôt venir les pénuries de carburant, même si les forces russes ont endommagé un certain nombre de dépôts pétroliers, soutenait vendredi soir le président Volodymyr Zelensky. Cette semaine, la Russie a frappé le principal producteur ukrainien de carburant, la raffinerie de pétrole de Krementchouk, ainsi que plusieurs autres grands dépôts.

« Les files d'attente et la hausse des prix dans les stations-service sont observées dans de nombreuses régions de notre pays », a déclaré Volodymyr Zelensky dans un discours vidéo nocturne. « Les occupants détruisent délibérément les infrastructures de production, d'approvisionnement et de stockage de carburant. » « La Russie a également bloqué nos ports, il n'y a donc pas de solutions immédiates pour combler le déficit », a-t-il ajouté. « Mais les responsables gouvernementaux promettent que d'ici à une semaine, maximum deux, un système d'approvisionnement en carburant de l'Ukraine sera en place pour éviter les pénuries. »

Dans un communiqué, la ministre de l'Économie Ioulia Svyrydenko a déclaré que les pénuries seraient éliminées d'ici à une semaine, car les opérateurs ukrainiens avaient obtenu des contrats avec des fournisseurs européens.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles