[EN DIRECT] Guerre en Ukraine : l'armée russe lance une offensive sur l'usine Azovstal à Marioupol

Au 69e jour de l'invasion russe en Ukraine ce mardi 3 mai, l'armée russe et les séparatistes pro-russes ont lancé une offensive sur l'usine Azovstal à Marioupol, où sont retranchés des soldats et des civils ukrainiens.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil.

Les points essentiels :

► La Russie a lancé ce mardi l'assaut sur la denière poche de résistance ukrainienne à Marioupol, le complexe industriel Azovstal.

Les sanctions imposées à la Russie à la suite de son invasion de l'Ukraine ne seront pas levées tant que Moscou n'aura pas conclu un accord de paix avec l'Ukraine, déclare le chancelier allemand Olaf Scholz, ajoutant que l'Ukraine doit décider des circonstances de cet accord. Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrel, a annoncé qu'un sixième train de sanctions était en préparation, visant les secteurs bancaire et énergétique.

► Une centaine de civils ont pu sortir samedi de l'usine Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine assiégé par les Russes. Kiev espère que les évacuations vont pouvoir reprendre ce mardi.

► Selon un dernier décompte de l'UNHCR, plus de 3 000 civils ont été tués dans les combats et les bombardements depuis l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

► Le ministre des Affaires étrangères israélien Yaïr Lapid a fustigé lundi les propos de son homologue russe Sergueï Lavrov, qui avait affirmé qu'Hitler « avait du sang juif ». Le chef de la diplomatie tentait d'expliquer que le fait que le président ukrainien soit juif ne contredit pas les affirmations de Moscou selon lesquelles il aurait lancé l'invasion pour « dénazifier » le pays.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU)

15h54 : La Poste bulgare victime d'une présumée cyberattaque russe

La poste bulgare, affectée depuis mi-avril par des problèmes informatiques récurrents, a été la cible d'une attaque d'origine russe, a indiqué mardi le gouvernement. « La cyberattaque qui perturbe les services postaux depuis le 16 avril porte la signature des services russes », déclare la ministre Kalina Konstantinova, adjointe au Premier ministre, lors une conférence de presse.

La livraison en dehors de la Bulgarie et la réception de lettres et colis de l'étranger, ainsi que le paiement de factures, ont été temporairement bloqués, tout comme le versement de pensions aux retraités bulgares. Des archives ont été perdues à jamais, déplore le conseiller gouvernemental Vassilev Velitchkov, expert en informatique, sans donner davantage de détails sur la nature de ces documents.

Le programme informatique malveillant, qui a d'abord touché le bureau central de Sofia avant de se répandre dans le réseau, « était conçu de sorte à ne pouvoir affecter des données de la Russie et des anciennes républiques soviétiques », explique-t-il. La Poste compte plus de 6 000 ordinateurs, dont la moitié sont vieux de plus de 15 ans et sont vulnérables à de telles attaques faute de système de protection anti-virus approprié.

« D'autres institutions publiques » ont été victimes de piratages, mais dans une moindre échelle, selon l'agence de sécurité nationale. « Les attaques se multiplient depuis la guerre en Ukraine », souligne Vassilev Velitchkov, évoquant une « cyberguerre destinée à semer l'inquiétude et l'instabilité ».

15h31 : Au moins neuf personnes tuées dans l'oblast de Donetsk

Au moins neuf personnes ont été tuées dans des bombardements dans cette région de l'est de l'Ukraine, déclare son gouverneur. Pavlo Kyrylenko affirme que 15 personnes ont également été blessées lorsque les forces russes ont frappé les villes de Vuhledar, Lyman et d'Avdiivka ce 3 mai.

15h16 : Des tanks, des véhicules blindés et des troupes au sol mobilisés sur l'usine d'Azovstal par la Russie

D'après l'un des cadres du régiment Azov à Marioupol, dont les soldats sont retranchés dans l'enceinte de l'usine Azovstal, les bombardements ont duré toute la nuit. L'assaut des forces russes est en cours à l'aide de tanks, de véhicules blindés et de troupes au sol, ce que confirme le ministère de la Défense à Moscou dans une vidéo rendue publique par les agence de pressse locales.

La Russie affirme que les combattants ukrainiens ont profité du cessez-le-feu négocié par l'ONU pour sortir des sous-sols et prendre des positions de tir dans plusieurs bâtiments. Des mouvements qui justifient, selon les autorités russes, un changement de stratégie. Il y a dix jours, Vladimir Poutine avait déclaré que l'assaut contre le complexe industriel d'Azovstal n'était pas nécessaire, le président russe jugeant que le siège total de l'usine suffirait à épuiser les derniers combattants ukrainiens réfugiés sur place.

14h43 : Évacuation « réussie » de 101 civils de l'usine assiégée Azovstal

L'ONU annonce mardi l'évacuation « réussie » de 101 civils coincés depuis des semaines dans le complexe industriel ukrainien d'Azovstal à Marioupol, au sud-est de l'Ukraine, assiégé par l'armée russe, qui y a lancé une nouvelle offensive. À Zaporijjia, destination du convoi, les journalistes de l'AFP ont vu au moins cinq bus arriver à un centre de réception devant les accueillir.

« Je suis heureuse et soulagée de confirmer que 101 civils ont été évacués avec succès de l'usine métallurgique Azovstal à Marioupol », indique la coordinatrice humanitaire des Nations unies pour l'Ukraine Osnat Lubrani, citée dans un communiqué. Sur Twitter, Osnat Lubrani a publié une photographie d'elle devant un convoi de plus d'une dizaine de bus à l'arrêt sur une route. « Les personnes avec qui j'ai voyagé m'ont raconté des histoires déchirantes sur l'enfer qu'elles ont vécu. Je pense aux personnes qui restent piégées. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les aider », écrit-elle.

Selon Osnat Lubrani, 58 personnes ont également rejoint le convoi depuis Mangouch, en banlieue de Marioupol, et 127 personnes ont été accompagnées jusqu'à Zaporijjia, à 230 kilomètres au nord-ouest, en territoire sous contrôle des forces ukrainiennes. D'autres évacués ont décidé de ne pas se rendre à Zaporijjia avec le convoi, précise la coordinatrice humanitaire des Nations unies pour l'Ukraine, qui ajoute que les rescapés « reçoivent une première aide humanitaire, notamment des soins de santé et des soins psychologiques ».

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui a participé aux évacuations, a pour sa part indiqué dans un communiqué que certaines des personnes évacuées étaient blessées. « Des accords similaires entre les parties sont nécessaires de toute urgence pour atténuer les immenses souffrances des civils pris au piège des hostilités », explique Pascal Hundt, chef de la délégation du CICR en Ukraine, dans le communiqué. Selon la Croix-Rouge, tous les civils présents dans l'usine d'Azovstal n'ont pas pu être évacué. Un nombre inconnu d'entre eux se trouve encore à l'intérieur affirme l'ONG.

14h12 : Le pape François prêt à rencontrer Poutine à Moscou, mais exclut tout voyage à Kiev

Le pape François déclare être prêt à se rendre à Moscou afin de rencontrer le président russe. Le Kremlin n'a, pour l'instant, pas souhaité s'exprimer sur cette proposition du souverain Pontife.

13h44 : Vladimir Poutine dénonce un manque de sérieux de l'Ukraine sur les pourpalers

Le président russe Vladimir Poutine déclare mardi que l'Occident devait arrêter de fournir des armes à l'Ukraine, dans une conversation téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron.

« L'Occident pourrait aider à arrêter ces atrocités en exerçant une influence appropriée sur les autorités de Kiev, ainsi qu'en arrêtant la fourniture d'armes à l'Ukraine », déclare le président selon un communiqué du Kremlin, affirmant que Kiev « manque de préparation pour un travail sérieux » dans les pourparlers de paix.

13h25 : L'Italie veut l'ouverture « immédiate » des négociations pour intégrer Albanie et Macédoine

Le Premier ministre italien Mario Draghi a réclamé mardi l'ouverture « immédiate » des négociations formelles pour intégrer la Macédoine du Nord et l'Albanie dans l'UE, ainsi que l'« accélération » des pourparlers en cours avec la Serbie et le Monténégro, « conformément à la décision prise par le Conseil européen en mars 2020 ».

Alors que l'UE a conforté son unité en soutenant l'Ukraine face à l'offensive russe, « la pleine intégration des pays qui manifestent des aspirations européennes ne représente pas une menace pour le maintien du projet européen, cela fait partie de sa réalisation », affitme-t-il lors d'un discours au Parlement européen à Strasbourg.

Les gouvernements de la Macédoine du Nord et de l'Albanie espèrent l'ouverture des négociations d'adhésion en juin ou en juillet.

En 2020, les Vingt-Sept avaient approuvé l'ouverture des négociations pour intégrer la Macédoine du Nord et, sous conditions, l'Albanie. L'Allemagne et les Pays-Bas avaient en effet imposé à Tirana d'exigeantes réformes à accomplir avant l'ouverture formelle des pourparlers, notamment des réformes électorale, judiciaire et de lutte contre la corruption et la criminalité organisée. Concernant la Macédoine, le blocage sur la voie européenne vient de la Bulgarie à cause de contentieux liés à la langue et à l'histoire. Toutefois, le Premier ministre bulgare, Kiril Petkov, a déclaré fin mars que des "progrès" avaient été réalisés dans les discussions en cours depuis janvier.

12h32 : L'UE prépare un embargo pétrolier sur la Russie avec des dérogations

La Commission européenne a finalisé sa proposition pour un sixième paquet de sanctions contre Moscou pour tarir le financement de son effort de guerre contre l'Ukraine. Elle prévoit un arrêt progressif des achats européens sur une période de 6 à 8 mois, avec une exemption pour la Hongrie et la Slovaquie, deux pays enclavés et totalement dépendants des livraisons par l'oléoduc Droujba, qui pourront continuer leurs achats à la Russie jusqu'en 2023, a précisé un responsable européen.

11h58 : L'armée russe et les forces pro-russes lancent une offensive sur l'usine Azovstal

« Des unités de l'armée russe et de la République populaire de Donetsk, utilisant de l'artillerie et des avions, commencent à détruire » les « positions de tir » de combattants ukrainiens sortis de l'usine d’Azovstal, a indiqué le ministère de la Défense russe, cité par les agences russes. Ce complexe industriel est la dernière poche de résistance ukrainienne de la ville de Marioupol.

Le porte-parole des forces armées russes a affirmé que le régiment ukrainien Azov, qui défend l'usine, a « utilisé » le cessez-le-feu, déclaré pour évacuer des civils, pour sortir des sous-sols de l'aciérie et « prendre des positions de tir sur le territoire et dans les bâtiments de l'usine ».

« Nous avons été bombardés toute la nuit (...), deux femmes ont été tuées et maintenant un assaut d'Azovstal est en cours », a pour sa part déclaré Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment Azov, au site d'informations Ukraïnska Pravda.

11h44 : Londres augmente son aide militaire à l'Ukraine de plus de 350 millions d'euros

Le Royaume-Uni va augmenter son aide militaire à l'Ukraine de 300 millions de livres (environ 355 millions d'euros), avec notamment des radars et des drones, a annoncé mardi le Premier ministre Boris Johnson lors d'un discours devant le Parlement ukrainien. « Je peux annoncer aujourd'hui un nouveau plan d'aide du gouvernement britannique d'un montant total de 300 millions de livres, incluant des radars pour localiser l'artillerie qui bombarde vos villes, des drones de transport lourd pour approvisionner vos forces, et des milliers d'appareils de vision nocturne », a déclaré le dirigeant dans ce discours prononcé par visioconférence de Londres.

10h44 : Poutine valide de nouvelles sanctions russes contre les Occidentaux

Le président russe Vladimir Poutine a signé un décret concernant les sanctions économiques de représailles à l'encontre des « actions inamicales de certains États étrangers et d'organisations internationales », a annoncé le Kremlin aujourd'hui.

Le gouvernement russe dispose désormais de dix jours pour dresser la liste des personnes et entreprises étrangères qui seront ciblées par ses sanctions et pour définir des « critères supplémentaires » pour certaines transactions susceptibles d'être soumises à des restrictions.

09h40 : Moscou dit avoir ciblé près d'Odessa un site de livraisons d'armes étrangères

« Des hangars contenant des drones Bayraktar TB2 ainsi que des missiles, armes et munitions fournis par les États-Unis et des pays européens ont été détruits » avec des missiles de haute précision, a fait savoir le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

09h38 : La Russie accuse Israël de « soutenir le régime néonazi de Kiev »

« Nous avons prêté attention aux déclarations anti-historiques du ministre des Affaires étrangères (israélien) Yaïr Lapid, qui expliquent en grande partie la décision du gouvernement actuel de soutenir le régime néonazi de Kiev », a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

« L'histoire connaît malheureusement des exemples tragiques de coopération entre juifs et nazis », ajoute le communiqué.

► À lire aussi : La Russie accuse Israël de «soutenir le régime néonazi de Kiev»

09h37 : Le superviseur financier allemand prévient du risque « très important » de cyberattaques depuis la guerre en Ukraine

« Le danger que les entreprises du secteur financier soient victimes de cyberattaques ou que des incidents de sécurité informatique internes se produisent est très important et très présent », a déclaré Mark Branson, président de la Bafin depuis janvier, lors d'une conférence de presse.

Dans des cas extrêmes, « de tels incidents peuvent nuire à la stabilité du système financier », a-t-il souligné, en se demandant si les établissements sont assez préparés face à « un incident de sécurité vraiment grave. »

« Si nous sommes honnêtes, nous ne savons pas », a-t-il reconnu. La guerre menée par la Russie en Ukraine « a rendu les cyberattaques contre le secteur financier allemand plus probables », a-t-il poursuivi.

09h35 : Kiev annonce la reprise des évacuations à Marioupol

« Marioupol : l'évacuation se poursuit », a annoncé la présidence ukrainienne aujourd'hui dans son rapport matinal fondé sur les informations fournies par les administrations régionales.

09h27 : Emmanuel Macron échangera avec Vladimir Poutine à 10h00 TU, 12h00 heure de Paris

09h20 : Le pape compare la situation en Ukraine avec celle du Rwanda en 1994

« Comment ne parvenons-nous pas à arrêter toute cette brutalité ? Nous avons vu la même chose il y a 25 ans avec le Rwanda », a déclaré le pape François dans un entretien publié aujourd'hui dans le quotidien italien Il Corriere della Sera, évoquant le génocide de 1994 au cours duquel 800 000 personnes, principalement issues de la minorité tutsie, ont été tuées, selon l'ONU.

08h17 : La Slovaquie demandera une dérogation en cas d'embargo européen sur le pétrole russe

« Si un embargo sur le pétrole russe est approuvé dans le cadre du prochain train de sanctions européennes contre la Russie, alors la Slovaquie demandera une dérogation », a expliqué le ministère slovaque de l'Économie.

08h16 : Le groupe allemand d'énergie Uniper discute avec Berlin et Gazprom du paiement du gaz en roubles

Dans le document présentant ses résultats du premier trimestre, Uniper fait état de « discussions en cours avec le gouvernement allemand et Gazprom sur la mise en œuvre potentielle » du décret russe en question, qui a alimenté les craintes d'un arrêt des approvisionnements.

Le premier importateur allemand de gaz russe n'a toutefois pas fourni de détails supplémentaires sur les pourparlers. Son activité gazière intermédiaire couvre un portefeuille d'environ 370 térawattheures (TWh) de contrats de fourniture de gaz à long terme, dont environ 200 TWh proviennent de Russie.

La Commission européenne a déclaré hier que le recours au système de paiement proposé par la Russie constituerait une violation des sanctions européennes existantes contre la Russie, tout en s'engageant à fournir des précisions sur les mesures légales à prendre par les entreprises

07h58 : La Hongrie s'opposera à des sanctions empêchant son approvisionnement en hydrocarbures russes, déclare le ministre hongrois des Affaires étrangères

Lors d'un déplacement au Kazakhstan, Peter Szijjártó a souligné que les importations de pétrole en provenance de Russie via l'oléoduc Droujba couvraient environ 65% des besoins de la Hongrie et qu'il n'existait aucune alternative.

07h42 : L'Italie veut être indépendante du gaz russe d'ici au 2e semestre 2024, selon son ministre de la Transition écologique

« Nous devrions être autonomes d'ici la seconde moitié de 2024, nous pourrions nous passer d'importer du gaz russe », a expliqué le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, dans un entretien publié aujourd'hui dans le quotidien La Repubblica.

07h36 : Tarek Kaï, journaliste à France 24, a rencontré des civils de Marioupol fraîchement arrivés à Zaporijjia, où le convoi d'Azovstal se fait attendre

Tout un dispositif est mis en place sur le parking d'un centre commercial de Zaporijjia, afin d'accueillir les personnes qui viennent de Marioupol. Le dispositif reste néanmoins plutôt timide au vu du nombre de civils attendus, mais des organisations humanitaires internationales et locales sont présentes, avec des médecins de l’aide humanitaire et des psychologues.

Certains civils sont arrivés à Zaporijjia ces derniers jours après avoir réussi à fuir Marioupol assiégée depuis des semaines par leurs propres moyens, à bord de leur voiture personnelle ou de minibus.

Un homme explique qu’il a vécu pendant un mois dans sa cave, sans connexion avec le monde extérieur puisque le réseau de téléphonie mobile ne fonctionnait pas. Pour boire, il était parfois obligé de faire fondre de la neige. Les corps de personnes tuées dans les rues ont été enterrés par des amis ou des membres de leur famille, rapidement, à un demi-mètre de profondeur en attendant de les inhumer dignement plus tard.

Une femme a évoqué les destructions sur place, « terribles » selon elle, mais également son bonheur extrême lorsqu'elle a vu les soldats ukrainiens et qu'elle a appris qu'elle était en territoire sous contrôle de l'armée ukrainienne.

07h20 : En Moldavie, l'inquiétude monte face à la stratégie russe

Le député de la majorité présidentielle moldave Oazu Nantoi analyse les menaces que fait peser l'invasion de l'Ukraine par la Russie sur la République moldave.

07h00 : Plus de 200 civils encore réfugiés dans l'usine Azovstal, selon le maire de Marioupol

Plus de 200 civils sont encore terrés dans l'usine Azovstal de Marioupol, avec des combattants ukrainiens qui tiennent cette dernière poche de résistance dans la ville portuaire située sur la mer d'Azov, a fait savoir le maire de la ville Vadim Boitchenko.

Selon lui, environ 100 000 civils - sur les 400 000 habitants de Marioupol avant la guerre - se trouvent encore à Marioupol.

06h44 : Le convoi humanitaire d'Azovstal arriverait bientôt à Zaporijjia

Il est extrêmement difficile d’obtenir la moindre information sur le convoi humanitaire parti d'Azovstal et qui devait arriver hier à Zaporijjia. Un des coordinateurs du bureau de la coordination des Affaires humanitaires de l’ONU a refusé d'expliquer les raisons qui seraient derrière le retard du convoi ou de dévoiler tout détail en lien avec le nombre de personnes évacuées.

Mais ce que l’on sait, c’est qu’il s’agirait de femmes et d’enfants uniquement, ou de jeunes de moins de 18 ans, il n'y a pas d’hommes évacués, ni de soldats. Le convoi arriverait ici dans les heures à venir, « sans doute avant le déjeuner » selon le coordinateur de l’ONU, rapporte Tarek Kaï, journaliste à France 24.

06h20 : Le pape François demande à rencontrer Vladimir Poutine à Moscou

Le souverain pontife l'a annoncé dans le Corriere Della Sera. Il n'a pas reçu de réponse à ce jour.

06h07 : Menacée par la guerre en Ukraine, la Moldavie veut se détacher de sa dépendance au gaz russe

La Moldavie dépend entièrement de Moscou pour ses approvisionnements en gaz, qui transitent par le territoire pro-russe de Transnistrie. Ce petit pays cherche donc à se libérer au plus vite de la tutelle énergétique russe.

Reportage de notre envoyée spéciale à Chisinau, Juliette Gheerbrant

06h00 : Alors que les évacuations de civils de l'usine Azovstal devraient reprendre aujourd'hui, les bombardements se poursuivent à Marioupol et à Odessa

Le point sur la situation en Ukraine : selon un communiqué du régiment Azov, les forces russes ont continué hier à « tirer sur le territoire de l'usine, y compris des bâtiments où se cachent des civils », rendant une évacuation d'Azovstal impossible. Les évacuations devraient reprendre aujourd'hui.

À Odessa, un garçon de 15 ans a été tué par un tir de missile. La ville a été attaquée à plusieurs reprises ces dernières semaines, et la piste de son aéroport a été détruite. Les autorités ukrainiennes craignent qu'elle ne soit l'un des prochains objectifs de la Russie.

Selon la diplomatie américaine, le Kremlin viserait également l'annexion des « Républiques » séparatistes pro-russes de Donetsk et de Lougansk, dans l'est du pays. Des référendums pourraient être organisés dans les deux prochaines semaines pour proclamer officiellement leur rattachement à la Russie. Un projet similaire est envisagé pour la ville côtière de Kherson, où l'administration russe a imposé le rouble le week-end dernier.

05h15 : À Dnipro, le régiment Azov fait des émules

À l’usine Azovstal de Marioupol, entre quelques évacuations de civils, seule une poignée de combattants ukrainiens fait encore face aux forces russes. Parmi eux, le régiment Azov, formation dont l'origine néonazie ne l'empêche pas de jouir d'une certaine aura, décuplée par l'offensive russe.

Écoutez le reportage d'Oriane Verdier et Aabla Jounaïdi, nos envoyées spéciales à Dnipro dans une unité de la Défense territoriale mise sur pied par un membre du régiment Azov.

04h46 : En Moldavie, l'inquiétude des jeunes face à la guerre en Ukraine

Notre envoyé spéciale en Moldavie, Juliette Gheerbrant, est allée à la rencontre de lycéennes dont la préparation du bac est perturbée par la guerre en Ukraine.

03h33 : Kiev espère la reprise des évacuations de Marioupol

L'Ukraine espère pouvoir reprendre aujourd'hui l'évacuation des civils de la ville assiégée de Marioupol avec le soutien des Nations unies et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a annoncé le conseil municipal de ce port stratégique du sud-est.

Selon le régiment Azov, qui participe à la défense d'Azovstal, « après l'évacuation partielle des civils de l'aciérie, l'ennemi continue de tirer sur le territoire de l'usine, y compris des bâtiments où se cachent des civils ».

03h07 : « D'autres banques russes sortiront de Swift », assure le chef de la diplomatie européenne

La Commission européenne devrait proposer aujourd'hui un 6e paquet de sanctions qui comprendrait un calendrier d'arrêt progressif des importations de pétrole russe, qui représentent 30% des importations de pétrole de l'Union européenne.

Si les 27 s'entendent sur cette mesure, l'arrêt des achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie sera progressif, sur six à huit mois, mais avec des mesures à effet immédiat, notamment une taxe sur le transport par tankers, a confié un responsable européen.

Les nouvelles sanctions concerneront aussi « le secteur bancaire, il y aura d'autres banques russes qui sortiront de Swift », a précisé le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, en visite à Panama, en référence au système interbancaire qui permet de communiquer rapidement et de manière sécurisée sur les transactions.

Plusieurs sources diplomatiques européennes avaient indiqué ce week-end que la plus importante banque russe, la Sberbank, qui représente 37% du marché, devait ainsi être exclue de Swift.

(Avec Reuters et AFP)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles