[EN DIRECT] Guerre en Ukraine: Kiev efface la Russie de l'un de ses monuments majeurs

Au 80e jour de l'invasion russe en Ukraine, ce samedi 14 mai, suivez en direct les dernières informations sur le conflit. Tandis que le G7 reste ferme vis-à-vis de Moscou, la Finlande insiste dans son intention de rallier l'Otan. En Ukraine, la municipalité de Kiev a acté un peu plus la fracture avec la Russie en rebaptisant un monument soviétique : l'Arche de l'Amitié des Peuples porte désormais le nom d'Arche de la Liberté du Peuple ukrainien.

► Moscou a bloqué le site internet de RFI, qui diffuse des informations dans une quinzaine de langues dont le russe. Une adresse URL alternative permet d'accéder au site en français et en russe. RFI en russe est aussi disponible sur Telegram : https://t.me/RFI_Ru via un VPN et en Russie en français par satellite sur Hotbird.

► Le site de la rédaction russe de RFI diffuse la radio publique ukrainienne (en langue ukrainienne) depuis la page d'accueil.

► La guerre en Ukraine connaîtra un « tournant » en août et la Russie sera défaite « avant la fin de l'année », a prédit le chef du renseignement militaire ukrainien, assurant que Kiev parviendra à reconquérir l'ensemble de son territoire.

► Les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G7 se sont réunis vendredi et ce samedi en Allemagne. « Nous ne reconnaîtrons jamais les frontières que la Russie a essayé de changer par son intervention militaire », ont affirmé les ministres des Affaires étrangères. Les ministres des Affaires étrangères du G7 se sont aussi engagés à amplifier l'isolement économique et politique de la Russie, à continuer de fournir des armes à l'Ukraine et à répondre aux pénuries liées à la guerre.

► Des combats particulièrement intenses sévissent dans la région du Donbass. « Il y a des combats nourris à la frontière avec la région de Donetsk, près de Popasna », a commenté vendredi soir sur Facebook Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Louhansk.

Les horaires sont donnés en temps universel (TU), cliquez ici pour rafraîchir

17h40 : La Turquie ouvre la porte à des discussions avec la Finlande et la Suède sur l'Otan

La Turquie est prête à discuter avec la Finlande et la Suède de leur candidature à l'Otan et des motifs qui suscitent l'hostilité d'Ankara vis-à-vis de cet élargissement, a déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu.

« La grande majorité du peuple turc est contre l'adhésion de ces pays qui soutiennent l'organisation terroriste PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et ils nous demandent de bloquer cette adhésion », a affirmé le ministre, avant une rencontre de l'Otan à Berlin à laquelle participent ses homologues finlandais et suédois. « Mais ce sont des questions dont nous devons parler, bien sûr, avec nos alliés de l'Otan, ainsi qu'avec les pays » concernés, a-t-il ajouté.

17h14 : À Mykolaïv, au front, les troupes ukrainiennes restent déterminées

Dans le sud de l’Ukraine, la région de Mykolaïv est toujours sous le feu des tirs d’artillerie et des bombardements russes. Pour les Russes qui occupent Kherson, cette ville, plus à l’ouest, représente un ultime verrou avant Odessa, le grand port ukrainien sur la mer Noire. Mais les lignes semblent figées.

► Retrouvez le reportage d'Anastasia Becchio et Boris Vichith, nos envoyés spéciaux à Mykolaïv, auprès des troupes ukrainiennes en cliquant ici

16h40 : Sur la route de Popasna, dans la région de Louhansk

16h24 : La Finlande « confiante » dans la possibilité de s'entendre avec la Turquie sur l'Otan

Le chef de la diplomatie finlandaise, Pekka Haavisto, s'est dit « confiant » dans la possibilité de s'entendre avec la Turquie, malgré l'hostilité affichée par le président Recep Tayyip Erdogan à l'entrée dans l'Otan de son pays et de la Suède. S'exprimant avant une série de discussions avec les membres de l'Otan, dont la Turquie, à Berlin, Pekka Haavisto s'est dit « confiant dans le fait qu'à la fin nous trouverons une solution et que la Finlande et la Suède deviendront membres de l'Otan ».

Évoquant la conversation téléphonique de ce samedi entre le président finlandais, Sauli Niinistö, et son homologue russe, Vladimir Poutine, à propos de cette volonté de rejoindre l'Otan, Pekka Haavisto a estimé qu'il était « très important que nous communiquions avec notre voisin », même si « nous ne demandons aucune permission pour nos démarches politiques ».

15h36 : En Finlande, le parti de la Première ministre largement favorable à une adhésion à l'Otan

Après avoir annoncé son intention de rejoindre l'Otan jeudi, en dépit du mécontentement de la Russie et de la Turquie, la Finlande avance dans cet objectif. Samedi, le parti social-démocrate (SPD) de la Première ministre Sanna Marin s'est exprimé en faveur d'une adhésion : sur les 60 membres de la direction du SPD, 53 ont voté pour, 5 contre et 2 se sont abstenus.

« Nous espérons pouvoir envoyer nos candidatures cette semaine, ensemble avec la Suède. Ils ont leur propre processus, mais j'espère que nous prendrons les décisions au même moment », a déclaré Sanna Marin.

14h10 : À Kiev, un monument soviétique rebaptisé Arche de la Liberté du Peuple ukrainien

L'Arche de l'Amitié des Peuples, emblématique monument soviétique du centre-ville de Kiev, a été rebaptisé samedi Arche de la Liberté du Peuple ukrainien, suite à une décision en ce sens du conseil municipal. « Aujourd'hui, le conseil municipal a décidé de 'décommuniser' le nom de l'arche de l'Amitié des Peuples. Ce sera désormais l'Arche de la Liberté du Peuple ukrainien », a annoncé sur la messagerie Telegram le maire de la capitale, Vitali Klitschko.

L'Arche de l'Amitié des Peuples est une imposante arche métallique d'une hauteur de 35 mètres érigée dans un parc du centre-ville en 1982. Elle faisait partie du même complexe que la sculpture des deux travailleurs russe et ukrainien, démontée le mois dernier.

En 2018, des militants anti-Russie y avaient apposé un autocollant en trompe-l'œil, montrant une fissure au centre de l'arche, pour souligner la rupture des relations entre les deux pays.

13h57 : Une délégation de sénateurs américains à Kiev

12h55 : Pour Poutine, la fin de la neutralité militaire finlandaise serait une « erreur »

La fin de la neutralité militaire de la Finlande serait une « erreur », a estimé samedi le président russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue finlandais Sauli Niinistö, selon un communiqué du Kremlin. « Vladimir Poutine a souligné que la fin de la politique traditionnelle de la neutralité militaire serait une erreur, puisqu'il n'y a aucune menace à la sécurité de la Finlande », indique le communiqué. L'annonce de la candidature d'Helsinki pour l'adhésion à l'Otan, vue d'un très mauvais œil par Moscou, est attendue dimanche.

12h45 : Le maire de Kharkiv affirme que la ville est libérée

Le maire de Kharkiv, Ihor Terekhov, a déclaré à la BBC que les Russes s'étaient retirés de la zone urbaine de Kharkiv en direction de la frontière russe. Selon lui, les troupes russes n'ont réussi qu'une seule fois à pénétrer dans une petite partie de la ville clé du nord-est, et n'y sont plus depuis longtemps. « Les Russes bombardaient constamment Kharkiv car ils restaient très près de la ville. Et grâce aux efforts de la défense territoriale de Kharkiv et des forces armées ukrainiennes, les Russes se sont retirés loin de la zone de la ville en direction de la frontière russe », dit-il.

12h00 : Des proches de combattants d'Azovstal appellent à l'aide le président chinois

Des proches de combattants ukrainiens piégés dans l'aciérie d'Azovstal, dernière poche de résistance aux forces russes dans le port stratégique de Marioupol, ont lancé ce 14 mai un appel à l'aide au président chinois Xi Jinping, lui demandant d'aider à leur évacuation. « Il y a dans le monde une personne à laquelle Poutine aurait du mal à dire non. Nous sommes confiants que la Chine, forte et noble, peut prendre des décisions difficiles pour une bonne cause », a lancé, lors d'une conférence de presse à Kiev, Natalia Zarytska, l'épouse d'un combattant. « Nous appelons son Excellence, le président chinois Xi Jinping, à faire preuve (...) d'une grande sagesse orientale et à œuvrer pour sauver les défenseurs de Marioupol », a-t-elle ajouté, dans une salle où avait été accroché un portrait du dirigeant chinois.

Les quelque 1 000 soldats ukrainiens toujours présents dans les galeries souterraines de cette immense aciérie - dont quelque 600 sont blessés, selon un de leurs commandants – « essuient des tirs de tous les types d'armes possibles, depuis la mer, depuis le sol et les airs, y compris avec des armes interdites », a-t-elle ajouté. « Ce n'est pas la guerre, c'est le massacre. » Stavr Vychniak, père d'un soldat d'Azovstal, a lui aussi estimé qu'il n'y avait plus qu' « un seul homme au monde à qui nous pouvons nous adresser, le leader chinois ».

Proche partenaire diplomatique de Moscou, Pékin est embarrassé par l'invasion russe de l'Ukraine, mais a jusqu'ici refusé de la condamner.

11h15 : Le président de la Finlande s'est entretenu avec Vladimir Poutine au sujet de la candidature à l’Otan

Le président finlandais Sauli Niinistö a appelé samedi son homologue russe Vladimir Poutine au sujet de la candidature imminente du pays nordique à l'Otan qui suscite l'hostilité de Moscou, a annoncé Helsinki. « La conversation a été directe et sans détour et s'est passée sans contrariété. Éviter les tensions a été considéré comme important », a déclaré le chef de l'État finlandais dans un communiqué de la présidence.

10h25 : Le G7 exhorte la Chine à « ne pas saper » les sanctions, veut viser des secteurs vitaux russes

Les ministres des Affaires étrangères du G7 promettent « d'élargir les sanctions » économiques visant Moscou pour son invasion de l'Ukraine à « des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante » tout en exhortant la Chine à « ne pas saper » ces mesures.

Les sept grandes puissances économiques veulent « accélérer les efforts » pour « mettre un terme à la dépendance à l'énergie russe », selon le communiqué publié au terme d'une réunion de trois jours dans le nord de l'Allemagne. Ils « appellent la Chine de ne pas soutenir la Russie dans l'attaque » de l'Ukraine.

À écouter aussi : Chine - Russie face à l'Occident: le nouveau cycle géopolitique?

10h15 : Le G7 « ne reconnaîtra jamais les frontières » que la Russie tente de modifier par la force

« Nous ne reconnaîtrons jamais les frontières que la Russie a essayé de changer par son intervention militaire », ont affirmé ce samedi les ministres des Affaires étrangères du groupe des sept grandes puissances.

Les chefs de la diplomatie, dans une déclaration diffusée à l'issue d'une réunion de trois jours à Wangels, au nord de l'Allemagne, appellent de nouveau la Biélorussie à « cesser de faciliter l'intervention de la Russie et à respecter ses engagements internationaux ».

10h00 : Finale de l'Eurovision ce soir à Turin, sans la Russie -exclue- et avec l'Ukraine parmi les favoris

La ville de Turin en Italie accueille ce samedi soir la finale du 66e concours Eurovision de la chanson. Vingt cinq pays sont en lice et la Russie est la grande absente puisqu’elle a été exclue par les organisateurs après l’invasion de l’Ukraine. Les Ukrainiens en revanche font partie des favoris pour emporter cette compétition devenue une caisse de résonance des grands enjeux internationaux.

Découvrez notre article en cliquant ici

09h15 : L'Ukraine gagnera la guerre « avant la fin de l'année »

La guerre en Ukraine connaîtra un « tournant » en août et la Russie sera défaite « avant la fin de l'année », a prédit le chef du renseignement militaire ukrainien, assurant que Kiev parviendra à reconquérir l'ensemble de son territoire. La victoire ne sera « pas facile », mais « elle arrivera », a déclaré Kyrylo Boudanov dans un entretien à la chaîne britannique Sky News publié vendredi soir, où il apparaît serein et se dit « optimiste » au vu de l'évolution actuelle du conflit. « Le tournant aura lieu dans la deuxième partie d'août » et « la plupart des opérations militaires seront terminées d'ici la fin de l'année », prédit-il. À l'issue de cette guerre, « nous rétablirons le pouvoir ukrainien dans tous les territoires que nous avons perdus, y compris le Donbass et la Crimée », a-t-il assuré.

Ces déclarations interviennent alors que des combats particulièrement violents sévissent dans la région du Donbass (est), en partie contrôlée depuis 2014 par des séparatistes pro russes, et sur laquelle Moscou se concentre depuis des semaines sans faire d'avancées significatives. Selon M. Boudanov, l'armée russe « subit de lourdes pertes en hommes et en armements », notamment car l'Ukraine connaît « tout » d'elle, y compris ses plans militaires.

Le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 26 000 hommes, 199 avions et près de 1 200 chars depuis le début de l'invasion le 24 février. Aucune statistique indépendante n'est toutefois disponible.

M. Boudanov a également affirmé que le président russe Vladimir Poutine était « dans un très mauvais état physique et psychologique », assurant qu'il était « très malade » et qu'il souffrait de « plusieurs maladies en même temps, dont un cancer ».

Selon lui, la victoire ukrainienne va amener à un « changement de leadership en Russie », un coup d'État pour renverser le président russe étant déjà en préparation en Russie selon lui. « C'est impossible de les stopper », a-t-il affirmé.

08h50 : La Russie a cessé ses livraisons d'électricité à la Finlande

Les exportations d'électricité de Russie vers la Finlande ont cessé durant la nuit de vendredi à samedi après une annonce en ce sens d'un fournisseur russe, a dit à l'AFP un responsable de l'opérateur du réseau électrique finlandais ce samedi matin.

L'entreprise responsable des ventes d'électricité russe à la Finlande, RAO Nordic, avait annoncé vendredi son intention de cesser ses livraisons à minuit, invoquant des impayés, au moment où la Finlande s'apprête à annoncer sa candidature à l'Otan.

08h10 : La Russie ne restera pas silencieuse si l'Otan se rapproche de ses frontières

Moscou prendra des mesures si l'Otan déploie des forces et des dispositifs nucléaires près de sa frontière, rapportent ce samedi plusieurs agences de presse russes qui citent le vice-ministre des Affaires étrangères Alexandre Grouchko. « Il sera nécessaire de répondre (...) en prenant les mesures de précaution adéquates qui garantiraient la viabilité de la dissuasion », écrit Interfax citant le vice-ministre.

Moscou ne nourrit aucune hostilité à l'égard de la Finlande et de la Suède et ne voit pas de véritable justification pour que ces deux pays rejoignent l'alliance de l'Otan, a ajouté Alexandre Grouchko. Il a également réitéré la position du Kremlin selon laquelle la réponse de Moscou à l'éventuelle expansion de l'Otan dépendra de la proximité des moyens militaires de l'alliance avec la Russie et des infrastructures qu'elle déploiera.

► À lire aussi : La Russie va suspendre ses livraisons d'électricité à la Finlande

07h40 : Selon le ministère de la Défense britannique, le fait que la Russie n'ait réussi qu'à imposer ses mandataires comme dirigeants à Kherson « souligne l'échec de l'invasion russe »

06h15 : L'Ukraine a-t-elle gagné la bataille de Kharkiv ?

Le média indépendant Kyiv Independent rapporte que, selon un rapport de l’Institut américain d’étude de la guerre du 13 mai, il semble que l'Ukraine ait « gagné la bataille de Kharkiv ».

L'institut note que l’armée russe n’a pas tenté de résister aux contre-attaques ukrainiennes lors de ces derniers jours, et qu’elle se concentre désormais sur « un retrait ordonné » des troupes plutôt qu’un maintien de ses positions.

06h00 : Quelles conséquences au Moyen-Orient et en Afrique du Nord de la guerre en Ukraine ?

Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ne sont pas isolés des dynamiques mondiales et ressentent durement les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cette guerre a un large impact sur les marchés des matières premières, avec une escalade rapide des prix du pétrole et du gaz, mais aussi ceux des produits agricoles. Les pays arabes sont-ils préparés à surmonter cette nouvelle crise ? L’analyse de Joseph Daher, professeur à l’Université de Lausanne et fondateur du blog Syria Freedom Forever.

Écoutez la chronique en cliquant ici

05h25 : Retour en images sur la journée du 13 mai

04h50 : À Lotskyne, «les Russes sont arrivés et ils ont brisé notre vie»

Dans le sud de l'Ukraine, à la frontière entre les régions de Mykolaïv et de Kherson, aux mains des Russes, les positions ne bougent pas beaucoup depuis plusieurs semaines. Les troupes russes continuent de frapper la région de Mykolaïv, ultime verrou avant Odessa, le grand port ukrainien sur la mer Noire. En mars, l'armée ukrainienne les a repoussées vers l'Est, libérant plusieurs villages, dont celui de Lotskyne.

► Découvrez le reportage de nos envoyés spéciaux

04h00 : Intenses combats au Donbass

Des combats particulièrement intenses sévissent dans la région du Donbass (est de l'Ukraine), sur laquelle Moscou se concentre sans avancée significative, tandis que des négociations « très difficiles » se déroulent sur le sort des derniers défenseurs de la stratégique ville portuaire de Marioupol.

« Il y a des combats nourris à la frontière avec la région de Donetsk, près de Popasna », a commenté vendredi soir sur Facebook Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Louhansk, faisant état de nombreuses pertes en matériel et en personnel du côté russe. « C'est une horreur mais ils essaient encore de parvenir à leurs fins. Mais d'après les interceptions (de communications téléphoniques), nous comprenons qu'un bataillon entier a refusé d'attaquer car ils voient ce qui est en train de se passer », a-t-il relevé.

Un responsable américain de la Défense, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a confirmé que l'activité russe la plus importante actuellement se déroulait dans le Donbass. « Et, en gros, nous continuons de voir que les Russes ne font pas de prise significative » dans cette région, a-t-il indiqué.

« L'artillerie ukrainienne contrecarre les efforts russes pour gagner du terrain, y compris leurs efforts pour franchir la rivière Donets (...) ce qui affecte leur capacité à envoyer des renforts importants dans le nord du Donbass », a poursuivi cette source.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles